• Jane Constance & Mickaël Pouvin : deux belles voix pour faire vibrer le Caudan Arts Centre
  • Sport Automobile : La Motors Formula Team en piste le 14 avril
  • Emilie Duval : «On doit tous, que ce soit l’Église catholique ou autre, se sentir concernés par les abus sexuels sur mineurs»
  • Agression mortelle de Shobanand Bhoyroo, 61 ans, par son voisin | Son neveu : «Ce n’était pas la première fois qu’il était brutalisé»
  • Fête de l’Indépendance : Le fabuleux 12 mars du constable Damien Céline
  • Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»

Air Mauritius dans le rouge : l’appel à la mobilisation lancé

La réunion de la Listed Companies’ Minority Shareholders Association.

La situation inquiète mais ils sont décidés à tout faire pour que la compagnie d’aviation nationale ne coule pas. La Listed Companies’ Minority Shareholders Association a tenu une réunion le samedi 9 mars, réunissant petits actionnaires, pour discuter et essayer de trouver des solutions. Pour rappel, Air Mauritius a publié, en février, son bilan financier dans lequel les pertes sont estimées à Rs 1 milliard pour les neuf derniers mois de 2018. Plusieurs raisons ont été avancées par la direction pour expliquer cette situation, notamment l’achat de deux nouveaux avions, la masse salariale, le taux de change et le prix du carburant.

 

Pour Awadh Balluck et Raj Ramlugun, respectivement président et secrétaire de ce groupement, le temps presse. La Listed Companies’ Minority Shareholders Association a ainsi appelé le gouvernement à prendre, de toute urgence, les mesures qui s’imposent pour sortir Air Mauritius du gouffre dans lequel il se trouve et dans lequel il menace de s’engloutir. Selon les deux hommes, il incombe au gouvernement de prendre les bonnes décisions et cela commence par placer les bonnes personnes à la tête de MK.

 

Injecter de l’argent pour combler les pertes, avancent-ils, cela ne suffira pas. «On dit à chaque fois que le gouvernement, qui possède 52 % des parts, ne doit pas interférer dans la gestion d’Air Mauritius. Mais c’est le gouvernement qui choisit le CEO et le Chairman ainsi que les membres du board. Le PM est venu en 2014 avec un programme basé sur la bonne gouvernance, la transparence et la redevabilité. Il faut tout faire pour qu’Air Mauritius reprenne son envol. Sinon, le gouvernement va le payer très cher», lance Raj Ramlugun.

 

À savoir que ce dernier, consultant chez Airmate Ltd, a appris en février que son contrat avait été résilié. Cela, a-t-il dit, à cause d’une lettre qu’il a envoyée au Premier ministre pour dénoncer certaines pratiques au sein de MK. Aujourd’hui, la Listed Companies’ Minority Shareholders Association lance un appel à la mobilisation à tous les employés d’Air Mauritius. «Certaines personnes pensent qu’Air Mauritius s’en sortira toujours car le gouvernent injectera de l’argent dans la compagnie. C’est de l’égoïsme. L’avenir d’Air Mauritius dépend des travailleurs car c’est leur emploi qui est en jeu», a expliqué Awadh Balluck. «Ils doivent se mobiliser car MK a déjà fait un milliard de pertes. Les employés ont aussi leur part de responsabilité.»

 

Pour la Listed Companies’ Minority Shareholders Association, privatiser Air Mauritius serait une vraie tragédie et un aveu d’échec. Le gouvernement, disent-ils, doit tout mettre en œuvre pour remettre la compagnie d’aviation nationale sur les rails. En attendant, Air Mauritius, avec l’accord du gouvernement, devrait bientôt travailler sur une nouvelle stratégie économique.