• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Angus Road : Pravind Jugnauth communique mais…

… Il ne convainc pas ses plus ardents détracteurs, malgré son assurance qu’il a des preuves irréfutables que les allégations ne sont que mensonges. 

Il est venu tout expliquer. Face aux caméras et à une partie de la presse, le Premier ministre a voulu faire acte de transparence en maintenant une pratique que nombreux qualifient d’opaque ; les journalistes de l’express ayant été interdits de conférence. Après plusieurs mois de «révélations» de la part de l’opposition – notamment d’Arvin Boolell et de Roshi Bhadain – concernant la désormais célèbre affaire Angus Road, les demandes répétées pour que le chef du gouvernement s’exprime via la presse et les PNQ, Pravind Jugnauth a dicté son timing. Comme à son habitude. Alors que les Mauriciens s’attendaient à ce qu’il commente le nouveau cas local de Covid-19, le Premier ministre a opté pour un sujet plus meaty, mettant en défaut les allégations de ses opposants, assurant qu’il a tout payé, que ça n’a pas été fait en cash et précisant que les reçus de la Bel-Air Sugar Estate (BASE), produits par Arvind Boolell, sont des faux…

 

Mais aussi, il a tenu à parler de la bataille légale qu’il s’apprête à mener contre, entre autres, Arvin Boolell, Roshi Bhadain, Paul Bérenger et l’express car il estime qu’il y a complot contre lui. Ce qui n’a visiblement pas effrayé le leader de l’opposition, Arvin Boolell. Il a donné la réplique au Premier ministre lors d’un meeting des Rouges, le vendredi 27 novembre. Il a maintenu que les reçus qu’il a présentés ne sont pas faux et que ces derniers démontrent qu’il y a eu breach de l’Anti-Money Laundering Act : «Pravind Jugnauth ne me fait pas peur. S’il est un homme de principe, il aurait dû démissionner.» Navin Ramgoolam, qui s’exprimait sur la même plateforme, a également évoqué ce départ qui aurait dû suivre face à de telles allégations.

 

En conférence de presse, le samedi 28 novembre, Roshi Bhadain s’est échiné à mettre en lumière ce qu’il qualifie d’incohérences du Premier ministre : «Il n’a pas répondu aux questions. Il se cache et mène la population en bateau.» Les trois hommes ont soulevé plusieurs interrogations : pourquoi Pravind Jugnauth ne montre pas ses reçus ? Comment se fait-il qu’Alan Govinden n’ait pas eu de titre de propriété ? Pourquoi parle-t-il des paiements de 1999-2000, alors qu’ils n’auraient rien à voir avec les allégations des protagonistes de l’affaire ? Entre autres.

 

Par ailleurs, Roshi Badhain a assuré qu’il logerait une Private Prosecution contre le chef du gouvernement s’il ne démissionnait  pas demain, lundi 30 novembre, du poste de Premier ministre…

 


 

Ce que le Premier ministre a dit…

 

- Il a fourni des documents à l’ICAC, le mardi 24 novembre. Ses preuves sont «irréfutables».

 

- Il a fait des paiements à la BASE en 1999 et 2000 pour un terrain qui aurait été, par la suite, vendu à une tierce personne. Puis, suite à une excision, il a acheté un autre terrain : «Après la complétion de la procédure, j’ai signé un contrat en 2007 et j’ai payé la somme additionnelle de Rs 3 millions.»

 

- Il n’a fait aucun paiement en cash.

 

- Il n’a pas obtenu un terrain en cadeau de Rs 20 millions : il a repayé Alain Govinden qui avait fait les paiements pour ledit terrain mais qui ne… l’intéressait plus. Tous les repayments ont été faits par transaction bancaire. Et le dernier date du 4 septembre 2013.