• La Croix Rouge : S’engager, symbole de solidarité et d’humanité
  • JIOI 2019 : Les entraîneurs boostés par leur cash prize
  • Gaia Succulents | Ektah Maha : une succulente... passion
  • Basco Raphael et son amour de «Lamizik»
  • Jin Fei : À la découverte de l’Eden Garden Square
  • Sufyaan Aubeeluck : De juriste à fabricant de bijoux
  • Hippisme 22e journée | Wall Tag persiste et signe !
  • Consommateurs, à vos «eco-bags» !
  • Oliver Thomas : «Les Mauriciens sont fatigués de retrouver les mêmes visages, les mêmes personnes sur l’échiquier politique»
  • MBC : la chaise musicale se poursuit

20 ans de la mort du roi du seggae | Kaya : un livre, un film, une soirée par 5-Plus dimanche

Pour ne pas oublier l’homme, l’artiste, sa mort et tout ce qui est arrivé après son décès en 1999. Le jeudi 21 février, 5-Plus dimanche a parrainé le lancement d’une nouvelle édition du livre Février noir de Thierry Château et projeté, en avant-première, le film Février noir, vingt ans après, réalisé par Selven Naidu. Sans oublier un hommage musical par Linzy Bacbotte. Incursion au coeur d’une soirée riche en émotions.

En entrant au Star de Bagatelle, notre une et nos articles de ce février exceptionnel sont exposés. Le dimanche 28 février 1999, 5-Plus dimanche titre L’île en deuil. Des photos fortes, des textes puissants. Kaya, sa famille, ses proches, ses funérailles mais aussi des photos des émeutes, de destruction, bref, d’une page sombre de l’île Maurice dans nos colonnes. Le ton est donné avec cette exposition : une soirée pour ne pas oublier. Ce 21 février, anniversaire des 20 ans de la mort de Joseph Reginald Topize, dit Kaya, père du seggae, 5-Plus dimanche organise un double lancement : une nouvelle édition du livre Février noir de Thierry Château et la première projection du film Février noir, vingt ans après de Selven Naidu.

 

 

Dans la foule, certains évoquent ces temps sombres. Finlay Salesse, alors rédacteur en chef de 5-Plus dimanche, partage des souvenirs. Des plus jeunes s’attardent sur nos archives exposées. Un peu plus loin, les exemplaires du livre de Thierry Château s’écoulent. Et puis, la musique arrive. Linzy Bacbotte et les musiciens de Mauravann sont bien décidés à nous réveiller. Mais l’heure est plus à l’hommage qu’à l’amusement. Les messages passent entre les fameux L’Empire Universel et Rasin pe brile, Linzy s’exclamant que la voix de Kaya et celle de tous ceux qui l’ont suivi dans cette voie, ne doivent jamais tomber dans l’oubli.

 

Linzy Bacbotte et le groupe Mauravann ont assuré l’animation musicale.

 

Et on n’oublie pas les autres aussi, notamment Berger Agathe, artiste mort lors des émeutes. Et hop, voici aussi Leve do mo pep de Ras Natty Baby et Citoyen de Ras Ti Lang.

 

La musique n’est donc pas oubliée lorsque nous entrons enfin dans la salle. Michaëlla Seblin, rédactrice en chef de 5-Plus dimanche, dira, dans son discours, qu’à 5-Plus, «il nous fallait commémorer cette période intimement liée à l’Histoire de notre pays. Parce que tout simplement : dire, témoigner, raconter, c’est notre propos, notre devoir en tant que journalistes. Mais il y a aussi plusieurs manières de raconter les faits. Ce qui m’amène à l’organisation de cette soirée spéciale Kaya, entre lancement de livre et projection de film…»

 

Denis Ithier, directeur général de La Sentinelle Ltée, l’auteur Thierry Château, le cinéaste Selven Naidu, la rédactrice en chef de 5-Plus dimanche, Michaëlla Seblin, et Eric Koenig, directeur des cinémas Star.

 

Selven Naidu insistera qu’il a «beaucoup aimé l’écriture cinématographique» du livre de son ami Thierry Château, qui a été la grande source d’inspiration pour son film. Thierry Château, pour sa part, remerciera tous ceux qui ont participé aux témoignages, que ce soit pour le livre ou pour les images du film, dont plusieurs sont issus du film Zafer Kaya de Michel Vuillermet, sorti en 2000. 

 

Et le film commence, après un trailer du documentaire qu’a concocté, pour sa part, lexpress.mu, du nom de Mo zistwar pa éfasé. Des témoignages, des infos, de la joie, de la violence, Février noir, vingt ans après, accessible et riche pendant la petite heure qu’il dure, décortique avec justesse les événements de février 1999. Avec un constat qui fait froid dans le dos : vingt ans après, la situation n’a pas évolué pour les minorités, si ce n’est qu’elle a empiré…

 

Allez donc voir ce Février noir, vingt ans après – dans les salles des cinémas Star –, vecteur d’émotions fortes, témoignage intense d’une partie sombre de l’Histoire de Maurice.

 


 

Qu’en pensent nos lecteurs ?

 

Marie et Anaïs ont beaucoup apprécié leur soirée et le film. 

 

Des chanceux. 5-Plus dimanche a permis à plusieurs de ses lecteurs, via un jeu-concours, de venir assister à cette soirée de lancement. Le moins que l’on puisse dire, c’est que jeunes comme moins jeunes ont beaucoup apprécié Février noir, vingt ans après. Prenons l’exemple du retraité Ordarajooloo Sunasee, qui a trouvé le film «fort intéressant. Bonne ambiance, vraiment dans le bain des événements de 1999.» Pour Anaïs Chan Kin, qui n’avait que 6 ans lors de ces émeutes, «le film est important pour la jeune génération. J’ai découvert énormément d’éléments qui m’ont fait découvrir ce qui s’était vraiment passé après la mort de Kaya». La jeune femme, habitant à Roche-Bois, en a aussi profité pour acheter le livre de Thierry Château. Quant à Marie Orelie Prosper, elle a fait tout le chemin depuis Rose-Belle avec son époux pour venir à la soirée : «On n’a pas regretté. J’ai 27 ans, je n’avais que 8 ans lors des émeutes, du coup, je ne me rappelais pas de ces événements, mais ce film donne un grand éclairage sur cette période.»

 


 

Les autres activités

 

Concert hommage avec Blakkayo, entre autres artistes.

 

En plus du lancement du film Février noir, vingt ans après, actuellement dans les salles de cinéma Star, il y a eu plusieurs commémorations à travers l’île. Notamment à Port-Louis, au Caudan, avec plusieurs artistes, ou encore les musiciens du Conservatoire François Mitterrand devant l’esplanade de la municipalité de Port-Louis. Mais aussi le 22 février, notamment à Résidence Valijee et au Kas Poz d’Ébène. Et ce n’est pas encore fini, puisque vous avez jusqu’à fin mars pour aller voir l’expo Kaya au Blue Penny Museum. Et n’oubliez pas aussi le projet 10 gram pou Kaya, initiative de la boîte Jorez Box, lancé en grande pompe le 21 février. Si tout se passe bien, il y aura une quête nationale où chaque Mauricien pourra contribuer Rs 20. Avec la somme récoltée, plusieurs projets seront initiés dont une statue qui sera dévoilée le 10 août, date d’anniversaire de Kaya. En plus, vous pouvez télécharger gratuitement une toute nouvelle version de Sant Lamour, concocté par l’Atelier Mo’Zar, Eric Triton, Emlyn et la Nikita. Tout cela est disponible sur le site www.10grampoukaya.mu.