• Jenny’s Nailbar : La beauté jusqu’au bout des ongles
  • Le Comité Organisateur des Jeux des îles lâche Grey
  • Diya One s’implante à Maurice
  • Inter Régions : Mangalkhan SC et Grande-Rivière Noire WC, dans la cour des grands
  • Tian et son nouvel élan musical
  • Phyllisia Ross : «Je ressens beaucoup de love à Maurice»
  • Partaz To Kreasion : des jeunes, de l’espoir...
  • Gymnastique rythmique : Les Mauriciennes font bonne figure à La Réunion
  • La belle croisière scientifique de la Mauricienne Pavanee Annasawmy
  • Badminton - Internationaux de Maurice : Vingt pays attendus en juin

Désiré L’Enclume : Les héros ne meurent jamais

L’ex-gardien de but de la Fire Brigade et de la sélection nationale nous a quittés cette semaine. Ses deux arrêts décisifs lors des JIOI 1985 resteront à jamais gravés dans l’Histoire du sport mauricien, et les témoignages se multiplient.

Le football mauricien pleure un de ses héros. Il s’agit de l’ex-gardien de but, Désiré L’Enclume, qui a poussé son dernier soupir, le jeudi 11 avril, des suites d’une  maladie à l’âge de 59 ans. Il disait qu’il était né footballeur, il mourra footballeur. Une perte subite qui va le priver de l’ambiance des prochains Jeux des îles de l’océan Indien (19 au 28 juillet 2019) chez nous et dont il a été un des symboles de la réussite en 1985 (voir plus loin).

 

Désiré L’Enclume, qui a commencé sa carrière professionnelle à la Mauritius Fire and Rescue Service (anciennement Fire Services), était plus connu pour ses talents de footballeur, plus précisément comme gardien de but. C’est dans les années 70/80 qu’il s’est fait connaître du grand public sous les couleurs de l’ex-Fire Brigade. À cette époque-là, le football mauricien était plus populaire que le football anglais et chaque joute déchaînait les passions, et chaque jeune voulait imiter nos stars du sport roi. Celui qu’on surnommait l’homme araignée était l’idole de bon nombre de Mauriciens.

 

Avec les Rouge et Noir, l’ex-keeper avait tout raflé comme titres nationaux et sa présence dans les cages rendait la tâche difficile aux attaquants adverses. Après avoir mis un terme à sa carrière de footballeur de haut niveau, il n’était pas reste éloigné des terrains de football, et ne manquait pas de suivre son équipe de cœur en Angleterre, Liverpool. Désiré L’Enclume a connu un passage comme entraîneur de l’Union Beau-Bassin Rose-Hill puis de l’ASPL 2000 au début de la régionalisation du football mauricien mais il n’était pas trop dans son élément.

 

Il devait être sollicité pour apporter son expérience à l’entraînement des jeunes gardiens de but, tant au niveau de la sélection nationale qu’au niveau du Centre technique national. C’est ainsi qu’il a été plusieurs fois appelé à agir comme coach des keepers avec le Club M et compte de ce fait un palmarès assez éloquent.

 

Une riche expérience qu’il a partagée auprès de plusieurs gardiens de but. L’un d’entre eux, c’est Jean-François Ammomoothoo. «C’était un héros qui suscitait l’admiration des jeunes gardiens de but et je voulais absolument remporter autant de trophées et de médailles que lui, mais il ne sera jamais égalé», dit-il

 

«Je l’ai connu pour la première fois lorsque j’ai intégré le Centre National de Formation de Football en 1993. Si, aujourd’hui, j’ai connu une carrière de gardien de but avec beaucoup de sacre, c’est grâce à lui, tout comme feu Teckman Dwarka. Il était comme le tronc d’un arbre, Orwin Castel, Dhanraj Reegah et moi étions comme des branches. Il nous enseignait la base, et c’est dommage aujourd’hui qu’on n’a pas de relève comme gardien de but. Aujourd’hui je suis entraîneur de gardiens de but a l’ASPL 2000 et auprès d’une académie privée, et je le sollicitais bien souvent pour des conseils», confie celui-ci qui a porté les couleurs de l’ASPL 2000 et de la sélection nationale.

 

Aboo Bakar Augustin a lui aussi eu Désiré L’Enclume comme coach du temps où il était convoqué en sélection nationale. Le portier de Savanne SC nous dit que c’était quelqu’un de très amical mais discipliné et apprécie de tous. «Il a été mon entraîneur durant la période 2010-2012, et voulait réussir quelque chose pour le football mauricien, qu’il considérait comme sa deuxième épouse. Il a partagé avec moi toute son expérience, et cela me flatte d’avoir côtoyé celui que certaines personnes appellent l’araignée. Il était toujours à l’écoute des joueurs et toujours à l’heure. C’est une star du football mauricien qu’on a perdue et je sympathise avec tous ceux affligés par ce décès», partage notre interlocuteur.

 

Vashish Ramma fait partie des jeunes gardiens de but, même s’il n’a pas été façonné par Désiré L’Enclume mais garde de bons souvenirs de ses rencontres avec lui. «A l’époque, j’étais dans la sélection des U20 et il avait dirigé plusieurs séances d’entraînement. C’était quelqu’un de méticuleux et dispensait beaucoup de conseil, et était très proche des joueurs.  C’est une légende qui a connu une belle carrière comme footballeur et ensuite comme entraîneur. Il sera à jamais associé aux JIOI 1985», déclare le jeune homme, qui a tracé sa voie comme entraîneur de gardiens de but.

 

On se souvient qu’en 2003, Désiré L’Enclume était aux côtés d’Akbar Patel (voir plus loin) lorsque Maurice montait pour la deuxième fois de son histoire sur la plus haute marche du podium aux JIOI. Désiré L’Enclume est un des rares Mauriciens à avoir remporté la médaille d’or tant comme sportif que comme entraîneur. Il était passé à deux doigts d’un nouvel exploit en 2011, aux Seychelles, lorsque Maurice s'était s’incliné en finale des JIOI contre le pays hôte lors de la séance des tirs au but. Le défunt a remporté une médaillé de bronze aux JIOI de 2015.

 


 

JIOI 1985 : deux parades inoubliables

Samedi 31 août 1985.  Maurice affrontait La Réunion lors de la finale de football de la deuxième édition des Jeux des îles de l’océan Indien qui se déroulait sur notre sol. Le vieux stade George V, à Curepipe, était rempli comme un œuf et le public était le douzième homme de la sélection nationale, dirigée à l’époque par l’Allemand Helmut Kosmehl assisté de feu Mamade Elahee. A l’époque, la rivalité footballistique entre les îles Sœurs étaient presque une question de vie ou de mort.

 

Sur le terrain, les deux équipes ne se faisaient pas de cadeau, et l’intensité était telle que le score à l’issue du temps réglementaire fut de 4-4, alors que Maurice menait à un certain moment sur le score 4-1. Il fallait avoir recours à la séance fatidique des tirs au but pour départager les deux finalistes. Le suspense était à son paroxysme avec toute une nation qui retenait son souffle.

 

Le capitaine de la sélection réunionnaise Henri-Paul Ah-Yane s’avance pour tirer le premier. Désiré L’enclume, très en verve, se jette du bon côté et repousse le tir d’Ah-Yane. Par la suite, le goal mauricien stoppera aussi le tir de Dominique Boyer. S’imposant sur le score 4 buts à 2, Maurice s’en ira décrocher la médaille d’or et Désiré L’enclume devient le héros de toute une nation. Des souvenirs qu’il n’était pas près d’oublier. «Je n’oublierai jamais ce moment-là, car soit je devenais un héros, soit un zéro. J’étais très motivé pour cette finale, car je suis de nature mauvais perdant, d’autant qu’en club j’ai perdu des matchs importants. La suite, vous la connaissez, et c’est quelque chose qui vous marque à vie. Même aujourd’hui je ressens toujours cette émotion. C’est un moment de grande fierté de voir flotter le quadricolore car je suis toujours au service de mon pays, même si, des fois, on oublie ceux qui ont fait honneur à la patrie. L’émotion était présente en 2003 mais cela n’a rien de comparable à l’ambiance de 1985», dit l’ex-gardien de but.

 


 

Club M : qui le remplacera ?

Il avait retrouvé la sélection nationale en novembre dernier. Il n’avait pas résisté à l’appel de la patrie pour apporter son expertise dans la conquête de la médaille d’or aux prochains JIOI 2019, aux côtes de son ami de longue date, Akbar Patel. Ce duo a connu des hauts et des bas dont son éviction à la tête du Club M en plein JIOI 2015 à La Réunion. Il avait repris du service pour prêter main-forte comme entraîneur des portiers. Il était motivé pour accomplir cette mission jusqu’à que des ennuis de santé commencent à lui jouer un sale tour, et qui se révéla être un adversaire fatal. Sa mort laisse un vide au sein du staff technique, comme le regrette Iswar Boolkah, fidèle lieutenant du duo Patel/L’Enclume, et qui lui aussi a accepté de rejoindre le Club M. «Il demeure irremplaçable tant par son expérience que son palmarès, et aussi sa personnalité. C’est plus qu’un soldat que le pays a perdu», nous confie le physio du Club M.

Le Club M doit préparer l’après-Désiré L’Enclume, même si son ombre va planer sur cette sélection lorsqu’elle se réunira ce mardi à l’occasion de sa séance hebdomadaire d’entraînement. Plusieurs noms sont cités pour remplacer l’ex-gardien de but au sein du staff technique du Club M.

 


 

Et pourquoi pas un Désiré L’Enclume Stadium ?

Une suggestion qui mérite d’être considérée. La page Moris Football Fans, qui est active sur facebook, et qui fait la part belle au football mauricien, suggère que le New George Stadium V change d’appellation pour rendre hommage à l’ex-star du ballon rond. D’autres voix suggèrent que le nouveau stade en construction à Côte d’Or porte le nom du défunt. «Désiré L’Enclume est devenu un héros national grâce à son exploit aux JIOI 1985 sur la pelouse du stade George V. Il est normal que son nom soit donné à cette infrastructure sportive pour lui rendre hommage et que les générations futures puissent se rappeler de lui. Nous espérons que le ministre de la Jeunesse et des Sports, qui est un élu de la ville de Curepipe, prenne notre suggestion en considération», affirment les administrateurs de cette page. Rêvons un instant que l’île Maurice remporte la médaille d’or en football, le samedi 27 juillet 2019, dans le mythique stade curepipien.

 


 

Réactions

Pravind Jugnauth (Premier ministre) : «Un grand homme»

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris son décès. C’était une légende du football mauricien, et on se souviendra de lui pour ses deux arrêts en finale des JIOI 1985 qui ont permis au pays de remporter la médaille d’or. Le pays a perdu malheureusement un grand homme du football mauricien à quelques semaines des JIOI 2019.

 

Stephan Toussaint (ministre de la Jeunesse et des Sports)  : «Remporter la médaille d’or pour lui rendre hommage»

Le pays a perdu un vaillant serviteur et c’est une grosse perte pour le football et la famille du sport mauricien. Sois rassuré Désiré que toute l’équipe entourant le Club M va tout faire pour remporter la médaille d’or aux JIOI 2019, et ce sera le plus beau des hommages que nous pouvons lui offrir.

 

Akbar Patel (entraîneur national du Club M) : «Il laisse un grand vide »

C’est une perte pour le sport mauricien, mais pas qu’en football, car il a été un vrai serviteur du pays. Il laisse un grand vide, car il a remporté beaucoup d’honneurs comme joueur puis comme entraîneur, et demeure le rare mauricien à avoir remporté une médaille d’or comme sportif et une autre comme entraîneur.

 


 

Funérailles dignes d'un héros

 

 

Le drapeau national enrobant le cercueil. C’est ainsi que la dépouille mortuaire a quitté la résidence des L’Enclume, à Petit Verger, St-Pierre, le vendredi 12 avril, en présence des proches, amis, politiciens, des anciennes gloires du football mauricien (tant comme coéquipiers du disparu ou adversaires), des footballeurs de la nouvelle génération et des collègues. Ces derniers ont formé une haie d'honneur au passage du cercueil, alors que ceux présents entonnent la fameuse chanson de la Fire Brigade « Pik so orite » en guise d’adieu. L’ex-keeper de la sélection nationale et de la Fire Brigade a été inhumé au cimetière de Bois-Marchand. Marié à Corinne, il était père de deux enfants (Jonathan et Tracy), et grand-père de deux petits-enfants. Avant d’emménager à St-Pierre, les L’Enclume ont résidé à Grande-Rivière-Nord-Ouest.