• Quand Linzy chante et cuisine en même temps
  • Football - Marius Rappez (ex-entraîneur du Cercle de Joachim) : ma part de vérité
  • Nourezo.mu : pour soutenir les artisans locaux
  • Railway Express : les Bissessur et leur cuisine familiale
  • Gilbert Ley, 46 ans, meurt 11 jours après un accident : conseils de Barlen Munusami pour éviter les drames routiers quand on est à moto
  • Le Top 5 des bienfaits du lait maternel
  • Olivia Rangers Academy SC : Joye Estazie au service du football et de son village
  • T1 Diams : un appel au nom de la solidarité
  • RISE Live Life Well : le mieux-être pour vivre heureux
  • Fête de l’Assomption : Bloqués à l’étranger, ils ne pourront pas célébrer en famille...

Azagen Vydelingum soupçonné du meurtre de sa «maîtresse» Devianee Bheekun | Nitish Ruggoo, le frère de la victime : «Nous voulons connaître la vérité sur ce drame»

La voiture qui a véhiculé le couple le 3 janvier a été passée à la loupe par la police scientifique.

Cette femme de 41 ans a été retrouvée morte dans l’après-midi du 4 janvier au fond d’une falaise à Trou-Cochon, Rivière-des-Anguilles, sur les rochers, là où la rivière se jette dans la mer. Les proches de cette habitante de Saint-Louis, à Surinam, étaient sans nouvelles d’elle depuis la veille. La police soupçonne celui qui aurait été son amant d’être derrière cette découverte macabre qui plonge la famille de Devianee Bheekun dans une terrible souffrance. Récit…

Le chaos règne dans son cœur. Les émotions et les pensées s’emmêlent dans un tourbillon où il est difficile d’y voir clair. Le chagrin, la révolte, l’incertitude, les interrogations... Normal quand on a perdu un être cher dans des circonstances aussi tragiques que troublantes. Nitish Ruggoo, 36 ans, pleure la mort de sa sœur Devianee Bheekun, 41 ans, dont le corps sans vie et nu a été retrouvé au fond d’une falaise à Trou-Cochon, Rivière-des-Anguilles, le samedi 4 janvier. Toute sa famille est horriblement affligée par ce drame que la police soupçonne d’être un crime.

 

«La mort de Devianee est un choc terrible pour nous. Zame nou ti pou atann ki li ti pou konn enn lamor orib koumsa. Fer pitie kan ou get mo mama. Li pe res plore mem. Nou tou dan dey. An plis, nou ti perdi mo papa pa mem 2 an de sela, li ti malad. Pa zis mo mama ki pe soufer boukou. Bann lezot fami osi bien afekte par lamor mo ser», regrette Nitish qui espère que la vérité éclatera dans cette affaire. En tout cas, les enquêteurs mettent les bouchées doubles pour boucler cette affaire au plus vite. Ils ont déjà arrêté un suspect, celui qui aurait été l’amant de la victime, Azagen Vydelingum, sous une accusation provisoire d’assassinat. Il est toujours en détention bien qu’il n’ait pas avoué avoir commis ce crime.

 

Toutefois, la police a de sérieuses raisons de penser que cet homme de 41 ans est mêlé à cette sinistre affaire car ils ont pu prouver, à travers des images de caméra de surveillance, que la veille de la découverte macabre, soit le 3 janvier, il avait récupéré la victime dans une voiture de location, à Tamarin, où elle travaille comme employée de maison. Dans l’après-midi du même jour, Pritam Bheekun, l’époux de Devianee, avait signalé la disparition de celle-ci à la police de Souillac car il avait appris que son épouse ne s’était pas rendue sur son lieu de travail ce matin-là, et depuis, elle ne donnait plus signe de vie.

 

Après la découverte du corps sans vie dans l’après-midi du samedi 4 janvier par un pêcheur, la police est allée très vite en besogne. Les enquêteurs de la Criminal Investigation Division, soupçonnant un foul play, n’ont pas tardé à arrêter l’amant présumé de Devianee. En se basant sur les images de caméras de surveillance ainsi que sur le témoignage d’un chauffeur de taxi qui avait véhiculé Devianee de chez elle, à Surinam, jusqu’à Tamarin, qui l’a également vue entrer dans une voiture après qu’il l’a déposée. Azagen Vydelingum, un habitant de Chamarel, a admis lors de son interrogatoire avoir bien récupéré Devianee dans une voiture de location pour se diriger ensuite vers le Sud, où ils se seraient arrêtés à un kalimaye au milieu d’un champ de cannes pour échanger des promesses d’amour. Il dit toutefois ne plus se souvenir de ce qui s’est passé après.

 

«Le flou»

 

La police n’a pas encore consigné la déposition du suspect qui a retenu les services de l’avocat Rama Valayden. Cette étape sera probablement franchie dans les prochains jours. Déjà, à ce jour, les enquêteurs disposent de w éléments considérés comme «damning» pour Azagen Vydelingum. Et ils font un véritable travail de fourmi pour recueillir d’autres éléments accablants contre le suspect.

 

Nitish Ruggoo et toute sa famille comptent sur la police pour tirer cette affaire au clair car cette douleur et cette incertitude autour de la mort tragique de Devianee, qu’ils appelaient affectueusement Shiama, sont intolérables. «Toute la famille est choquée et aussi dans le flou. Nous ne savions rien de la vie privée de ma sœur en dehors de son mariage et nous n’avions jamais entendu parler de cet homme que la police a arrêté. Et il ne dit pas grand-chose pour le moment, même si la police a la preuve que ma sœur était avec lui le jour de sa disparition. Comment peut-il venir dire qu’il ne sait rien ? Que s’est-il passé entre Tamarin et Rivière-des-Anguilles ? Nous comptons beaucoup sur la police pour nous aider à connaître la vérité sur ce drame. Est-ce bien un crime ou un suicide ? Quoi qu’il en soit, nous voulons que justice soit faite. Car ma sœur ne méritait pas cette fin horrible», martèle Nitish.

 

Le jour de sa disparition, Devianee, son époux et ses enfants étaient invités pour le dîner familial annuel au domicile de sa mère à Mare-d’Albert où habite également son frère. Elle avait prévu de quitter son lieu de travail, à midi, pour ensuite se rendre chez sa maman dans l’après-midi avec sa famille. Mais vers 13 heures, Nitish a reçu un appel de l’époux de sa sœur lui disant que cette dernière avait mystérieusement disparu. «Il nous a appris que ma sœur ne s’est pas rendue au travail ce jour-là, alors que son taxi l’avait déposée à Tamarin. Il nous a également dit qu’il avait tenté, en vain, de la joindre au téléphone. Celui-ci était éteint. Vers 11h30, il est allé voir la patronne de sa femme qui lui a confirmé qu’elle n’est pas venue travailler.»

 

Devianee travaillait comme employée de maison depuis 10 ans. Pritam et elle comptaient 21 ans de vie commune et ils ont un fils de 17 ans, qui attend ses résultats du School Certificate, et une fille de 20 ans, qui travaille déjà. L’époux et ses enfants sont abasourdis de douleur depuis ce drame. Sarita, la mère de la victime, est elle aussi anéantie. Elle devait fêter ses 60 ans le 21 mars. Toute la famille allait se réunir chez elle pour fêter l’événement ainsi que les 42 ans de Devianee qui est aussi née en mars. Elle a trois sœurs et un frère. Elle était la cadette.

 

Les proches de la victime n’ont que des mots élogieux pour lui rendre hommage. «Devianee était toujours souriante et très gentille. Elle était aussi très joviale. Elle n’hésitait jamais à faire des blagues et à venir en aide aux autres. Pritam est également enn bon dimounn. Comme tous les couples, ils avaient des discussions mais ils se réconciliaient toujours. Zame nou pa ti interfer dan zot zafer. Zame nou pa ti poz li kestion lor so lavi prive osi. Devianee était toujours accompagnée de son époux et de ses enfants lors des fêtes. Imaginez notre étonnement lorsque nous avons appris les circonstances entourant son décès», confie une tante.

 

Toute la famille devait aussi se réunir pour un dîner au domicile de la nani (Ndlr : grand-mère) maternelle de Devianee, à Surinam, le 6 janvier. Mais ce jour-là, il n’y a eu point de célébration, point de rire. Rien que des larmes, du désespoir. Aujourd’hui, au-delà du chagrin, de la révolte, de l’incompréhension, tous ne souhaitent qu’une chose : que justice soit rendue à Devianee et à sa famille. Les Ruggoo invitent également ceux qui colportent des rumeurs sur cette dernière à arrêter de le faire pour ne pas salir la mémoire de la défunte et rendre leur souffrance encore plus grande. «Pa kapav anpes dimounn koze. Mo ser vremem inn deza kit so lakaz pandan enn semenn me li ti lakaz kot nou, apre linn retourn kot li», soutient Nitish, visiblement agacé.

 

Il espère aussi arriver un jour à pardonner à cet homme. Celui qui est soupçonné d’avoir causé la mort de sa sœur. Aussi dur que ce soit. Non pas parce que celui-ci mérite le pardon, mais parce que lui veut retrouver la paix intérieure après les tragiques événements de ces derniers jours.

 


 

Un mariage et… une arrestation pour assassinat

 

Azagen Vydelingum vient de se marier. Ce receveur de 41 ans a scellé sa relation avec sa fiancée en août dernier. Au lendemain de la découverte du corps sans vie de celle qui aurait été sa maîtresse présumée, la police l’avait interrogé ainsi que son épouse une première fois, avant de les autoriser à rentrer chez eux, à Chamarel. Les enquêteurs ont toutefois procédé à son arrestation lorsqu’ils ont appris que le quadragénaire avait récupéré la défunte à Tamarin, le jour de sa mystérieuse disparition, dans une voiture de location. Les officiers du Scene of Crime Office ont d’ailleurs examiné cette Nissan Tiida le mardi 7 janvier.

 

Ce sont les images des caméras de surveillance de la région et un chauffeur de taxi qui ont mis les limiers sur cette piste. La voiture avait d’ailleurs été interceptée lors d’une opération, à Bambous, dans la soirée de lundi 6 janvier. Interrogé, le propriétaire a alors expliqué aux policiers qu’il l’avait loué à Azagen le 3 janvier. Ce que ce dernier ne nie pas. Il explique qu’il a effectivement récupéré Devianee à Tamarin ce jour-là pour l’emmener à Rivière-des-Anguilles où ils se sont arrêtés près d’un kalimaye. Il avance qu’il ne se souvient toutefois pas de ce qui s’est passé par la suite.

 

Les limiers sont d’avis que Devianee s’est retrouvée au fond de la falaise à Trou-Cochon après qu’une dispute a éclaté entre les deux. Une source policière avance qu’Azagen prétend que Devianee le harcelait pour qu’il délaisse son épouse. Les enquêteurs sont aussi en présence d’une plainte consignée par Devianee au poste de police de Bel-Ombre il y a un mois où elle accuse Azagen ainsi que l’épouse et la mère de ce dernier de l’avoir agressée alors qu’elle se trouvait à un arrêt d’autobus à Baie-du-Cap pour faire main basse sur son sac et d’autres biens personnels. Une semaine plus tard, Pritam Ruggoo s’était d’ailleurs rendu au Central Criminal Investigation Department pour savoir pourquoi les enquêteurs du poste de police de Bel-Ombre n’avaient arrêté personne dans cette affaire de «larceny with violence». La police dispose d’une incroyable masse d’informations dans cette affaire. Il se chuchote ainsi que Devianee et Azagen sont sortis ensemble et ont rompu à plusieurs reprises. Se réconciliant à chaque fois. Une source policière avance même que Pritam savait que son épouse avait une liaison extraconjugale avec Azagen.

 

Pritam n’a cependant pas voulu faire de commentaire sur toute cette affaire. La police n’écarte pas non plus la thèse qu’une violente dispute a éclaté entre eux lorsqu’Azagen aurait appris que Devianee voyait d’autres hommes. Il se pourrait qu’une violente dispute a également éclaté entre eux, parce qu’Azagen refusait de quitter son épouse pour se mettre définitivement en couple avec Devianee. Cette dernière pourrait s’être jetée dans le vide dans un accès de colère et de désespoir. Ce qui pourrait expliquer qu’elle n’a aucune blessure sur le corps, hormis les multiples fractures occasionnées par sa chute sur des rochers. L’enquête policière suit son cours.