• Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…
  • Ce lundi 8 mars 2021, l’express devient l’express des Femmes
  • Enquête judiciaire : Bonomally, la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Kistnen ?
  • Assemblée générale élective du MTC : la survie du club en toile de fond
  • La vie de fashionisto de Patrice

FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone

C’est sûr qu’une des deux équipes aura le sourire ce soir.

Une semaine après avoir été renvoyés dos- à-dos en championnat, les deux clubs rivaux se retrouvent pour leur survie dans cette compétition de coupe. La pression sera sur les Reds, battus par le modeste Burnley à Anfield.

Une visite chez l’ennemi au mauvais moment. Le champion d’Angleterre est à terre actuellement après une défaite jeudi soir contre Burnley à Anfield (0-1) et qui marque la fin d’une série d'invincibilités de 68 matchs à domicile, mais aussi le cinquième match d'affilée en championnat sans victoire. Sans oublier que les Reds n’ont pas marqué de but lors des quatre dernières sorties. Une mauvaise passe qui a fait chuter Liverpool de la première place au classement à la quatrième place avec six points de retard sur le rival de toujours et leader, Manchester United.

 

Les deux équipes se sont affrontées, dimanche dernier, à Anfield, et se sont renvoyées dos-à-dos (0-0), et se retrouvent à nouveau ce soir pour le quatrième tour de la FA Cup. L’une d’entre elle va prendre la porte de sortie dans la plus vieille des compétitions de football dans le monde. Man Utd est certainement le favori pour accéder au prochain tour sur la forme actuelle des deux équipes, et a été de la fête mercredi soir avec une victoire contre Fulham (1-2) pour consolider la tête de la Premier League. L'équipe sera plus fraîche physiquement et psychologiquement face à un adversaire blessé, pour ne pas dire usé.

 

La semaine dernière dans ces mêmes colonnes nous vous parlions du manque de fraîcheur et de plan B des Reds pour vaincre ses adversaires. Son jeu est devenu prévisible avec un trio offensif (Salah, Mané et Firmino) qui est devenu stérile et qui entame sa quatrième saison ensemble. Et les solutions de rechange disponibles ne sont pas mieux à l'image des Origi, Shaqiri. Contre Burnley jeudi, les Reds ont effectué six tirs cadrés contre quatre à leurs adversaires et on connaît la suite.

 

Improbable série

 

Pourtant, Liverpool avait eu des occasions de passer une meilleure soirée, notamment quand Divock Origi, profitant d'une mauvaise passe en retrait de Ben Mee, s'était présenté seul face à Nick Pope. Mais la frappe du Belge s'écrasa sur la barre (43e). Le gardien de Burnley a ensuite réussi une superbe parade (60e) sur une frappe de Mohamed Salah, remplaçant au coup d'envoi comme Roberto Firmino. Le Brésilien a, lui, manqué le cadre (72e), avant de voir sa reprise de près repoussée par un défenseur adverse (89e). La belle machine qui avait marché sur l'Europe puis l'Angleterre est complètement déréglée.

 

Les Reds restent sur une improbable série de 87 tirs sans marquer depuis la dernière réalisation de Sadio Mané. C'est-dire dans quel marasme baignent actuellement les hommes de Jürgen Klopp. Le coach des Reds a, d'ailleurs, endossé la responsabilité de ce spectaculaire échec. «Nous avons perdu un match qu'il est pratiquement impossible de perdre, mais nous l'avons fait : c’est de ma faute. Je dois m'assurer que mes joueurs ont le bon feeling pour prendre les bonnes décisions, mais ça n'a pas marché. C’est uniquement de ma faute, c’est toujours de ma faute quand les choses ne marchent pas. Quand ça va bien, c'est grâce aux joueurs. Quand nous ne battons pas nos adversaires, c'est à cause de moi», dit l’entraîneur de Liverpool.

 

Ce que l’on sait moins, c’est quand Liverpool va sortir de l'œil du cyclone, ou s’il va bien s’en sortir. Se rendre chez l’ennemi juré n'est pas une partie de plaisir, sans oublier que sous la férule de Jürgen Klopp, Liverpool ne va pas bien loin en FA Cup. Peut-être que ça va changer puisque la perspective de retenir le titre de champion d’Angleterre commence petit à petit à diminuer même si la route est encore longue.

 

Après la visite d’Old Trafford ce soir, Liverpool effectue un déplacement à Londres pour affronter tour à tour Tottenham (jeudi) et West Ham (dimanche) cette semaine en championnat. Puis il y a Manchester City (7 février à Anfield) et Leicester City (13 février à l'extérieur). Des rendez-vous qui auraient enchanté les supporters. Mais là, ils ont la chair de...poule, et les Diables rouges les attendent.

 

Les récentes confrontations

 

Le hasard les a réunis plusieurs fois. Au lendemain du tirage au sort pour le 4e  tour de la FA Cup, nombreux étaient ceux qui se demandaient comment sur 32 équipes en lice, Manchester United et Liverpool sont appelés à s’affronter. Drôle de coïncidence surtout que ce rendez-vous de la FA Cup arrive une semaine après le match de la Premier League entre les deux rivaux.

 

Dans l’histoire de la doyenne des coupes au monde, Liverpool et Manchester United se sont affrontés à plusieurs reprises, tantôt en phase éliminatoire tantôt en finale. C’est dans cette manche que les Mancuniens ont le plus écoeuré les Reds notamment en deux occasions. La première c'était en 1977 lorsque Man Utd brisa le rêve de Liverpool de devenir le premier club anglais à réaliser un triplé inédit. Ce jour-là, les Diables rouges remportent cette finale (2-1) à Wembley devant 100 000 spectateurs.

 

L’autre douloureux souvenir des Reds remonte à 1996. Alors que les deux équipes semblaient se diriger vers les prolongations, Eric Cantona, qui avait purgé une longue suspension après son kung-fu show, devait trouver le chemin de filets (1-0) à la 85e minute.

 

Rassemblements des fans

 

Ils sont toujours présents quoi qu’il arrive. Le Mauritius Manchester United Supporters Club invite les supporters au Komiko Comedy Artclub à Bagatelle pour le choc entre Manchester Utd et Liverpool au 4e tour de la FA Cup.

 

L’Official Liverpool FC Supporters Club Mauritius sera au Hennessy Park Hotel. Pour sa part, Liverpool Football Club Fan News sera en force au LFC Hall (ex-cinéma ABC). Ceux présents pourront remporter des cadeaux surprises durant la mi-temps et l’animation sera assurée par Moradio. Le prix des places pour ces deux rendez-vous a été fixé à Rs 150.

 

Les Mauritius Red Devils ne seront pas en reste avec un rassemblement au Irish (La City, Trianon). L'entrée est gratuite.

 

Chez les Red Devils : Pogba encense Cavani

 

Buteur face à Fulham, Edinson Cavani grappille tout doucement du temps de jeu face à Anthony Martial. C'est le duel qui pourrait animer les prochaines semaines en Angleterre. Titulaire depuis le début de la saison, Anthony Martial peine à confirmer les espoirs placés en lui, et surtout à se montrer décisif. 13 fois titulaire en Premier League, il n'a trouvé la faille qu'à deux reprises, avec tout de même quatre passes décisives (un but toutes les 500 minutes). Pour autant, l'ancien Monégasque se montre plus efficace en Ligue des Champions avec deux buts en seulement cinq rencontres.

 

Face à lui, on retrouve Edinson Cavani, le meilleur buteur de l'histoire du PSG. Cantonné à un rôle de remplaçant au début de l'exercice, la faute notamment à une préparation physique tronquée, l'Uruguayen s'affirme tout doucement comme le choix numéro un d'Ole Gunnar Solskjaer. Avec seulement quatre titularisations (pour 12 apparitions), il totalise déjà quatre buts, soit une réalisation toutes les 126 minutes.

 

Paul Pogba a fait le point sur cette rivalité naissante. «Nous savons que les buts les plus difficiles sont ces buts-là (celui de Cavani contre Fulham). Nous avons des joueurs talentueux, Anthony Martial, Marcus Rashford, devant, même Mason Greenwood et ils peuvent tirer de l'extérieur et tout ça. Pour autant ils n'ont pas l'expérience d'Edi, mais ils n'ont pas non plus les mêmes qualités qu'Edi. Je pense donc que nous nous complétons avec les joueurs que nous avons devant et Edi peut évidemment montrer sa classe. Ces buts, c'est ce dont on avait besoin, au bon moment, il est toujours là au bon moment pour aider l'équipe à gagner.»

 

Chez les Reds : un air de Dortmund…

 

La ressemblance est frappante. Liverpool est dans une mauvaise passe et cette situation n’est pas nouvelle pour l'entraîneur Klopp. Il a vécu une situation identique lorsqu’il était au Borussia Dortmund. C'était lors de la saison 2013/14 où les deux défenseurs centraux de l'équipe, Neven Subotic et Mats Hummels, étaient éloignés des terrains pour blessure et il pouvait compter sur Sokratis Papastathopoulos et Manuel Friedrich.

 

Avant la blessure de ces joueurs clés, le club allemand avait aligné neuf victoires en onze matchs avant d'être classé quatrième à l'issue d'une période marquée par une victoire en six matchs. Le retour de Mats Hummels devait permettre à l'équipe d'enchaîner 12 victoires en 16 matchs pour prendre la deuxième place derrière Bayern Munich. Le retour de Mats Hummels a grandement aidé Klopp à boucler sa campagne et il avait été aidé par une trêve hivernale de cinq semaines.

 

De plus, il pouvait toujours compter sur Robert Lewandowski, Marco Reus, Henrikh Mkhitaryan et  Pierre-Emerick Aubameyang pour marquer des buts alors que Sadio Mané, Roberto Firmino et Mo Salah n’arrivent plus à trouver le chemin des filets depuis quatre matches. Et ça fait une grande différence.

 

La situation actuelle à Liverpool n’est pas aidée par l’absence du public dans les stades à cause de la pandémie et l’absence de renfort durant ce mercato malgré la blessure de longue durée des défenseurs Virgil Van Dijk et Joe Gomez. D'ailleurs, à bien comprendre le discours de Klopp. Après la défaite contre Burnley jeudi soir (0-1, 19e journée de Premier League), le technicien allemand a calmé le jeu et renvoyé cette question à sa direction. «Ce ne sont pas mes décisions, si quelqu'un pense que nous devrions faire quelque chose, je ne peux pas décider si nous faisons quelque chose ou non sur le marché des transferts. Avec ce groupe, nous pouvons jouer beaucoup mieux.» Les Reds sont restés très calmes depuis le début du mois de janvier et la donne ne devrait pas changer.