• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Soufian Khooduruth, coiffeur «old school»

Dans son salon à la rue Ollier, ça coupe pas mal…

Un incontournable du coin. Bienvenue dans le monde de Soufian Khooduruth, 43 ans. Un monde chevelu, puisque notre interlocuteur est coiffeur à l’ancienne. 27 ans ce mois-ci depuis qu’il manie ciseaux et autres rasoirs et s’occupe des têtes et barbes, à la rue Ollier, à Rose-Hill.

 

Il faut remonter loin dans le temps, pour connaître les débuts du petit Soufian. À 12 ans, il accompagne son oncle Taleb, le coiffeur de la famille d’alors, vis-à-vis de l’église St-Patrick. «J’avoue qu’au début, je n’étais pas intéressé. Et puis à cette époque-là, il n’y avait pas d’équipements comme la tondeuse. La mode était différente aussi ! Puis petit à petit, j’ai commencé à y prendre goût. Brushing, coupes plus classiques, il y avait pas mal à apprendre», dit l’homme aux ciseaux, papa de trois enfants. 

 

À 18 ans, il aménage un petit coin, tout près de chez lui, un salon qu’il n’a jamais quitté. La tondeuse, il la connaît mais ne l’a pas encore utilisée. «La tondeuse est arrivée après. Quand je regarde les nouveaux coiffeurs, qui des fois se décrivent plus comme des esthéticiens, je me suis dit que j’ai vraiment tout appris à l’ancienne.»

 

Et veut-il s’adapter à des choses plus modernes, notre coiffeur ? «J’essaie de m’adapter à l’ère du temps et aux nouvelles modes. Mais je veux rester dans le domaine de la coiffure. Être Make Up Artist par exemple, ça ne m’intéresse pas vraiment. De toute façon, j’ai des clients fidèles, donc pas de soucis.» 

 

En tout cas, si vous voulez un coiffeur à l’ancienne, rendez-vous à la rue Ollier, Rose-Hill, dans l’antre de Soufian.