• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Allégations de «sniffing» - Bhushan Latchanna, IT Specialist : «J’espère que le peuple réalise la gravité de cette affaire»

Nous avons demandé à cet informaticien son avis sur toute l’affaire de sniffing, avec plusieurs nouveaux éléments qui ont été ajoutés à toute l’histoire durant la semaine écoulée. Il nous aide à y voir plus clair…

Cela fait plus d’un mois que toute l’affaire a éclaté, avec sans cesse de nouveaux éléments. Quel regard jetez-vous sur tout cela en tant qu’informaticien ?

 

En tant qu’informaticien et surtout spécialiste technique pour une marque de renom très ancrée dans le digital et le numérique, le respect des données est une priorité majeure, ce qui doit être la norme pour tous ! Or, avec cette affaire, si elle s’avère, je ne vois qu’abus de pouvoir et gros manque de transparence. 

 

Votre avis sur la situation ?

 

Tout ce qui se passe est très grave, j’espère que le peuple réalise la gravité de cette affaire, surtout en prenant en compte notre économie grandissante. Nous voulons tous surfer sur le Net sans être surveillés mais dorénavant, il y a cette perception qu’il y a une atteinte à notre sécurité, notre privacy, ce qui est un pas en arrière sur le plan humanitaire, sans oublier les retombées économiques pour différents secteurs et la diplomatie.

 

Le journal l’express parle de data capture ciblée vers des ambassades et d’autres lieux…

 

C’est clair que cela peut provoquer des incidents diplomatiques ; si cela s’avère, aucun pays ne voudra s’associer à un pays qui passe vos données au peigne fin. On n’a aucun droit d’accès aux données de ces ambassades, encore moins le droit de faire de la data capture.

 

Le Premier ministre est, lui, venu à la télévision pour évoquer un «problème de sécurité nationale sur notre réseau de communication» pour justifier la venue des spécialistes indiens. Qu’en pensez-vous ?

 

Cela n’a aucun sens pour moi, nous n’avons aucun secret nucléaire, aucune armée ; je trouve ça vraiment dur à croire. Vous pensez que des scammers poseront un danger national juste pour avoir la fameuse recette de minn bwi de Chez François ?

 

Et qu’est-ce que le sniffing exactement ?

 

Sans entrer dans des termes trop techniques, imaginez que le flot de vos données est une rivière qui écoule d’une source (Internet) jusqu’à la mer (votre ordinateur, smartphone, tablette). Le sniffing va créer une sorte de barrière sur la rivière et peut donc capter vos données, même avant qu’elles n’arrivent vers vous.

Ce procédé est-il récent ?

 

Non, ce n’est pas une pratique récente, elle est omniprésente dans certains pays communistes en Asie de l’Est et en Afrique. On parle ici de revente d’informations, de données, au marché noir, à des personnes sans aucun scrupule, qui peuvent par la suite être la source de toutes sortes de conflits entre deux pays ou encore être la source de blackmailing.

L’inquiétude se situe aussi au niveau des données privées qui peuvent être prises et identifiées par le sniffing. Que faire pour se protéger ?

 

C’est tout à fait légitime de s’en inquiéter. Je conseille à tous d’apprendre à utiliser un Virtual Private Network (il y a des tutorials sur le Net, ce n’est pas trop compliqué) pour protéger vos recherches à travers Internet. Ce sera une protection de plus de votre vie privée sur le Web.