• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Championnat d’Angleterre : la dernière bataille de la saison

Qui de Leicester, Leeds ou Everton restera en Premier League ? La réponse vers 21h20 aujourd’hui.

Manchester City a déjà scellé le titre de Premier League, mais la bataille contre la relégation se déroulera jusqu’au dernier moment. La tension sera à son apogée à ce niveau pour conclure une saison rythmée par la Coupe du monde au Qatar.

Clap de fin pour une longue saison. C’est aujourd’hui que s’achève le championnat d’Angleterre 2022/23 après neuf mois de compétition, entre-coupés par la tenue de la Coupe du monde de football en décembre. Certes, il reste la finale de la FA Cup entre les deux clubs de Manchester, City et United et la finale de la Ligue des champions avec la participation des Citizens, pour le plus grand plaisir des amateurs du football anglais.

 

L’élite anglaise ne déçoit presque jamais et cette saison n’a pas été différente. Nous avons eu Pep Guardiola et Man City pourchassant Arsenal en haut du tableau pour compléter le triplé et égaler sir Alex Ferguson en tant que seul entraîneur à avoir remporté la compétition trois saisons de suite, Newcastle se qualifie pour la Ligue des champions pour la première fois en 20 ans et Roberto De Zerbi emmène Brighton en tournée européenne pour la première fois de l’histoire du club.

 

La Premier League, qui a déjà couronné Manchester City, va prendre fin aujourd’hui avec la participation de toutes les équipes (voir programme du jour) et comporte quelques enjeux, notamment dans la bataille contre la relégation.

 

Avec les places européennes déjà acquises, les regards seront braqués sur plusieurs clubs en difficultés. En bas du tableau, cela promet d’être une dernière journée anxieuse pour les fans d’Everton, de Leicester City et de Leeds United, pour ne pas accompagner Southampton en Championship la saison prochaine.

 

Dans cette lutte, Everton a son destin entre ses mains. Une victoire aujourd’hui contre Bournemouth à Goodison Park, sera synonyme de maintien et qui va renvoyer Leicester et Leeds en division inférieure. Leicester doit battre West Ham pour avoir une chance d’éviter la chute. L’équipe de Dean Smith a une différence de buts supérieure à Everton, donc une victoire combinée à des points perdus par Everton verrait Leicester rester en Premier League et c’est Everton qui sera relégué.

 

Leeds doit battre les Spurs à Elland Road et espérer que les résultats des deux autres matchs se déroulent dans leur sens. Leeds a besoin de trois points, tout en priant pour des défaites de Leicester City et Everton, pour assurer son maintien. En théorie, il existe un scénario où une victoire de Leeds et un match nul d’Everton voient l’équipe de Sam Allardyce terminer au-dessus d’Everton sur les buts marqués ou la différence de buts. Cependant, cela nécessiterait que Leeds gagne par trois buts ou plus contre les Spurs.

 

La différence de buts de Leicester est, cependant, nettement meilleure que celle de Leeds. Le sort des Foxes est hors de leur contrôle, tout ce qu’ils peuvent faire est de battre une équipe de West Ham qui aura l’esprit sur une finale européenne et espérer que les résultats d’Everton et de Leeds iront dans leur sens. Avec une seule victoire lors de leurs huit derniers matchs à domicile (D2 L6) et 10 défaites lors de leurs 15 derniers matchs de Premier League, même contre une équipe des Hammers qui peuvent reposer quelques joueurs, il est peut-être trop tard pour Leicester.

 


 

Brillantissime Brighton

 

Première qualification pour l’Europe. Qui l’aurait cru ? En laissant partir son coach, Graham Potter, pour Chelsea en septembre 2022, ils étaient nombreux à penser que l’équipe de Brighton & Hove Albion allait dégringoler après avoir pris la neuvième place lors de la saison 2021/22 tout en améliorant son nombre de buts inscrits en Premier League (42) et son nombre de points (51).

 

Dix jours après la fuite en balai de Potter, l’Italien Roberto De Zerbi est nommé à la tête de l’équipe avec une première grosse échéance à venir : un déplacement à Anfield deux semaines plus tard, pour défier Jürgen Klopp et Liverpool. L’entrée en matière est exaltante : Brighton mène 2-0 au bout de vingt minutes grâce à un doublé de Leandro Trossard, qui inscrit finalement un triplé en fin de match pour arracher le nul, 3-3.

 

C’est toute une ville, et même plus encore, qui vibre chaque week-end au rythme du «DeZerbiball» qui avait déjà contaminé l’Émilie-Romagne via Sassuolo, puis une partie de l’Ukraine avec le Shakhtar Donetsk jusqu’à la guerre. Pour sa première danse en Angleterre, Roberto De Zerbi a déjà marqué de son empreinte à vie le club de Brighton and Hove Albion : avec 62 points après 37 journées, le club de la station balnéaire du sud-est de l’Angleterre découvrira l’Europe pour la première fois de son histoire l’an prochain. Sans oublier que cette équipe a aussi amélioré son record de buts inscrits en Premier League, avec 71 buts (soit la troisième meilleure attaque actuelle du championnat d’Angleterre derrière Man City et Arsenal).

 

Un exploit que l’entraîneur italien au traditionnel tee-shirt noir a déjà fêté, avec son staff, ses joueurs et d’autres employés, dans un établissement nocturne de Brighton, le Gin Tub, chantant Freed From Desire debout sur le bar devant une foule en délire. La preuve que De Zerbi s’est adapté à l’Angleterre, et que l’Angleterre s’est adaptée à lui. Même Pep Guardiola, le manager de Manchester City, nouveau champion d’Angleterre, encense son homologue italien.

 

« Roberto De Zerbi est l’un des managers les plus influents de ces 20 dernières années. Il n’y a aucune équipe qui joue comme eux, c’est unique. Quand il est arrivé, j’avais une idée de l’impact qu’il aurait sur la Premier League, mais je ne pouvais pas m’attendre à ce qu’il le fasse en si peu de temps. Ils se créent en moyenne 20 à 25 occasions par match. Ils monopolisent le ballon comme on ne l’a pas vu depuis longtemps. Tout le monde est impliqué - le gardien est comme un milieu de terrain », explique le coach de Man City.

 

Avec une campagne européenne, le coach italien espère que celle-ci convaincra Alexis Mac Allister et Moises Caicedo de rester chez les Seagulls et de repousser les avances des autres clubs pendant le prochain mercato de Premier League. Les deux joueurs étant convoités notamment par Liverpool et Chelsea.