• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche

Cet homme de 32 ans a plusieurs blessures après une agression au couteau qui aurait pu lui être fatale.

Cet homme de 32 ans, habitant Résidence Barkly, venait de rentrer sa voiture dans son garage lorsqu’il a été attaqué au couteau par quatre habitants de sa localité. Une histoire d’argent serait à l’origine de cette agression sanglante qui aurait pu lui être fatale. Témoignage.

Quatre longues balafres. Trois sur le cuir chevelu et une au cou, juste sous le menton. Des blessures qui ont nécessité 20 points de suture et lui laisseront de profondes cicatrices à vie. Des cicatrices qui rappelleront toujours à John qu’il a échappé à la mort en ce mercredi 21 septembre 2022 où il a été victime d’une agression sauvage à l’arme blanche. «Dokter dir mwa mank de trwa milimet pou zot koup mo karotid», lâche cet homme de 32 ans, habitant Résidence Barkly. Encore sous le choc de ce qui lui est arrivé mais aussi soulagé d’avoir échappé au pire, il n’en finit pas de remercier le ciel.

 

Ce jour-là, raconte-t-il, il a été attaqué par plusieurs personnes. «Bann-la inn atak mwa divan mo laport mem. Kat dimoun dan landrwa mem sa. Enn sispe ladan se enn neve mo madam. Zot ti ena plizier kouto ek zot. Parmi ti ena enn gro kouto sinwa me se avek enn kouto normal ki zot inn rod koup mo likou.» La police a arrêté quatre suspects dans cette affaire, dont un mineur. Les présumés agresseurs sont tous en détention et font l’objet d’une accusation provisoire d’«attempt at murder». «Mo pankor fer parad idantifikasion selma. Mo la sante pa tro bon pou le moman», précise John.

 

Une histoire d’argent serait à l’origine de cette agression sanglante. «Mo travay mason pou enn kontrakter. Li ti dir mwa rod 6 dimounn ankor pou travay ansam ek mwa. Mo ti get bann-la parski mo ti deza konn zot. Zot inn travay de-trwa zour apre zot inn aret vini. Diskision inn leve akoz kas. Zot pa ti ankor gagn zot lapey parski lapey fer tou le kinzenn. Zot ti sipoze gagn zot kas samdi 1e oktob. Ena ladan ti fini pran lavans Rs 1 500 tou. Ti res Rs 2 600 pou donn zot. Akoz sa larzan lamem ki monn manke perdi mo lavi», affirme John.

 

Il raconte que l’un des suspects l’aurait accosté une première fois dans la rue ce mercredi-là alors qu’il sortait en voiture pour aller récupérer son épouse qui terminait son service à 20 heures. «Linn rod so kas ek mwa. Monn fer li konpran ki kontrakter-la ki fer lapey. Apre sa, monn pran mo loto pou al pran mo madam dan so travay.» Contre toute attente, le jeune homme est revenu à la charge à son retour, accompagné des autres suspects. «Linn atann mwa revini pou atak mwa. Mo ti fek met loto dan garaz kan sispe-la inn vinn direk lor mwa. Linn tir enn kouto dan so lerin ek donn mwa enn kou ek sa dan mo lagorz. Monn trap enn dibwa dan garaz ek monn resi pous li. Neve mo madam-la inn sot lor mwa par deryer apre sa ek blok mo de lame. Lerla mem trwa lezot sispe-la inn koumans tap mwa lor mo latet. Zot ti ena kouto zot ousi», précise John.

 

Puis, les suspects se sont enfuis, le laissant dans une mare de sang. C’est le personnel du poste de police de la région qui l’a transporté à l’hôpital Jeetoo. John a été hospitalisé pendant sept jours avant d’être autorisé à rentrer chez lui. «Monn sap dan lamor», confie John, encore traumatisé par ce qui lui est arrivé. Mais tout de même très soulagé d’avoir échappé au pire.