• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Festival Kreol | Gustave de Commarmond des Seychelles : son rêve des îles unies

D’île en île, se tenir par la main. C’est le rêve de Gustave de Commarmond, 48 ans, Deputy Chief Executive Officer de Cinea Seychelles, qui tombe sous l’égide du ministère de la Culture de ce pays. Avec une délégation de jeunes Seychellois, il a participé au défilé de chars dans le cadre du Festival Kreol, il y a quelques jours : «Maurice participe toujours à notre festival. Et cette année, votre équipe a remporté le prix, alors on a décidé de venir et de partager ce moment avec les Mauriciens.»

 

Avant de reprendre l’avion pour rentrer aux Seychelles, il a bien voulu nous parler de cette envie de coopération, d’entraide et de concertation. Ce spécialiste des carnavals et des festivals, figure incontournable de l’événementiel et de la diplomatie seychelloise, souhaite que les îles de l’océan Indien se réunissent pour représenter leur coin du monde à un festival international : «Pourquoi pas celui de Notting Hill…»

 

Pour lui, il faut unir les forces des îles afin d’avancer : «One voice, one vision. Nous devrions parler, partager et s’entraider. Le dialogue est la clé.» Avec Cinea, Gustave de Commarmond a organisé de nombreux événements. Parmi, le Festival Kreol, l’Independence Day, le National Day et le Jazz and Blues Festival (pour ne citer que ceux-là). Il est aussi à l’origine du Sesel i la Tour qui a été organisé à Maurice il y a quelques mois et qui a vu la rencontre d’Elijah et d’Otentik Groove (dont vous pouvez apprécier la collaboration avec le tube Coco).

 

Après son A Level, Gustave de Commarmond s’est tourné vers le tourisme et la communication. En attente d’une bourse pour ses études, il se rend à une interview et lance au big boss : «Je vais prendre votre place un jour.» Le coup de poker fonctionne. Il est engagé. On lui offre une formation à Singapour ; il n’hésite pas, il est porté par l’envie de réussir : «J’ai gravi les échelons.» Il enchaîne les postes : il travaille pour une tourism agency, est chargé de l’accueil de stars sur une île sélecte (Bill Gates et Barack Obama, par exemple), et est chef de protocole pour le ministère des Affaires étrangères, entre autres. Une success story dont il est fier. Pour lui, dans la vie, il faut «faire ce qu’on aime, tout simplement».