• Diabétiques : quelques conseils pour un hiver sans souci
  • Association féminine pour saisir l’avenir : un engagement citoyen et solidaire
  • Jocelyn Chan Low : «La jeune génération, sans doute en raison d'un avenir plus qu'incertain, est plus encline à contester le statu quo»
  • Accusé d’avoir comploté pour faire braquer la bijouterie de son époux - Reeta Moosahur : «Enn polisie inn zwe enn move rol ek mwa»
  • À ne pas rater : et de deux pour des grosses séries à venir !
  • Atypik Cafe : les «nanas» pas comme les autres d’Axel Surette
  • Accidents fatals à Belle-Vue Maurel, Sainte-Croix et Mahébourg : douleur et stupeur après la mort tragique de quatre personnes âgées
  • Héroïne, haschisch, cannabis… : une semaine riche en saisies
  • REVOLT : trois line ups pour un album métal
  • Priyadharshini Radha : d’amour et de pâtisserie

Additional Scholarships based on merit and social criteria : des bourses et des rêves

Ils sont 24 pour qui de nouvelles perspectives se présentent. Les bourses additionnelles du Higher School Certificate, basées sur le «merit and social criteria», ont été publiées le jeudi 5 mai par le ministère de l’Éducation. Trois bénéficiaires nous confient leur bonheur et leurs projets

Kaushiki Mulloo : «Je pense à ma mère et à mon défunt père»

 

➢ Qui suis-je ? : «J’ai 19 ans et je suis une habitante de Vacoas. Je suis une ex-étudiante du Queen Elizabeth College. J’ai été classé 13e côté Économie aux derniers examens du Higher School Certificate (HSC). Ma maman s’appelle Meera et elle est Merchandiser. Mon papa Ravi, qui était ingénieur, est décédé en 2020 au moment des mock exams. C’était, bien évidemment, une épreuve mais j’ai eu beaucoup de soutien de mes amis et du collège. J’ai reçu beaucoup d’encouragement. Dans ce moment de joie, je pense à ma mère qui, malgré le deuil, a tenu bon pour moi et je pense, bien évidemment, à mon défunt père. Il a toujours cru en moi et c’est lui qui m’a aiguillée vers la finance. Mes parents ont toujours cru en moi et m’ont toujours laissé le choix de faire ce que je voulais, sans m’influencer.»

 

➢ Une belle surprise : «J’accueille avec beaucoup de joie cette bourse, je vais la réserver pour mon Master. J’ai déjà commencé des cours depuis novembre 2021 dans la filière de la finance à l’Université de Maurice. Je vais compléter d’abord mon degré et cette bourse qui, pour moi, tombe très bien, servira à financer la suite de mes études qui pourraient peut-être se faire ailleurs, sous d’autres cieux. Je ne m’y attendais pas mais je suis très reconnaissante de bénéficier de cette aide. Tous mes enseignants et mes proches ont toujours cru en moi et cette bourse vient apporter une petite lueur pour le futur en ce qui concerne la suite de mon parcours d’étudiante et la réalisation de mes rêves. Avant d’apprendre cette nouvelle, je n’avais pas pensé à l’éventualité d’un Master et maintenant, grâce à cette bourse, cette possibilité existe. Pour moi, cette bourse vient souligner tous les efforts que j’ai déployés et le fruit de mon travail. Ça m’encourage à continuer sur ma lancée. Pour l’instant, je ne sais pas vers quelle carrière je vais me tourner. La finance est vaste. Je vais voir et étudier toutes les possibilités au fil des années à venir. Ces dernières années ont été très challenging avec la pandémie. Il a fallu faire avec le online learning. C’était compliqué mais je suis contente d’avoir pu traverser cela. Même pour l’université, j’ai dû faire mes premiers pas online. Il n’y a pas de secret pour réussir ses études mais je pense qu’avoir de l’équilibre entre ses études et une activité aide. Pour ma part, j’ai été majorette pendant sept ans et cela m’a aidée à me construire.»

 

Sajeet Chaetan Varma Ramrakha (Rohan) : «Cette nouvelle a enchanté toute ma famille»

 

➢ Qui suis-je ? «J’ai 20 ans et je suis un habitant de Surinam. Je suis de la cuvée 2021, j’étais élève au collège Royal de Curepipe et j’ai été classé 14e, Economic Side. Mon père s’appelle Pradeep et il travaille dans la sécurité. Ma mère s’appelle Savita et elle est femme au foyer. J’ai deux grands frères : Pervish et Avi.»

 

➢ Une aide : «Cette nouvelle a enchanté toute ma famille et je suis content de cela. Je n’ai pas vraiment encore pensé à ce que je vais faire. Je suis encore indécis. Je suis actuellement à l’Université de Maurice où j’ai commencé un degré. Avec la bourse que j’ai reçue, je pense à la possibilité de poursuivre mon Master ailleurs. Je trouve que ces bourses sociales aident beaucoup de familles qui n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants étudier. C’est vraiment un soulagement.»

 

Megan Li Sai Ngo : «C’est pour moi un grand soulagement»

 

➢ Qui suis-je ? «J’ai 20 ans et je suis une habitante de Montagne-Blanche. Je suis la benjamine d’une famille de deux enfants. J’ai un grand frère. Ma mère Corinne est femme au foyer et mon père, Kong Lin, est Self-Employed. Je suis une ancienne étudiante du Queen Elizabeth College et j’ai été classé 28e Science Side.»

 

➢ Un soulagement : «Cette bourse est pour moi un grand soulagement parce que c’est assez dur de penser aller étudier à l’étranger sans cette aide. Je suis très contente et toute la famille partage mon bonheur. J’accueille donc cette bourse avec beaucoup de joie. Je pensais aller étudier à Singapour. Je suis toujours à attendre les réponses des universités. Je vais me tourner vers des études en ingénierie. J’ai apply pour des études en Electrical & Electronics Engineering. Cette bourse permet à beaucoup d’étudiants de pouvoir poursuivre leurs études supérieures. Ce n’est vraiment pas facile de trouver les moyens de se payer une université, encore plus si elle se trouve à l’étranger. Ce n’est pas donné à tout le monde.»