• Boxe : la préparation se poursuit en Inde
  • La vie de fashionista de Mishma
  • Rachel Magon : De vive voix
  • Strabisme chez l’enfant : un trouble des yeux fréquent mais pas anodin
  • JIOI 2019 - Badminton | Stage en Chine : la présélection reste à quai
  • Rage 2 : apocalyptique et frénétique !
  • Joyeux «Joyeuses Pâques»
  • Krishna Sadasing, 19 ans, meurt dans une voiture conduite par son frère
  • Veer Lochun, 15 ans, meurt noyé | Son père : «J’étais sûr que je n’allais pas le retrouver vivant»
  • Agro-écologie | Claude et Lydia Bourguignon : pour l’amour du sol

Chagos | Olivier Bancoult : «Nous ne baisserons pas les bras»

Le leader du Groupe Refugiés Chagos dit attendre une réponse positive de la CIJ.

Le 25 février, tous auront les yeux rivés sur La Haye où la Cour internationale de Justice rendra son Advisory Opinion. En attendant, malgré le revers de la Divisional Court britannique, les Chagossiens ne perdent pas espoir.

Un nouveau coup dur pour la communauté chagossienne. Le 13 février, dans un jugement rendu public, la Divisional Court britannique a tranché en faveur du gouvernement anglais, rejetant ainsi l’appel des Chagossiens qui contestent leur déportation et réclament le droit de retour sur l’archipel. Cette décision prise par les Britanniques «pour des raisons de sécurité nationale» ne pourra, selon les juges Singh et Carr J, être renversée car le gouvernement est souverain dans un tel litige. Une cour de justice de ce fait, ont estimé les juges, ne peut statuer sur le bien-fondé d’une décision gouvernementale.

 

Avec ce jugement, la communauté chagossienne essuie donc un nouveau revers de la justice. Cependant, malgré l’amertume, leur détermination reste entière. S’il a immédiatement évoqué sa déception, Olivier Bancoult, leader du Groupe Réfugiés Chagos (GRC), n’a pas mâché ses mots envers les autorités britanniques dont «la mauvaise foi» semble perdurer face aux droits des Chagossiens qui ne cessent d’être bafoués. Aujourd’hui, néanmoins, pas question d’abandonner la lutte. «Nous ne baisserons pas les bras. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout. Nous n’allons rien lâcher. Nous allons faire appel de la décision de la Divisional Court et nous savons que la vérité finira par triompher», déclare Olivier Bancoult.

 

Surtout qu’une décision importante est attendue dans quelques jours. En effet, le 25 février, la Cour internationale de Justice (CIJ) donnera son Advisory Opinion sur le dossier Chagos, un événement sur lequel tout le monde aura les yeux rivés. Un avis consultatif qui sera déterminant pour la suite des actions du gouvernement mauricien dans la récupération de la souveraineté des Chagos. «Nous sommes confiants que l’Advisory Opinion de la CIJ sera positive», soutient le leader de la GRC.

 

En attendant, Maurice se prépare à se rendre à La Haye, aux Pays-Bas. Si sir Anerood Jugnauth avait mené la délégation mauricienne en septembre dernier où il s’était adressé à la CIJ soutenant que «l’archipel des Chagos ayant été détaché de Maurice en 1965 en violation de ces obligations, la décolonisation de Maurice n’a pas été validement menée à bien», cette fois, il ne sera pas du voyage. C’est Maneesh Gobin, Attorney General, qui présidera la délégation mauricienne.

 

Il sera accompagné de Nayen Kumar Ballah, secrétaire au cabinet et chef de la Fonction publique, Satteeaved Seebaluck, conseiller au bureau du ministre Mentor et attaché au dossier Chagos, Dhiren Daby, Sollicitor General, Jagdish Koonjul, ambassadeur de Maurice aux Nations unies ainsi que plusieurs membres de la communauté chagossienne.