• Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…
  • Ce lundi 8 mars 2021, l’express devient l’express des Femmes
  • Enquête judiciaire : Bonomally, la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Kistnen ?
  • Assemblée générale élective du MTC : la survie du club en toile de fond
  • La vie de fashionisto de Patrice

Enquête judiciaire sur le décès de Soopramanien Kistnen : l’«amie d’enfance» de Yogida Sawmynaden dans le collimateur des «Avengers»

Ashwin Poonyth a permis à la magistrate Vidya Mungroo-Jagurnath de comprendre le mécanisme derrière plusieurs transactions louches.

Les «Avengers» veulent savoir si l’ancien ministre du Commerce est intervenu pour favoriser la compagnie d’une «amie d’enfance». En avril dernier, cette hôtesse de l’air s’est retrouvée au poste de directrice d’une entreprise. Un mois plus tard, elle a décroché un important contrat au détriment de Soopramanien Kistnen. En septembre 2020, elle a pris ses distances de ladite compagnie, prétextant qu’elle reprenait du service à Air Mauritius. L’activiste du MSM est mort dans des circonstances troublantes un mois plus tard, alors qu’il comptait se rendre à la commission anti-corruption pour dénoncer des transactions louches. 

Elle a promis de dire toute la vérité et rien que la vérité en cour. L’audition de Neeta Nuckched n’a toutefois pu se poursuivre le jeudi 11 février devant le tribunal de Moka, où se tient l’enquête judiciaire pour faire la lumière sur le décès troublant de Soopramanien Kistnen. Me Dick Ng Sui Wa, avocat de cette hôtesse de l’air d’Air Mauritius, a informé Vidya Mungroo-Jagurnath que sa cliente avait été prise de vomissements dans l’enceinte du tribunal et avait dû se rendre dans un établissement de santé pour y recevoir des soins. Son audition se poursuivra ce lundi 15 février ; un moment très attendu par les avocats réunis sous le nom des «Avengers» qui défendent les intérêts de la veuve de Soopramanien Kistnen.

 

Si Neeta Nuckched intéresse autant Me Rouben Mooroongapillay, c'est parce que les éléments présentés en cour jusqu’ici en lien avec la jeune femme ont de quoi choquer. Cette dernière a été entendue une première fois le mardi 9 février et s’est présentée comme une «amie d’enfance» de Yogida Sawmynaden. Une information que confirme Koomadha, le frère de l’ancien ministre du Commerce, qui avance que «li abitie atas raki ek li». Lors de sa première audition, Neeta Nuckched a également affirmé que la police l’avait déjà interrogée en lien avec le décès troublant de Soopramanien Kistnen qu’elle connaissait sous le sobriquet de Kaya.

 

Les choses se sont vite envenimées pour elle lors de sa deuxième audition le lendemain, durant son interrogatoire par Me Rouben Mooroongapillay. Ce membre des «Avengers» l’a principalement interrogée concernant Neetee Select, la compagnie dont elle était la directrice d’avril à septembre 2020. Si Neeta Nuckched a prétendu ne rien savoir sur ladite compagnie, son comptable Ashwin Poonyth a, lui, affirmé le contraire lorsqu’il a été interrogé par Me Mooroongapillay. Il a également déposé en cour durant deux jours. Il a expliqué qu’il avait incorporé Neetee Select en ligne le 14 avril 2020 et qu’il y a, par la suite, fait un transfert de Rs 225 000 de son compte, avant de procéder à des achats chez Blychem Mauritius. Le matériel acheté devait servir à la décontamination des bureaux.

 

Les «Avengers» se posent plusieurs questions troublantes dans cette histoire. Comment se fait-il que Neeta Nuckched n’ait investi aucun capital dans ladite compagnie ? Comment a-t-elle su que la compagnie dont elle était la directrice à ce moment-là allait décrocher ce contrat de la STC avant même le lancement d’un appel d’offres officiel à ce sujet ? Comment cette compagnie a-t-elle décroché ce contrat en mai alors qu’elle n’avait aucune expérience dans les travaux de décontamination et pas d’employés spécialisés dans ce domaine non plus ? Le fait que Neeta Nuckched ait décidé de prendre ses distances de la compagnie en septembre intrigue aussi les «Avengers». Les raisons qu’elle a avancées en cour n’ont pas convaincu. Elle a expliqué que c’est parce qu’elle devait reprendre du service à Air Mauritius mais a fini par avouer n’avoir effectué qu’un vol.

 

Encore un fait choquant dans cette affaire est le prix proposé par mètre carré pour les travaux de décontamination à la STC. En cour, Ashwin Poonyth a affirmé qu’il tournait autour de Rs 10. Le comptable, également Board Secretary et Sales Representative de Neetee Select, explique qu’il est arrivé à ce prix après avoir pris en compte plusieurs éléments et fait des calculs avec son épouse Keshwaree, également directrice de la compagnie. Or, Soopramanien Kistnen avait aussi fait un appel d’offres pour décrocher ce contrat. Son entourage allègue qu’on lui avait demandé de proposer Rs 39/m2 pour lesdits travaux afin de perdre le contrat volontairement. Neetee Select devait, elle, le décrocher car elle proposait le prix le plus bas. Koomadha Sawmynaden soutient que Soopramanien Kistnen a été sollicité à de nombreuses reprises pour des exercices similaires. «Sak fwa lezot tap plin. Li ti gagn zis dipin diber li. Akoz sa mem li ti anvi al l’ICAC pou denons bann-la. Inn gagn li mor dan karo kann apre sa», explique, pour sa part, un proche du défunt.

 

Interrogée sur ses liens avec Yogida Sawmynaden, Neeta Nuckched a affirmé qu’elle ne l’avait pas rencontré et qu’ils ne se parlaient qu’au téléphone. Elle a également expliqué que ses liens d’amitié n’ont rien à voir avec le contrat que sa compagnie a décroché de la STC ainsi qu’avec Courts pour désinfecter et décontaminer 23 succursales après le confinement.

 

Par ailleurs, les comptes d’une autre compagnie où Ashwin Poonyth est comptable, Board Secretary et Sales Representative, ont choqué ceux présents en cour. En 2019, la compagnie a terminé l’année financière avec un déficit de Rs 676 437. Quelques mois plus tard, le bank statement de celle-ci affiche Rs 308 millions. Comment ? Ashwin Poonyth déclare que la STC a fait un «advance payment» à la compagnie en question. Est-ce une pratique courante ? Les représentants de la STC vont devoir s’expliquer très bientôt à ce sujet.

 

Les «Avengers» sont, eux, d’avis que Soopramanien Kistnen a été assassiné car il était au courant de magouilles où certains ont décroché des contrats de plusieurs millions de roupies. Les noms de plusieurs personnes et compagnies qui ont décroché des gros projets ont été cités en cour. L’une de ces compagnies avait construit des smart bus stops gratuitement pour pouvoir avoir l’exclusivité pour la publicité. Une autre a décroché le contrat exclusif pour placer des publicités sur les autobus de la CNT.

 

L’enquête judiciaire se poursuit cette semaine avec l’audition de Keshwaree Poonyth – qui a également déclaré être malade durant la semaine écoulée – ainsi que celle de Neeta Nuckched. À la demande de Me Mooroongapillay, Ashwin Poonyth devra produire plusieurs documents importants incluant des reçus de ses compagnies et les Work Access Permits de ceux qui ont travaillé pour elles durant le confinement. Les «Avengers» comptent maintenir la pression pour faire triompher la vérité après le décès troublant de Soopramanien Kistnen.

 

D’autres témoins importants attendus en cour

 

La semaine qui s’annonce sera très riche en révélations. D’autres témoins importants déposeront en cour. Notamment Kenny Melvin Joyce de Quatre-Bornes, Vinay Appanah d’Ébène et Deepak Bonomally de Quinze-Cantons. L’interrogatoire d’Atmanand Cushna, plus connu comme Aatish, est aussi attendu. Le fidèle garde du corps de Yogida Sawmynaden devra s’expliquer sur la question d’emploi fictif de la veuve de Kistnen comme Constituency Clerk.

 

STC : le nouveau ministre du Commerce promet des sanctions

 

Les troublantes révélations au tribunal de Moka sur des transactions louches à la STC ne semblent pas laisser insensible le nouveau ministre du Commerce. Soudesh Callychurn annonce qu’il va procéder à un état des lieux pour situer les responsabilités, avant de prendre des sanctions qui s’imposent contre ceux qui auraient fauté en service. C’est ce qu’il a déclaré lors d’une conférence de presse, le 11 février, au PMO. «J’ai la bénédiction du PM pour prendre les sanctions qui s’imposent», souligne l’élu du no 5 qui conserve aussi son portefeuille de ministre du Travail.

 


 

Les confidences de Bruneau Laurette sur les «Kistnen Papers»

 

Soopramanien Kistnen lui avait donné rendez-vous sur le parking de Bagatelle pour lui remettre son fameux carnet de campagne. C’est ce que Bruneau Laurette a déclaré lors de son audition en cour, le 8 février. L’activiste social raconte qu’il a eu une première rencontre avec Soopramanien Kistnen début septembre après sa marche historique dans les rues de Port-Louis. L’activiste du MSM lui a remis son carnet peu après. Bruneau Laurette avance que Kistnen lui avait demandé d’en faire bon usage si jamais il lui arrivait quelque chose de grave. Il lui aurait aussi dit : «Zot tro servi dimounn mizer dan eleksion, me zot donn kontra zot bann kamarad apre.» L’activiste social explique que Kistnen lui avait fait d’autres révélations lors de leur rencontre.

 

L’une d’elles concerne un terrain qui se trouve à Moka, que l’ancien ministre aurait extorqué en faveur d’une autre personne en 2019 sans que son colistier Pravind Jugnauth ne soit au courant. Ce bien acquis dans le dos du Premier ministre aurait pu lui coûter son ticket lors des législatives. Le leader du MSM serait revenu à de meilleurs sentiments à son égard lorsqu’il aurait transféré le terrain au nom d’un ami d’enfance. Ce lopin de terre aurait été utilisé pour construire une station-service. McDonald's aurait également prévu d'y construire un restaurant.

 

À en croire les confidences de Kistnen à Bruneau Laurette, c’est une compagnie spécialisée dans l’offshore qui gèrerait les biens de l’ancien ministre du Commerce. L’activiste social a alors décidé de confier les fameux Kistnen Papers à un journaliste de Top Fm sans se douter que le principal concerné allait mystérieusement disparaître six jours plus tard. Notre confrère a ensuite remis les documents au bureau du Directeur des poursuites publiques le 30 décembre. Bruneau Laurette avance que le carnet de Kistnen pourrait être la raison de sa mort car il voulait en finir une fois pour toutes avec les transactions louches.