• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Dimah Social Association : Quand la jeunesse se mobilise autour de bonnes causes

Entre activités sportives, opérations de nettoyage et autres initiatives, les derniers mois ont été très riches pour les membres de l’association.

Zoom sur un petit groupe de jeunes qui rêvent d’une île Maurice meilleure. D’actions caritatives en œuvres sociales, ils se mettent au service de personnes en difficulté…

Des opérations de nettoyage, des mains tendues à des familles en difficulté, des actions interreligieuses, des activités sportives regroupant des jeunes de divers horizons, des distributions de vivres à des sans domicile fixe, des dons de sang, des rencontres dans des maisons de retraite ou avec des jeunes orphelins… Ce sont là autant d’initiatives de jeunes la Dimah Social Association, une organisation composée de et dirigée par des jeunes. Leur objectif principal est de contribuer à améliorer le sort de ceux qui ont eu moins de chance dans la vie.

 

«L’association existe depuis novembre 2018. Nous comptons 54 membres de plusieurs régions de l’île, âgés de 17 à 40 ans», nous confie Fayed Outim, 38 ans, président de l’organisme.  Motivés et fiers des accomplissements de l’ONG Fayed et ses amis éprouvent beaucoup de plaisir et de satisfaction personnelle dans ce qu’ils font. «Nous sommes apolitiques et nous n’acceptons de l’argent de personne. Nous cotisons entre nous pour les différentes activités que nous organisons», explique Fayed qui travaille à son compte : «Parmi nos membres, il y a des étudiants et des jeunes professionnels…» 

 

Chaque sortie, chaque action, leur permet, dit-il, de faire de belles rencontres et de voir à quel point un simple petit geste peut changer la vie d’une personne. «Nous ne cherchons pas à aider, juste pour aider. Notre mission principale est d’empower ces familles qui vivent dans des conditions précaires. On les écoute, on les conseille. Par exemple, on aide ceux qui en ont besoin à trouver un emploi. Comme dit un ancien proverbe, on ne veut pas juste leur donner du poisson pour qu’ils mangent mais on veut aussi leur apprendre à pêcher», explique Fayed. Les membres de l’association ont déjà prévu un calendrier bien établi pour terminer l’année 2019 sur une bonne note : «Nous aurons une distribution de jouets le 22 décembre pour des enfants d’une région et nous comptons aussi aider 2 à 3 familles en cette période festive. Nous prévoyons aussi une Football Challenge Cup le 29 décembre…»

 

Et même s’ils n’ont pas, pour l’instant, un local pour se réunir, les membres restent en constante communication entre eux et comptent bien continuer à se mobiliser autour de ces bonnes causes.