• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

12 Parkours Fam Morisienn : à bas les obstacles !

Leur mission : faire tomber les préjugés et permettre aux femmes de s’épanouir sur le plan professionnel. Toutefois, les difficultés ne manquent pas. Des femmes qui sont dans l’entrepreneuriat partagent quelques précieux conseils pour les surmonter…

Lorsque vous êtes une femme, vous êtes souvent jugée sur votre capacité à accomplir une tâche. Sera-t-elle une bonne conductrice ? Sera-t-elle une bonne bâtisseuse ? Est-elle assez bonne pour être menuisier ? Ce sont autant de questions, de préjugés, auxquels font souvent face les femmes qui rêvent de réussir sur le plan professionnel. Comment surmonter ces obstacles ? Encouragement, encadrement et persévérance sont nécessaires. Ce ne sont pas Sameera Chattun Koyratty, Shaleena Balgobin Nijhawan, Natacha Émilien, Simrita Houmadevi Engkutsamy Juddoo, Taruni Devi Ramnarain, Nishta Goopee, Marie Noëlle Elissac-Foy, Sherilyn Venpin, Patricia Aliphon et Orneillia Hector qui diront le contraire.

 

Cela fait plusieurs mois qu’elles partagent leur vécu et prodiguent des conseils aux femmes qui veulent être autonomes. Cela, à travers une série de vidéos mensuelles à l’initiative de H2H Digital Marketing, en partenariat avec TiZean Creasion, La Demeure Saint-Antoine et 5-Plus dimanche. Dans celle diffusée en ce mois de juillet, disponible sur la chaîne YouTube de H2H Digital Marketing (le lien : https://youtu.be/xYH2ujiQXks), les femmes entrepreneures de différents secteurs parlent des différents obstacles auxquels elles ont été confrontées au cours de leur parcours. Mais surtout, elles partagent la recette pour les surmonter.

 

Parmi, Orneilla Hector qui s’est fait une place sur le marché du travail avec confiance car, dit-elle, elle a toujours été entourée de femmes occupant des postes importants. D’ailleurs, sa sœur dirige une entreprise dans un domaine géré majoritairement par les hommes. Son environnement de travail précédent était principalement composé de femmes et elle est, souligne-t-elle, issue d’une famille où ce sont les femmes qui gèrent.

 

Solidaires

 

Marie-Noëlle Elissac-Foy, elle, croit en l’importance de consulter les autres, d’être solidaires. Une femme, rappelle-t-elle, est très souvent mère de famille et les décisions doivent être prises ensemble. Il est donc important qu’elle ait autour d’elle des femmes sur lesquelles elle pourrait compter. Un cercle de femmes au sein duquel il y aurait du partage, de l’écoute. Un point de vue repris par Taruni Devi Ramnarain qui estime que les femmes manquent de soutien de la part de celles qui sont dans le monde de l’entrepreneuriat depuis plus longtemps. «Nous avons tendance à nous voir comme des compétiteurs. Alors que nous devons nous estimer comme des sœurs et nous entraider mutuellement. Je pense qu’on peut combiner nos forces pour nous soutenir», estime-t-elle.

 

L’expérience de Sameera Chattun Koyratty fait également réfléchir. «Dans ma situation, cela a été assez difficile. Par exemple, lorsque vous êtes assise à travailler sur d’énormes projets et qu’il s’agit de la partie technique où vous devez donner votre point de vue, c’est là que vous le faites mais cela n’est pas pris en considération, c’est juste mis dans un tiroir et ça se voit simplement par le langage corporel. Mais ensuite, avec l’expérience, on apprend à ne pas réagir, à prendre des notes, puis à répondre une à une à leurs questions. Ensuite, vous voyez à quel point votre voix compte et ceux qui vous entourent commencent à voir votre valeur ajoutée. Cela ne garantit toujours pas qu’ils feront ce que vous proposez mais peut-être…»

 

Simrita Houmadevi Engkutsamy Juddoo, pour sa part, avoue être souvent jugée quand on la voit tenir un autocollant de voiture ou faire des «tâches réservées aux hommes». Mais elle en a assez d’être mise à l’écart : étant une femme : «Très souvent, quand vient le temps de collaborer ensemble et que je suis la seule femme autour de la table dans mon secteur, on m’accuse directement d’être une femme et on croit encore que je devrais être à la maison à faire du thé, à m’occuper de la famille.» Alors que Simrita Houmadevi Engkutsamy Juddoo, une épouse heureuse et mère de deux enfants, est à la tête d’une entreprise prospère.

 

Le chemin est encore long, ces femmes le savent, même si certaines sont déjà à la tête du changement, occupant des postes de haute responsabilité dans des entreprises valant des milliards. Mais il y a encore du travail à faire pour que les mentalités changent, pour aider la prochaine génération de femmes à réaliser ses rêves sans aucun préjugé sexiste.