• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Espagne vs France : dernier appel pour Berlin

Cette demi-finale nous propose un remake de la finale de la Ligue des nations, marquée par une victoire française. C’est un classique du football international avec 36 affrontements à recenser entre les deux voisins.

C’est une affiche de rêve. L’Espagne sera opposée à la France mardi soir en demi-finale de l’Euro 2024 pour une place en finale, prévue le dimanche 14 juillet dans le stade olympique de Berlin. Si les Francais rêvent de marcher sur la capitale allemande à l’occasion de leur fête nationale, les Espagnols seront piqués à vif comme des taureaux dans des arènes pour empêcher cela. Cette rencontre s’annonce comme une autre finale avant la lettre avec des deux équipes qui n’ont pas usurpé leurs places dans ce dernier carré, même si chacune a affiché des visages différents depuis le début du tournoi.

 

Demi-finaliste de la dernière édition où elle avait été battue par l’Italie, l’Espagne a donc récidivé à l’occasion de cet Euro 2024. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la logique est respectée tant cette formation a livré de belles prestations depuis le début du tournoi. La Roja a en effet été la seule formation parmi les 24 engagées dans cette compétition à remporter ses 3 matchs de poule. Sans pitié face à la Croatie (3-0), elle a ensuite impressionné face à l’Italie (1-0) avant de pouvoir se payer le luxe de faire tourner pour s’imposer contre l’Albanie (1-0).

 

Les hommes de Luis de la Fuente ont ensuite pu l’emporter assez logiquement en 1/8es de finale face à la Géorgie bien qu’ils aient concédé l’ouverture du score sur un CSC de Le Normand, vite oublié après la démonstration offensive ibérique. Enfin, les Espagnols ont réalisé un gros coup vendredi soir en sortant le pays hôte de la compétition, l’Allemagne, lors de ce que beaucoup considéraient comme une finale avant l’heure en inscrivant le 2ème but au bout des prolongations (2-1 AP).

 

La France, de son côté, ne déroge pas à ses bonnes habitudes en atteignant de nouveau le dernier carré d’une grande compétition internationale. Un exploit qu’elle réalise là pour la 4e fois lors de ses 5 dernières participations à un tournoi majeur. Au tour précédent, les hommes de Didier Deschamps ont réussi à venir à bout d’une assez redoutable équipe du Portugal et de ses stars qui se sont cassé les dents sur l’incroyable bloc défensif tricolore au terme des tirs au but remportés, une fois n’est pas coutume, par les Français (0-0, 4-5 TAB).

 

Tout n’a pourtant pas été rose pour les Bleus qui ont connu un premier tour mitigé. Car malgré une victoire inaugurale remportée contre l’Autriche (1-0), ils ont été tenus en échec lors de leurs deux matchs suivants disputés face aux Pays-Bas (0-0) et face à la Pologne (1-1) et ils n’ont donc pas réussi à terminer en tête de leur poule. Opposés à la Belgique en 1/8es de finale, les Français ont pu venir à bout de leur voisin grâce à un but plein de réussite inscrit en fin de rencontre. La France s’est qualifiée pour les demi-finales de l’Euro en éliminant le Portugal 5 tirs au but à 3 (0-0 a.p.) lors du deuxième quart de finale, vendredi soir à Hambourg.

 

Insolite

 

La France est devenue la première équipe de l’histoire à se qualifier en demi-finale d’un Euro en ayant marqué 0 but dans le jeu. Avec zéro match référence et seulement 3 petits buts marqués en 5 matchs (1 penalty et 2 CSC), c’est peut-être le plus mauvais parcours d’une équipe dans cette compétition, mais qui est en demi-finale…

 

Quelle composition ?

 

Espagne. Loin d’être considérée comme la meilleure de son histoire sur le papier, cette Roja new-look est pourtant une équipe parfaitement équilibrée : assez solide défensivement, très juste techniquement et capable de pouvoir accélérer et prendre des risques pour déséquilibrer un bloc adverse, chose qui lui avait beaucoup manqué ces dernières années. Si la paire franco-espagnole Laporte - Le Normand n’apporte pas totalement satisfaction, les latéraux Carvajal et Cucurella remplissent parfaitement leurs rôles de pistons. Mais le premier cité sera suspendu après avoir été expulsé. Le Normand lui aussi est suspendu après avoir reçu 2 jaunes depuis le début de la compétition et Nacho devrait donc le suppléer dans la charnière. Au milieu de terrain, le trio Rodri - Fabian Ruiz - Pedri est toujours aussi impressionnant, notamment sur le plan technique mais Pedri, qui est sorti blessé contre l’Allemagne, devrait déclarer forfait et être remplacé par un excellent Dani Olmo, auteur d’un but et d’une passe décisive en quart de finale. Enfin, les jeunes ailiers Lamine Yamal et Nico Williams ont apporté un véritable coup de fouet à cette sélection en parvenant à réaliser de vraies différences sur le plan individuel.

 

Probablement : Simon - Navas, Nacho, Laporte, Cucurella - Dani Olmo, Rodri, Ruiz - Yamal, Morata, Nico Williams.

 

France. Les Bleus devraient également être au complet pour cette affiche puisque le milieu Adrien Rabiot sera de nouveau disponible après avoir été suspendu lors du quart de finale face au Portugal. Le Turinois pourrait retrouver sa place dans l’entrejeu aux côtés de Tchouaméni et de Kanté qui semblent indéboulonnables dans l’esprit de Deschamps. Même constat concernant l’excellent portier Maignan et la solide ligne défensive Koundé - Upamecano - Saliba - Théo Hernandez qui affiche une solidité assez impressionnante depuis le début de la compétition. C’est en revanche sur le plan offensif que les certitudes peinent à arriver côté bleu. Victime d’une fracture du nez lors du match d’ouverture face à l’Autriche, Kylian Mbappé manque clairement d’efficacité dans ce tournoi tandis que Griezmann ne parvient pas à rayonner autant qu’à l’accoutumée. Enfin, personne n’a réellement convaincu au poste d’avant-centre où Thuram et Kolo-Muani sont en balance pour débuter.

 

Probablement : Maignan - Koundé, Upamecano, Saliba, Theo Hernandez - Tchouaméni, Kanté, Camavinga - Griezmann, Kolo Muani (ou Thuram), Mbappé.