• Evil West : God of Far West
  • WOW MOM + : une initiative artistique et sociale
  • Sanjana Khoodeeram, 26 ans, tuée par son ex-compagnon - Neermala Devi, sa mère : «Mes petits-enfants pleurent tous les jours son absence»
  • Les soins palliatifs en question
  • COP 27 : pour le meilleur et pour des actions
  • Annie Brien : un peu de l'île Maurice à Miss Germany, le concours révolutionnaire
  • Huawei Nova 10 SE : un petit frère honorable
  • Prakash Bangarigadu avoue avoir poussé sa concubine Reshma dans les escaliers - Mala, la sœur de la victime : «Li ti pou ankor vivan si li ti ekout mwa»
  • Opération antidrogue «douteuse» chez Wayne Attock - Capricia, son épouse : «Akoz bann fos travay l’ADSU, se mo fami ki pe soufer»
  • L'aventure musicale de l'aveugle Yano Boyzblakka

Boris Johnson : la fin de trois ans chaotiques à la tête du Royaume-Uni

«On va se souvenir de lui as someone who broke the rules as a sitting PM», nous confie notre compatriote Pritam Bhujun.

Exit BoJo – comme le surnomment les Britanniques. Boris Johnson a annoncé, ce jeudi 7 juillet, sa démission du Parti conservateur, tout en précisant qu'il resterait au pouvoir jusqu'à ce que son successeur soit désigné. L'occupant du 10 Downing Street a été poussé vers la porte de sortie trois ans après avoir été nommé Premier ministre et cela, à cause d'une succession de scandales.

Sa cote de popularité, ces derniers temps, avait chuté et près de 70 % des Britanniques, selon des sondages, souhaitaient son départ. Les critiques s'enchaînaient et étaient notamment motivées par le scandale des fêtes illégales à Downing Street pendant le confinement anti-Covid, au moment même où les Britanniques devaient respecter des règles très strictes. Cela avait causé beaucoup de colère et de frustration dans le pays.

 

Boris Johnson, âgé de 58 ans, a également fait face, ces derniers jours, à un nouveau scandale sexuel au sein de son parti. Ainsi, l'un des membres de son gouvernement a dû démissionner après avoir été accusé d'attouchements sexuels sur deux hommes. Environ 50 membres du gouvernement de Johnson, comprenant des personnalités et des alliés-clés, ont aussi démissionné cette semaine en raison, disent-ils, de sa mauvaise gestion, notamment concernant des allégations contre un ancien député.

 

Cette démission retient bien évidemment l'attention des Anglais. Le Mauricien Pritam Bhujun, qui vit là-bas, a aussi suivi de près ces événements. «Boris Johnson était un strong Prime Minister mais qui a lui même fait entorse aux règlements alors que la Covid faisait rage. On va se souvenir de lui as someone who broke the rules as a sitting PM. Le pays est en crise et il faut définitivement un autre leader», nous confie notre compatriote.