Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Adilla Diouman-Mosafeer : «Pour avancer positivement, nous devons sortir de notre zone de confort et être créatifs»
  • Décès tragique de Bhoomi, 14 ans, neuf ans après l’assassinat de sa mère : l’horrible destin des sœurs Ramotar
  • Evénement : visite d’une sommité de l’athlétisme
  • Un arbitre mauricien à la CAN 2021 - Shabneez Heeralall : «Mon époux, ma fierté»
  • Thaipoosam Cavadee : quand ferveur rime avec restrictions sanitaires
  • Le couple Persand dédommagé de Rs 1,5 M après une négligence médicale - Ganeshan, père du nourrisson décédé : «Nous aurions préféré que notre enfant soit là»
  • Élections régionales : les Rodriguais en quête de progrès
  • Législatives 2019 - Vers un «recount» au n° 19 : les chiffres du rebondissement
  • Une énième «unité» pour affronter le pouvoir !
  • Campagne de vaccination contre la Covid-19 : entre sursis et accélération

Covid-19 : d’allègement en allègement

«Mon retour dans l’île va dépendre de la reprise des vols de la compagnie d’aviation avec laquelle j’ai mon billet de retour», nous confie la Mauricienne Ranini Cundasawmy.

«Certaines mesures de précaution sont toujours en vigueur. L’application de la distanciation sociale dans les lieux publics, la vérification de la température et l’usage du gel hydroalcoolique sont de rigueur. Dans plusieurs shopping malls, la vérification de la température se fait automatiquement et il y a aussi à disposition, et gratuitement, des distributeurs automatiques de hand sanitizers», raconte notre compatriote Ranini Cundasawmy qui parle de sa réalité en Thaïlande, pays qui a rouvert ses frontières cette semaine, poursuivant ainsi la reprise des activités...

Dans plusieurs pays actuellement, le même schéma. Ils allègent de plus en plus leurs mesures de restriction en mettant en avant les progrès du taux de vaccination. L’ultime étape marquant la reprise un peu partout, c’est l’ouverture des frontières qui permet un redémarrage des activités touristiques lourdement affectées ces deux dernières années. Depuis cette semaine, trois pays qui ont été à maintes reprises sous le feu des projecteurs de par leur gestion de la pandémie accueillent à nouveau des visiteurs d’ailleurs, encore une avancée sur le chemin du retour à la normale...

 

Après près de 600 jours de fermeture, l’Australie a rouvert ses frontières le lundi 1er novembre, pour le plus grand bonheur de ceux qui ont été pendant de longs mois privés de leurs proches vivant sous d’autres cieux. Depuis le 20 mars 2020, l’île-continent avait instauré l’une des fermetures de frontières les plus strictes au monde afin de se protéger de la pandémie. Israël a aussi commencé, cette semaine, à accueillir les touristes sans restrictions, tout comme la Thaïlande qui dépend beaucoup du tourisme et dont l’économie a été lourdement affectée par la crise sanitaire. Depuis le 1er novembre, elle autorise les voyageurs vaccinés de plus de 60 pays à séjourner chez elle sans faire de quarantaine.

 

Avec ce développement, c’est l’espoir qui prend le dessus après des mois difficiles. «C’est le retour à la normale», nous confie la Mauricienne Ranini Cundasawmy, boxeuse mauricienne qui pratique la savate, la croche et le muay-thaï, et a remporté le championnat du monde de muay-thaï en 2017 et 2018, organisé par la WMF Federation, basée en Thaïlande. À cause de la pandémie et de la fermeture des frontières, elle est restée bloquée en Thaïlande depuis 2020 avec son époux Patrick.

 

Étant là-bas depuis tout ce temps, la Mauricienne a pu suivre l’évolution de la situation : «Quand je sors pour aller au marché, je vois qu’il y a pas mal de touristes...» Avec la reprise des activités, difficile pour Ranini Cundasawmy de ne pas repenser à tout ce qui avait été chamboulé : «Il y a quelques mois, il y avait eu une montée dans le nombre de contaminations à la Covid-19 et les autorités ont mis en place certaines restrictions dans plusieurs zones, notamment la fermeture des écoles, des salles de gym et un couvre-feu de 22 heures à 4 heures du matin. Dans la journée, la population pouvait circuler librement. Les marchés, supermarchés, pharmacies et autres boutiques fonctionnaient normalement et fermaient à 21 heures. Les restaurants étaient en mode takeaway et proposaient des services de livraison. Les transports en commun fonctionnaient normalement à partir de 4 heures du matin jusqu’à 22 heures.»

 

Notre compatriote revient aussi sur les dernières restrictions qui ont rythmé sa vie : «Nous sommes actuellement dans la région de Bearing qui se trouvait dans la zone rouge il y a quelque temps. Ce n’était pas dur car, cette fois, il y avait moins de restrictions et pour nous, c’était comme une routine. Une chose qui était positive durant cette période, c’était la baisse du prix des produits alimentaires comme les fruits, les légumes et autres.»

 

Comme dans plusieurs parties du monde, plusieurs secteurs opèrent à nouveau en Thaïlande mais le maître-mot reste la vigilance. «Certaines mesures de précautions sont toujours en vigueur. L’ application de la distanciation sociale dans les lieux publics, la vérification de la température et l’usage du gel hydroalcoolique sont de rigueur. Dans plusieurs shopping malls, la vérification de la température se fait automatiquement et il y a aussi à disposition, et gratuitement, des distributeurs automatiques de hand sanitizers. Les self-Covid tests sont aussi en promotion dans plusieurs pharmacies», raconte la Mauricienne.

 

C’est avec beaucoup d’espoir que Ranini Cundasawmy attend les prochains mois : «J’ai pu, grâce à mon époux Patrick Cundasawmy qui est aussi mon coach, continuer mes entraînements pour que je sois en pleine forme quand les choses retourneront à la normale. Bientôt, les combats reprendront. Je n’ai pas encore reçu les dates de mes combats à venir mais tout dépendra de l’évolution de la reprise des activités. 2022 s’annonce donc bien si la Covid ne vient pas jouer les trouble-fêtes. Il y a deux compétitions-clés pour 2022 : le championnat du monde de Muay Thai WMF, en Thaïlande, prévue pour mars, et le championnat du monde de Kun Khmer-boxe cambodgienne, au Cambodge, en décembre. Tout dépendra de l’évolution de la pandémie. À noter que ces championnats ont été annulés en 2020 et 2021 à cause de la crise sanitaire.»

 

Bien évidemment, notre compatriote attend avec impatience de pouvoir rentrer à Maurice. «Mon retour dans l’île va dépendre de la reprise des vols de la compagnie d’aviation avec laquelle j’ai mon billet de retour. Je pense aussi à continuer mes entraînements dans plusieurs clubs de BMA à Maurice – Bambous Martial Arts – et continuer les sessions d’entraînement – Anou Fouette Disang – en live sur ma page Facebook tous les lundis à 18h45. Avec mon époux, nous tenons à remercier Ishan Shivanand et Terry Smith de Fundsmith pour leur soutien depuis que nous sommes ici», conclut Ranini Cundasawmy de la Thaïlande qui, comme plusieurs pays, va d’allègement en allègement ces derniers temps.