Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Covid-19 : encore et toujours la résistance... en attendant les jours meilleurs

L'Inde fait face à une nouvelle vague massive qui menace de submerger les hôpitaux.

Face à une nouvelle vague massive qui menace de submerger les hôpitaux, la capitale indienne New Delhi est confinée pour une semaine. Et aux États-Unis, la vaccination contre la Covid-19 bat son plein. Pourtant, le nombre de nouveaux cas continue d’augmenter. La Mauricienne Vanessa Baker nous raconte sa réalité...

Les chiffres font toujours peur. Les statistiques continuent d’inquiéter. Les sources d’information n’arrêtent pas de relayer cette actualité qui donne des sueurs froides, avec un taux de contamination accablant et un nombre de décès qui interpelle. Car malgré la résistance, malgré les mesures, restrictions et remèdes anti-Covid qui ont été dégainés contre le virus, la Covid-19 résiste. Entraînant dans son sillage des familles brisées, des services hospitaliers submergés, de l’inquiétude et des larmes.

 

Au mardi 20 avril, la pandémie causée par le nouveau coronavirus avait fait au moins 3 031 441 morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles. Le constat est toujours alarmant au Brésil, au Mexique ou encore en Inde où les nouvelles, ces derniers temps, ne sont pas du tout rassurantes. La Grande Péninsule a ainsi enregistré, le mercredi 21 avril, plus de 2 023 décès dus à la Covid-19, portant le bilan total de la pandémie à 182 553 morts dans le pays. 295 000 nouveaux cas ont aussi été enregistrés en 24 heures, ce qui représente l’un des bilans quotidiens les plus élevés au monde depuis le début de la pandémie, tout en amenant le total des contaminations en Inde à 15,6 millions. Comparée à un tsunami, cette vague d’infections avance avec une rapidité jusqu’ici inégalée dans le monde. Ce qui intrigue les experts et les observateurs à travers la planète, étant donné que l’Inde s’est lancée dans une vaste campagne de vaccination contre la Covid-19.

 

Il faut dire que, malgré la lutte pour faire reculer la Covid-19 un peu partout dans le monde, la pandémie ne fléchit pas pour autant. Les États-Unis sont, à ce jour, le pays qui compte le plus fort taux de décès, soit plus de 568 416. La vaccination là-bas bat son plein, avec plus de la moitié des adultes ayant déjà reçu au moins une dose de vaccin. Alors que 32,5 % des plus de 18 ans sont entièrement vaccinés et quasiment deux tiers des plus de 65 ans ont reçu des doses de vaccin. Pourtant, le virus progresse toujours.

 

Moins de vigilance

 

Si la vaccination semble être la solution pour faire reculer la Covid-19, elle pourrait aussi être responsable des nouvelles contaminations. Aux États-Unis, il est possible de sortir au restaurant – même en intérieur – ou même d’aller au cinéma depuis quelques semaines et il semble compliqué pour les autorités américaines de tout refermer à nouveau. Selon les experts, la balle serait maintenant dans le camp de la population. Mais ils ont ainsi noté que les Américains ont tendance à relâcher leur vigilance et à être moins respectueux des gestes barrières, sachant que des vaccins sont maintenant disponibles pour lutter contre le virus. Or, les professionnels sont unanimes sur le fait que l’un ne va pas sans l’autre et qu’il est primordial de maintenir les gestes barrières.

 

La Mauricienne Vanessa Baker, installée dans l’Indiana, en plein Midwest, peut en témoigner. Le port du masque et les autres gestes barrières font désormais partie de sa réalité, de son quotidien, et la vie continue avec le virus. «Ce n’est certainement pas gai de savoir que le virus circule toujours, surtout avec des gens qui meurent presque tous les jours ici, principalement des personnes âgées», nous confie la jeune femme qui, comme les gens un peu partout dans le monde, prend son mal en patience en attendant le retour des jours meilleurs, sans stress, sans inquiétude, sans mauvaises nouvelles. «Je pense que cette situation va durer un bon bout de temps, cela semble interminable et c’est ennuyeux puisque notre mode de vie a beaucoup changé. La vie a radicalement changé depuis un an. Ce que j’aime aux États-Unis, c’est que le gouvernement n’a pas mandaté un confinement strict, c’est-à-dire comme à Maurice où les gens ne peuvent pas quitter la maison ou seulement par ordre alphabétique. Ici, les gens peuvent toujours sortir pour faire des courses quand ils en ont besoin mais, bien sûr, il faut porter un masque dans les lieux publics. Certaines entreprises vous refusent le service si vous ne respectez pas le port du masque. Les restaurants et toutes les entreprises sont ouverts, que ce soit pour le service du repas à emporter ou pour manger sur place. Certains lieux d’attraction sont également ouverts...»

 

Au fil des semaines et des mois, la Mauricienne a développé des repères et continue, dit-elle, de vivre… tout simplement : «Je cuisine plus à la maison et j’essaie de manger sainement à chaque fois que c’est possible. Au travail, on doit porter le masque pendant la pause et le déjeuner, et à chaque fois que quelqu’un s’approche de vous.» En ces temps difficiles, la positive attitude est aussi une façon de ne pas se laisser submerger. Et Vanessa Baker a choisi de surfer sur les bonnes ondes : «Beaucoup de gens annulent leurs vacances, surtout s’ils doivent prendre l’avion pour des destinations internationales. Aux États-Unis, l’été est bientôt là et je prévoie de visiter un autre État. La Covid ne va pas m’arrêter. Pour la plupart des gens ici, c’est un peu le mood du moment...»

 

Elle fait partie de ceux et celles qui ont choisi de ne pas laisser le virus prendre le dessus et de continuer à vivre, en respectant les gestes barrières. Et en attendant les jours meilleurs...