• Dans la cuisine de Anoushka Aodhorah
  • Salaire de moins de Rs 3 000 : Génération «tras trase»
  • Jeux du Commonwealth : le Queen’s Baton visite Maurice
  • La vie de fashionista de Prathima
  • Samsung Galaxy S8 : en attendant l’accueil mauricien
  • Nalini Parasuraman : L’amour en héritage
  • Tir à l’arc en 3D : La chasse est ouverte
  • Les échos positifs de Summer et Phil M
  • Le come-back de Hans Nayna à Madagascar
  • Redessinez votre intérieur en 3D avec David Odillard

Richard Favory : 25 ans de folie artistique

Voilà plusieurs années qu’il travaille sur la décoration de plusieurs événements. Le designer et peintre qui se définit comme un artiste, fête cette année ses 25 ans de carrière et promet une nouvelle collection pour bientôt.

Designer ? Décorateur ? Peintre ? Il a choisi d’être les trois à la fois ! Et dans son monde de fantaisie, de couleurs, de délires et de… folies, il avance à son rythme. Depuis toujours. Voilà 25 ans que ça dure ! 25 ans qu’il dessine, décore, habille, conçoit, transforme… à sa guise. Une envie d’ajouter des couleurs à son monde, qui a commencé alors que Richard Favory, 43 ans, était très jeune : «Je crois que c’est dans mon sang.» 

 

Il parle ainsi de son père qui était tourneur-mécanique et de sa mère qui travaillait dans une boutique de prêt-à-porter. Des guides et des modèles qui l’ont toujours inspiré : «J’ai compris très vite que j’aimais cet univers. À tel point que ma mère m’avait confié la déco de sa boutique. Je m’étais aussi occupé du mariage de ma sœur. J’étais alors encore un ado.»

 

À l’heure où il fête ses 25 ans de carrière, 25 ans durant lesquels il n’a cessé de transposer sa folie artistique à travers ses peintures, les tenues qu’il a créées, sans oublier les décos et les univers qu’il apportait à des événements divers, Richard Favory s’est toujours accroché à ses rêves d’arstiste. Cela, depuis très jeune.  

 

Mais son jeune âge ne l’a jamais freiné. Au contraire. Chaque encouragement, chaque appréciation de son travail à l’époque, n’est qu’un boost et une source de motivation. «Je ne me sentais bien qu’en étant créatif. J’étais d’ailleurs très impliqué dans tout ce qui concernait la déco quand j’étais au collège. Comme j’étais scout, je ne ratais pas non plus une occasion de faire appel à mon imagination. J’aime le fait de créer»,raconte cet ancien étudiant du collège Saint-Mary’s. 

 

Touche personnelle

 

C’est chez lui, à Rose-Hill, qu’il nous reçoit dans son antre baigné de couleurs, de strass, de lumière, un peu à son image : «Il y a là des inspirations diverses.» Et au moment de faire un choix de carrière, la voie à emprunter était une évidence pour Richard. C’est ainsi qu’il a, au fil des années, toujours essayé d’apporter sa touche personnelle et son grain de sel. Et c’est comme cela qu’il s’est fait connaître :«Comme j’aimais aussi peindre, je faisais des expositions et j’ai participé à des fancy-fairs. Toutes les plateformes où je pouvais m’exprimer étaient bonnes à prendre.»

 

Petit à petit, il prend son envol. «J’ai, entre autres, réalisé quelques vitrines pour un salon de coiffure notamment, avec qui je suis toujours fidèle depuis 18 ans. J’ai aussi travaillé sur la déco d’événements divers et variés, notamment sur des concerts comme ceux de Dance Machine, d’Alliage et de Gilbert Montagné.» Dans ses collaborations, il cite ainsi Social Buzz, Electric Dodo, Urban Pulse, Event Creators ou encore Echobox, entre autres. Des boîtes d’événementiel avec qui il a collobaré et à qui il a apporté son expertise. 

 

Dans son travail, Richard Favory est galvanisé par une seule chose : le désir de surprendre et d’être différent : «J’essaie à chaque fois de proposer des choses uniques.» Des formes, des couleurs, des atmosphères… «Je n’arrive pas à définir mon style. J’essaie juste de retranscrire ma folie dans tout ce que je fais et ce que je propose quand on me confie la déco d’un lieu ou pour un show.»

 

Et  voulant toujours dépasser ses limites, il n’a jamais hésité avant d’aller explorer d’autres horizons : «J’ai voulu très vite créer des vêtements et des lignes de vêtements.» S’inspirant de ses états d’âme, Transparent Dreams, Black is sexy et Schocking experiments, entre autres, sont les collections qui voient le jour avant de défiler sur les podiums. «Jaime oser», dit celui qui a aussi travaillé à la Compagnie mauricienne de Textile.

 

À l’heure où il s’apprête à ajouter de nouveaux chapitres à sa parenthèse artistique, Richard Favory, qui prépare actuellement une nouvelle collection, Breathless Experience, espère vite voir le projet sur les rails : «Ce sera un mélange de plusieurs idées avec des influences gothiques.» S’il n’a pas les idées dans ses nouvelles tenues, c’est pour d’autres événements que Richard propose ses services de décorateur : «Je m’adapte aux budgets, je conçois mes décos et je suis très à l’écoute.» 

 

Ce sont alors ses talents de designer, de décorateur et de designer qui font le reste.