• Diabétiques : quelques conseils pour un hiver sans souci
  • Association féminine pour saisir l’avenir : un engagement citoyen et solidaire
  • Jocelyn Chan Low : «La jeune génération, sans doute en raison d'un avenir plus qu'incertain, est plus encline à contester le statu quo»
  • Accusé d’avoir comploté pour faire braquer la bijouterie de son époux - Reeta Moosahur : «Enn polisie inn zwe enn move rol ek mwa»
  • À ne pas rater : et de deux pour des grosses séries à venir !
  • Atypik Cafe : les «nanas» pas comme les autres d’Axel Surette
  • Accidents fatals à Belle-Vue Maurel, Sainte-Croix et Mahébourg : douleur et stupeur après la mort tragique de quatre personnes âgées
  • Héroïne, haschisch, cannabis… : une semaine riche en saisies
  • REVOLT : trois line ups pour un album métal
  • Priyadharshini Radha : d’amour et de pâtisserie

Décès tragique de Bhoomi, 14 ans, neuf ans après l’assassinat de sa mère : l’horrible destin des sœurs Ramotar

L'adolescente laisse derrière elle une famille plongée dans une profonde tristesse.

Le destin s’acharne à nouveau sur Leena, Ishta, Bhavna et Preetee. Après avoir perdu leur mère Sadna, assassinée à coups de sabre par leur père Oumesh il y a neuf ans, ces quatre sœurs sont une fois de plus confrontées à un terrible malheur : leur benjamine Bhoomi, âgée de seulement 14 ans, s’est donné la mort. Récit.

Elles en ont vécu des moments difficiles. Elles en ont versé des larmes de douleur. Mais le drame qu’elles vivent actuellement est plus que ce qu’elles peuvent supporter. Leena, Ishta, Bhavna et Preetee pleurent amèrement le décès tragique de leur plus jeune soeur Dhanishka Rawotar, plus connue sous le nom de Bhoomi, âgée de 14 ans seulement. Après une vie de malheur, l’adolescente fragile a décidé de mettre fin à sa vie le mardi 11 janvier, dans la maison familiale à Clémencia, plongeant ses aînées dans un cauchemar sans fin.

 

La jeune fille allait fêter ses 15 ans le 13 février. «Nou ti pe organiz enn fet sirpriz pou so laniverser, ala limem linn fer nou enn mari sirpriz», pleure Preetee, 29 ans, une habitante de St-Pierre. «Nou pa ti atann ki nou la prinses pou kit nou koumsa», lâche, anéantie, Bhavna, 30 ans, qui habite, elle, à Belle-Mare. «Nou ti ser pa ti mank nanye apar lamour nou papa ek nou mama», ajoute l’aînée des soeurs, Leena, 35 ans, retournée vivre dans la maison familiale depuis deux ans après sa séparation d’avec son époux. C’est elle qui veillait sur Bhoomi au quotidien ainsi que sur leur dadi Leelawtee, âgée de 86 ans. Ishta, la cadette, âgée de 31 ans et vivant en Italie, est également en état de choc depuis la mort de sa jeune soeur.

 

Il est vrai que des cinq soeurs, la benjamine des Ramotar était celle qui vivait le plus mal le meurtre de leur maman le 1er avril 2013. Elle n’avait que 6 ans quand son père Oumesh a assassiné sa mère Sadna pour une histoire d’infidélité alléguée. Le meurtrier a été condamné à 28 ans de prison en 2016. «Nou fini pardonn nou papa pou seki linn fer», soulignent Leena, Bhavna et Preetee. D’ailleurs, leur père voulait absolument, disent-elles, être présent pour les funérailles de Dhanishka. Mais il n’en a pas eu l’autorisation en raison de la situation sanitaire. «Nou papa inn swiv lamor nou ti ser par video call depi prizon Melrose», raconte Bhavna. Elle ajoute, désemparée : «Nou pa ti atann enn zafer koumsa ditou. Bhoomi ti kouma nou zanfan mem. So sel problem se ki li ti tro trankil. Kan koz ar li, sak fwa li zis reponn ou par wi ek non.»

 

Le départ tragique de leur mère était resté comme une grosse épine dans son coeur. «Sak fwa li ti get foto nou mama, li ti plore. So lamor ti bien afekte li», explique Leena. L’adolescente a, par ailleurs, connu une enfance chaotique, contrairement à ses sœurs aînées. Elle a d’abord était sous la responsabilité de Preetee. À la mort de leur mère, les deux soeurs ont vécu à Grand-Bois, dans le Sud, chez leur grand-mère maternelle. Puis, à 8 ans, la fillette s’est installée à La Lucie Roy, à Bel-Air, chez une tante maternelle. Quatre ans plus tard, elle est retournée à Belle-Rose, Clémencia, en compagnie de Leena. «Nou tou ti bien kontan li. Zame li pa ti enn fardo pou nou. Pa kone kinn pas dan so latet», se demande Preetee.

 

Bhavna était venue rendre visite à sa dadi dimanche dernier avec sa famille. À un certain moment, son époux Akshaye a examiné le portable de Bhoomi et il est tombé sur la photo d’un homme dans le chat room de son compte Instagram. «Misie-la pa ti paret enn Morisien. Mo gran ser ek mwa nounn koz ek Bhoomi lerla pou dir li aret get sa bann zafer-la. Mo gran ser inn ramas so portab apre sa», se souvient Bhavna.

 

«Inn gagn mari onte»

 

Son époux a, par la suite, «efas foto-la ek ferm so kont Instagram». «Nou ti ser inn gagn mari onte apre sa», souligne Bhavna. Elle est rentrée chez elle par la suite, en disant à sa petite sœur de «fer bon zanfan» et de continuer à se concentrer sur ses études. «Nou ti ser ti travay bien lekol. Li ti fini primer ek 5 A+. Dan lakaz, li ti fer so bann ti louvraz ek li ti kwi manse ousi. So sel problem, se ki li ti bien ranferme», souligne Preetee.

 

Bhoomi avait un téléphone portable depuis plus d’un an. Elle l’utilisait principalement pour ses cours online. Elle est en Grade 9 au SSS de Flacq. «Nou mem ti pe donn li kas pou met lor so telefonn», explique Preetee. Le lundi 10 janvier, l’adolescente et sa sœur aînée se sont réveillées vers 9 heures. «Nounn profite kouma dadi pa ti la pou lev inpe tar. So landemin ousi nounn lev mem ler. Mo ti dir li anou degaze fer louvraz parski mo ti ena pou al labank ek sipermarse Bel-Air», explique Leena. Elle est sortie vers midi. «Premie fwa Bhoomi ti pe res tousel dan lakaz sa zour-la. Ler monn rantre 13h30, monn gagne enn mari sok kan monn trouv mo ti ser inn swiside. Li ti fini fre kan monn pran li dan mo lebra», dit-elle.

 

Les soeurs de l’adolescente ne savaient pas, disent-elles, qu’elle pouvait commettre un acte de désespoir. «Ce n’est qu’après sa mort que la mère d’une de ses amies nous a dit que notre sœur avait déjà avoué avoir des tendances suicidaires», confie Bhavna. Après la mort de sa mère, elle avait bénéficié d’un suivi psychologique pendant un certain temps mais ce n’était plus le cas depuis longtemps.

 

Deux jours plus tard, Leena, Bhavna et Preetee ont eu encore un énorme choc en tombant sur un article d’un site en ligne, alléguant que leur sœur s’est donné la mort après une histoire de clips et de photos pornos circulant sur les réseaux sociaux et qui impliquerait des mineures, dont Bhoomi. Ce qu’elles réfutent avec force. Elles ont même consigné une plainte à la police pour diffusion de fausses nouvelles. «Sa zistwar child porn la fos sa. Nou ser zame pann avoy so foto. Mo ser pa ti ena ti kopin non pli. Ena dimounn pe dir ki swa disan enn dimounn inn piez li dan enn group. Seki nou kone, li ti zis manb dan enn group apel BTS lor WhatsApp. Nou ti dimann medsin kinn fer lotopsi examinn so lekor. Dokter-la inn dir ki li ti ankor vierz», martèlent Leena, Bhavna et Preetee. L’une d’elles ajoute : «Nou ti deza ramas so portab avan akoz li ti tro lor TikTok.»

 

Qu’est-ce qui s’est passé dans la tête de l’adolescente cette fois ? Personne ne le sait. En tout cas, Leena, Ishta, Bhavna et Preetee se retrouvent avec une autre immense blessure à guérir.  Elles ne savent pas comment faire mais elles comptent se serrer les coudes, une fois de plus, pour y arriver.