• «Non» aux accords de pêche : au nom des baleines, des dauphins, des thons
  • Harry Mootoosamy : L’as des portraits
  • Championnat de Maurice Snooker : Une première nationale pour Salman Moosa
  • Vanessa Lindor, le spa de ses rêves
  • Menace de déportation | Arnaud Poulay : «Ce n’est pas mon combat mais celui de tous les Agaléens»
  • Appel à l’aide : Pour que Shahana puisse entendre…
  • Accident fatal : Un septuagénaire succombe à ses blessures après une collision
  • Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc

Stéphanie Charlot : la créatrice qui vous rend belle

La jeune créatrice espère bientot ouvrir un autre magasin dans le centre.

Voir un sourire sur le visage de ses clientes… Il n’y a pas de plus belle satisfaction, dit-elle, lorsqu’on fait son métier. Stéphanie Charlot est une passionnée. Ça se voit, ça s’entend. À 32 ans, cette jeune femme est une créatrice de vêtements spécialisée dans les grandes tailles. Au fil des années, elle a su inscrire son nom sur la place, devenant même une référence parmi de nombreuses Mauriciennes. Elle a ouvert, il y a quelques mois, son magasin Matryoshka Boutique, qui fait aussi office d’atelier où elle conçoit ses pièces et reçoit ses clientes. 

 

Imaginer des vêtements, dessiner les croquis, découper le tissu et l’assembler à la machine, la passionnent depuis de nombreuses années. Contrairement à d’autres, Stéphanie Charlot n’a pas toujours rêvé de couture et de travailler dans ce domaine. «J’ai quitté l’école à 14 ans et j’ai intégré une usine de textile comme helper. Je ne savais pas utiliser une machine à coudre mais, petit à petit, ça a commencé à m’intéresser et j’ai appris.»

 

Lorsque dix ans plus tard, elle se retrouve au chômage, elle se questionne sur le chemin à prendre et c’est la couture qui lui vient à l’esprit. Mais le défi lui semble de taille. «Je me suis dit : pourquoi ne pas commencer par me confectionner un vêtement ? J’étais très complexée par mes rondeurs. Je n’étais pas féminine. Je ne m’assumais pas. Je ne portais jamais de robe et je n’étais pas très à l’aise dans ce que je portais.» Elle commence par acheter quelques pièces qu’elle réadapte, customise selon ses envies et ses inspirations. Puis, un jour, elle se lance dans la confection de sa première robe. «À ce moment-là, c’était beaucoup plus un passe-temps qu’un gagne-pain.»

 

Lorsqu’elle entend parler de l’ouverture d’un magasin dédié aux rondes à Curepipe, elle décide finalement de se lancer. «J’y suis allée et j’ai commencé à travailler pour ce magasin. J’ai fabriqué des vêtements pour d’autres marques aussi mais j’ai toujours été dans l’ombre.» Rêvant plus grand, Stéphanie Charlot décide, il y a trois ans, de se lancer à son compte. Elle réalise une quinzaine de robes, créé une page sur Facebook et publie des photos. Les commandes se succèdent, confortant la jeune femme dans son idée. Si, au départ, elle travaillait à la maison, aujourd’hui c’est dans son magasin-atelier qu’elle propose ses services. Et le succès est au rendez-vous. «Il est difficile pour les rondes de trouver des vêtements qui leur vont, dans lesquels elles se sentent bien et, qui plus est, sont tendances. Ce qu’on trouve le plus souvent, ce sont des modèles pas très à la mode, informes et noirs. Alors que la mode pour les rondes, c’est beaucoup plus que ça.»

 

Pour Stéphanie Charlot, il faut que ça claque avec des couleurs flashy et des modèles qui sont plus actuels et qui mettent en valeur le corps de la femme. La jeune femme, qui espère bientôt ouvrir un autre magasin, propose plusieurs collections de vêtements et de bikinis mais fait principalement du sur-mesure. «Je suis ronde moi-même, je sais ce que certaines femmes peuvent ressentir. Je les reçois, je les écoute et je les conseille. Je ne suis pas là uniquement pour leur vendre quelque chose. L’important, c’est qu’elles se sentent belles et bien dans leur peau.» Et lorsque c’est fait, c’est pour Stéphanie Charlot, la plus belle des récompenses.