• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

2020 dans le monde : entre coronavirus le terrible et une élection de tous les espoirs aux États-Unis

Une terrible année bouleversée par beaucoup de choses. Pour le magazine Time, 2020 est «la pire année de l’histoire». La pandémie de Covid-19, la crise sociale et économique et des désastres écologiques sont parmi les événements graves qui ont marqué cette triste année. Notre invitée, la Mauricienne et journaliste Asha Sumputh – elle est également animatrice de télévision pour deux émissions hebdomadaires, Business Africa et Initiative Africa, et maître de conférences à l’ENA (école nationale d’administration), l’université de la Sorbonne et le CUEJ, une école de journalisme, entre autres –, passe à la loupe deux sujets d’actualité qui ont rythmé les mois écoulés.

Covid-19, la menace

 

Personne ne s’y était préparé. Personne ne s’y attendait. Le monde, cette année, s’est retrouvé à genoux face au coronavirus dévastateur qui n’a fait que semer détresse et désolation sur son passage : entre confinement, couvre-feu, un monde qui tourne au ralenti, de nouvelles habitudes développées (gestes barrières et autres), le télétravail ou le drame d’une crise économique qui affecte de nombreux secteurs, le monde d’avant semble si loin, même si des vaccins semblent donner espoir. «L’année 2021 sera une année difficile car l’impact de cette crise sanitaire et de cette crise économique va s’abattre sur nous de plein fouet.»

 

Que retenez-vous de cette année sous l’emprise du coronavirus ?

 

L’année 2020 est gravée dans l’histoire à tout jamais ! Cette pandémie de Covid-19 a eu l’effet d’une bombe sur la planète. Nous pourrions retenir virus, confinement, crise sanitaire, crise économique, hôpitaux bondés, port du masque… Mais je retiens plutôt ceci : «Un wake-up call pour tous…» Les États, pouvoirs publics, entreprises et individus en général… Un virus qui nous dit stop à la surconsommation, au gaspillage et qui nous force à nous remettre en question sur notre empreinte carbone, notre façon d’acheter, de consommer, de vivre et même sur la manière de regarder notre prochain… Ce virus nous apprend l’humilité face aux forces de la nature et nous pousse à revenir vers un monde plus sain, avec de vraies valeurs comme la simplicité, le partage, le respect et la tolérance…

Quelle leçon devrions-nous retenir ?

 

Avant de parler de leçon, il est important de rappeler qu’il est encore trop tôt pour estimer précisément l’ampleur de la crise économique. Mais il est déjà certain qu’elle sera plus brutale que celle de 2008-2009. Cette crise économique catastrophique est en train de creuser des inégalités dans nos sociétés dans les pays développés mais surtout dans les pays en voie de développement. Pour moi, en tant qu’être humain mais aussi en tant que journaliste, les vrais sujets sont les inégalités mais surtout le changement climatique car le changement climatique ne s’est pas arrêté pour la Covid-19. Après un déclin temporaire dû au confinement et au ralentissement de l’activité économique, les émissions repartent en direction de leur niveau d’avant la pandémie. Le monde est en passe de connaître ses cinq années les plus chaudes jamais enregistrées et n’est pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif convenu de maintenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels ou de limiter la hausse à 1,5°C. Cinq ans après les accords de Paris, la COP 21, où en sommes-nous au sujet du climat ? La COP 26 arrive l’année prochaine à Glasgow, en Angleterre, repoussée encore une fois à cause de la pandémie.

 

Que faudrait-il faire face à cela ?

 

Il faudrait absolument que les nations comme l’Europe, la Chine, l’Inde et surtout les États-Unis prennent des engagements forts vis-à-vis du climat, de la biodiversité et de la planète en général. Mais aussi vis-à-vis des jeunes de toute la planète, en renforçant l’éducation, la pédagogie, pour leur donner les clés afin de surmonter ces défis et s’assurer un avenir qu’ils méritent… Les Objectifs de développement durable ou les Sustainable Development Goals des Nations unies, une liste des 17 priorités qui sont rassemblées dans l’Agenda 2030, doivent devenir LA priorité de tous !

 

Quels sont vos souhaits pour 2021 ?

 

L’année 2021 sera difficile car l’impact de cette crise sanitaire et de cette crise économique va s’abattre sur nous de plein fouet. La survie des entreprises, surtout celles qui ont dû fermer suite aux multiples confinements, sera menacée. Mon souhait serait qu’on puisse les aider afin qu’elles arrivent à survivre. Mais aussi que l’aide aux ménages qui connaissent des difficultés soit prioritaire dans l’agenda de tous : les États, les collectivités et les territoires mais aussi individuellement à notre niveau. Nous avons toujours tendance à penser qu’il n’y a que les États qui ont les moyens et les ressources nécessaires pour apporter du changement ou faire bouger les lignes… Le changement est à la portée de tous, nous pouvons faire bouger les lignes, chacun à son niveau… Cela peut être un simple geste pour l’environnement et la planète. Ou tout simplement en achetant local pour soutenir les artisans et les petits producteurs… Moi, j’en ai fait ma mission à travers mon métier, ma profession. Couvrir les sujets qui ont du sens pour apporter une information utile qui va aider à promouvoir le développement social et économique des communautés à travers le monde. Je suis en train de travailler sur une nouvelle émission sur la planète et le climat mais je vous en parlerai en temps voulu…

 

(NdlR : ci-contre, les liens de quelques émissions de notre compatriote : Sustainable Energy sur CNBC – https://www.cnbc.com/sustainable-energy-tv-shows/ – et Business Africa et Initiative Africa – africa-on-air.com)

 


 

L’élection de Joe Biden : les yeux du monde tournés vers les États-Unis

 

Il symbolise l’espoir. Celui de tout un peuple mais aussi du monde entier. Depuis que son nom a résonné et qu’il a été proclamé 46e président des États-Unis, Joe Biden s’est posé en président rassembleur, prêt à «restaurer l’âme de l’Amérique» et à «mettre fin aux diabolisations». Son élection a retenu l’attention du monde entier. Et le président a tout de suite fait du combat contre le coronavirus sa priorité. Campagne nationale de dépistage, vaccination gratuite et port obligatoire du masque dans les bâtiments fédéraux font partie des mesures envisagées. Et ses autres priorités : redresser l’économie, combattre le racisme systémique et s’attaquer au réchauffement climatique. Les yeux du monde sont sur lui concernant ses prochains moves... «Que Biden réinstaure le dialogue avec les autres leaders des autres nations pour faire ce qui est nécessaire afin d’avancer sur les sujets cruciaux qui nous concernent tous !»

 

Pourquoi l’élection présidentielle aux USA a-t-elle été passionnante ?

 

Tout le monde attendait ces élections avec impatience ! C’était digne d’une série de Netflix, avec ses rebondissements… Bref, à l’américaine ! Entre les histoires de fraude avec les bulletins de vote par correspondance et les accusations du président sortant Donald Trump déclarant que cette élection 2020 est frauduleuse dans plusieurs de ses tweets… Mais voilà, les résultats sont là. Joe Biden est le nouveau président des États-Unis ! Maintenant, ce qu’il faut retenir, c’est que c’est lui le nouveau président et j’espère que l’heure du changement a sonné… C’est cela que veulent les Américains, le changement, finalement ! Mais la vraie question que se pose tout le monde : est-ce que ce nouveau président pourra incarner ce changement tant attendu par les Américains mais aussi par toute la planète ? L’enjeu est considérable. Le contrôle du congrès détermine la capacité d’action du président des États-Unis et de son parti. Disposer d’une majorité permettra à Joe Biden de transformer ses projets en législation mais dispose-t-il d’une telle majorité ? Non, alors est-ce qu’il va se retrouver dans une situation pire qu’Obama ? Obama avait bénéficié de deux ans pour mettre en place son administration et faire appliquer son programme… Biden n’aura pas ce luxe !

 

Qu’attendez-vous du président Joe Biden pour 2021 ?

 

Évidemment, en tant que citoyen du monde, j’ai beaucoup d’attentes de ce nouveau locataire de la Maison-Blanche. J’ai envie de dire comme tous finalement… Mais il faut être réaliste, face à ces enjeux de taille, personne ne peut prétendre avoir les réponses. Ce qui est certain, c’est que ces réponses peuvent être trouvées à travers le dialogue avec les différents acteurs, les experts, les scientifiques, les leaders, en d’autres termes ensemble. Je pense finalement que mon vœu le plus cher serait que Biden réinstaure le dialogue avec les leaders des autres nations pour faire ce qui est nécessaire afin d’avancer sur les sujets cruciaux qui nous concernent tous. Et que l’administration américaine se réveille enfin sur le sujet de l’urgence climatique !