• Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…
  • Ce lundi 8 mars 2021, l’express devient l’express des Femmes
  • Enquête judiciaire : Bonomally, la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Kistnen ?
  • Assemblée générale élective du MTC : la survie du club en toile de fond
  • La vie de fashionisto de Patrice

Centre Frère René Guillemin : une main tendue vers la réhabilitation

Le CFRG utilise l'art comme médium de thérapie.

Le Centre Frère René Guillemin célèbre ses deux ans d’engagement auprès des jeunes qui essaient de sortir de leur addiction aux drogues. À l’occasion de cet événement, la nouvelle identité du centre a été présentée.

Deux ans d’engagement, de prévention et d’accompagnement. À cette occasion, le Centre Frère René Guillemin (CFRG) a dévoilé, le vendredi 4 décembre, sa nouvelle identité institutionnelle au Creative Park de Beau-Plan. Lors de ce lancement, le centre a dévoilé son leitmotiv: «Wi a lavi», sa vision (créer un monde où la jeunesse pourra grandir en toute liberté, en toute dignité et en s’épanouissant) et ses valeurs qui sont basées sur l’amour, l’espérance et la créativité. La mission du CFRG, elle, reste toujours la même : inspirer et accompagner les jeunes en souffrance, tout en leur apprenant à s’aimer eux-mêmes et à s’épanouir. 

 

«En sus d’une approche artistique, le CFRG prône des interventions à multiples sessions au lieu des séances ponctuelles afin d’avoir un impact plus significatif sur nos jeunes bénéficiaires. Notre leitmotiv, «Wi a lavi» démontre notre méthode atypique et positive d’aborder le sujet des drogues. Au lieu de dire «non aux drogues» le CFRG inspire et accompagne les jeunes vers d’autres perspectives de la vie. Nous voulons que nos jeunes aient un cadre pour  se transformer en adultes confiants et responsables», explique  Jean Bruneau, président du comité exécutif du CFRG.

 

Une maison de jour

 

Pour de nombreux jeunes souffrant d’addiction aux drogues, le CFRG a été, au cours de ces deux dernières années, un refuge et une porte de salut vers des jours meilleurs. Fondé en décembre 2018, ce service de l’Action for Health Care and Prevention, sous la houlette du diocèse de Port-Louis, est né grâce à une collaboration entre le Centre d’Accueil de Terre-Rouge et l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu.

 

Le but : remédier au manque d’infrastructures adaptées pour aider les jeunes qui connaissent l’enfer de la drogue. «Malgré la croissance flagrante et alarmante de la consommation des drogues chez les jeunes Mauriciens, il n’existe toujours pas d’infrastructures appropriées pour accueillir et accompagner intégralement les jeunes, en particulier les moins-de-18 ans, souffrant d’addiction aux drogues. Le CFRG veut se positionner en tant qu’acteur-clé pour remédier à ce manquement majeur», explique Jean Bruneau.

 

Pour les aider à se débarrasser de leurs addictions aux substances et à réintégrer la société, l’équipe d’encadrants du centre propose plusieurs services dont l’écoute et l’accompagnement, la réhabilitation et la réintégration sociale, et la prévention. Le centre a ainsi reçu 545 bénéficiaires entre janvier 2019 et novembre 2020. 

 

Ces derniers ont pu bénéficier de l’approche du CFRG, qui est basée sur la thérapie artistique. Celle-ci regroupe plusieurs disciplines comme le dessin, la peinture, la danse, l’expression corporelle, le théâtre, le slam et le yoga, entre autres, qui ont pour but de stimuler l’introspection et favoriser la socialisation du bénéficiaire.

 

En plus de ces ateliers et de l’accompagnement qu’elle propose à ces jeunes bénéficiaires, l’équipe du CFRG est intervenue auprès de plus de 500 jeunes de 12 à 24 ans dans plusieurs établissements scolaires comme l’École technique St-Joseph, l’École Étoile de Mer et les collèges Lorette de Port-Louis et Lorette de Rose-Hill mais aussi dans plusieurs associations comme Caritas Solitude, Nou Lakaz et le Centre de désintoxication Nénuphar à l’hôpital de Montagne-Longue, entre autres.

 

Fort de ces deux dernières années d’expérience, le CFRG nourrit aujourd’hui de nombreux projets dont l’ouverture, l’année prochaine, d’une maison de jour qui accueillera les jeunes souffrant d’addiction aux substances illicites. Cette maison, qui se trouve à Pamplemousses, a été récemment rénovée. Elle servira à encadrer les bénéficiaires dans un environnement calme et sain, propice à leur réhabilitation. Cependant, pour continuer à mener à bien ces projets, le CFRG a besoin d’aide et de soutien. Ainsi, tous ceux qui souhaitent collaborer ou soutenir ses actions peuvent contacter l’équipe sur le 249 5339, le 5758 5156 (my.t), le 5458 5766 (Emtel et WhatsApp) ou par mail sur le cfrgcitron@gmail.com.