• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Autopont Decaen : Les automobilistes en mode «wait and see»

Avish et Sandrine attendent de voir comment ça se passera le 26 novembre.

Travaux, fermeture de voies et déviations s’accumulent sur nos routes. Du coup, impossible d’éviter les bouchons. L’autopont Decaen, dont les travaux sont en phase finale, doit normalement solutionner ce problème.

Vous l’avez sans doute remarqué, traverser la capitale en ce moment est un peu moins pénible que d’habitude. Vacances scolaires obligent. Cependant, impossible d’éviter totalement les bouchons à l’entrée et à la sortie de Port-Louis. Face à un réseau routier saturé par le manque d’espace et le flot de véhicules qui ne cesse d’augmenter, les embouteillages sont le lot quotidien des automobilistes. Les choses, selon les autorités, devraient nettement s’améliorer prochainement avec les développements routiers qui s’annoncent.

 

Le premier d’entre eux est l’autopont Decaen qui doit normalement être opérationnel dans une semaine. Celui-ci est placé à la hauteur des rues Decaen et Deschartres, et a pour objectif de libérer la Place d’Armes. Mais viendra-t-il désengorger véritablement le trafic dans la capitale ? À cette question, de nombreux automobilistes sont sceptiques. Certains y croient, d’autres pas du tout.

 

En attendant l’ouverture de ce flyover, les Mauriciens doivent prendre leur mal en patience. Tous les jours, entrer ou sortir de la capitale est synonyme de casse-tête, d’énervement et de stress. Avish Babajee de Nouvelle-France doit compter au moins 1h30 pour rallier Port-Louis où il est employé dans une entreprise privée. «En ce moment, ça me prend une heure car avec les vacances, le trafic est un peu moins dense.»

 

Patience

 

Comme il préfère ne pas prendre la voiture, c’est en bus que le jeune homme se rend au travail. Après les bouchons de Phoenix, il doit encore s’armer de patience pour affronter ceux de Port-Louis. Cet autopont, il n’y croit pas trop. «Je ne vois pas vraiment comment ça va alléger la circulation. Je pense plutôt que ça va créer des embouteillages à d’autres endroits, à l’intérieur même de Port-Louis.»

 

Deven n’est pas plus convaincu. Chaque matin, il fait la route de Mahébourg pour rejoindre Port-Louis où il travaille. Depuis une semaine, la situation, dit-il, a même empiré. «Ils ont fermé la sortie à la Place d’Armes. Impossible de l’emprunter pour aller vers le Nord. L’autre jour, j’ai mis 45 minutes de la Place d’Armes pour atteindre le rond-point du Quai D.»

 

Aujourd’hui, il est plus que jamais sceptique quant aux changements annoncés par les autorités. «Nous sommes dans un système d’entonnoir car tout ira mourir au même endroit. Port-Louis a une seule entrée et une seule sortie. Tant qu’on ne trouvera pas un autre moyen, la situation sera la même.»

 

Sandrine Julien, enseignante dans un collège privé de la capitale, voit les choses du bon côté. «Malgré tout ce que je pense des travaux et déviations à l’arraché et du métro léger, je trouve que cela aurait pu être pire. C’est normal que les constructions entraînent ce genre d’inconvénients. C’était beaucoup plus dur quand ils bossaient au niveau du rond-point du Caudan.»

 

Donc, pour elle, il n’y a qu’une chose à faire : prendre son mal en patience. L’autopont, selon cette habitante de Quatre-Bornes, apportera un vrai changement, principalement le matin. Ceux qui, comme elle, travaillent à Port-Louis pourront entrer directement dans la capitale sans transiter par la Place d’Armes.

 

Pendant ce temps, c’est avec exaspération qu’elle regarde ceux qui trouvent encore le moyen de jouer les plus malins. Et ils sont nombreux ceux qui sont visiblement plus pressés que les autres et qui se permettent de se faufiler dangereusement entre les voitures et les obstacles pour finalement couper sans la moindre hésitation la route aux autres. «Ils choisissent la voie la plus rapide pour ensuite se réengager sans clignotant sur leur voie initiale et t’insultent si tu ne les laisses pas passer. En gros, si les automobilistes jouent le jeu, prennent patience sans se transformer en Mr Hyde au volant, tout ira bien.»

 

Eh oui ! Si chacun y met un peu du sien, les choses iraient sans doute un peu mieux !

 


 

Tout savoir sur ce «flyover»

 

Voilà en quelques points les changements qu’apportera la mise en opération de l’autopont Decaen.

 

L’autopont Decaen en chiffre

 

- Le flyover, c’est 250 m de long, 5 m de hauteur avec une variante de 7,50 m à 11 m pour la largeur.

 

- Les travaux ont commencé en février dernier et l’autopont sera accessible à partir du 26 novembre.

 

La mission 

 

- Décongestionner la capitale avec une reconfiguration de la Place d’Armes

 

- Permettre aux véhicules venant du Sud d’entrer dans le centre de Port-Louis en passant par la rue Deschartres.

 

Les objectifs 

 

- Permettre un trafic sans interruption pour les véhicules venant du Nord.

 

- Éliminer la congestion à la Place d’Armes dans les deux sens.

 

- Alléger la circulation dans les artères de Port-Louis.

 

Les déviations

 

- La circulation à la rue Lord-Kitchener sera inversée pour aller dans la direction de la Place d’Armes.

 

- Les véhicules à la rue Edith-Cavell seront redirigés vers la rue Lord-Kitchener et La-Chaussée.

 

- La rue d’Entrecasteaux disposera de deux voies et continuera d’opérer en sens unique en direction de la rue Brabant.

 

- Les bus quittant la gare Victoria et se dirigeant vers Bell-Village devront emprunter les rues Jemmapes, Orléans et d’Entrecasteaux avant de rejoindre la rue Brabant.

 

Les changements

 

Si vous quittez le centre-ville en direction du Nord, vous ne pourrez pas utiliser la sortie située à la Place d’Armes mais l’un des itinéraires suivants :

 

- Route Royale, chemin Military, rond-point ABC Motors et rejoindre l’autoroute au rond-point du Quai D

 

- Rue SSR (Desforges), rue Sir Edgar-Laurent, Route Royale, chemin Military, rond-point ABC Motors et rejoindre l’autoroute au rond-point du Quai D

 

- Rue SSR (ex-Desforges), Route Nicolay, rue Cocoterie et rejoindre l’autoroute M1 au rond-point de Roche-Bois