• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Priscille Noël : Sur le pont de l’amour

La Chief Serving Officer explique le projet A place to call home.

Ils rêvent d’un pays où chaque famille aura un toit décent. Mais pour y arriver, les membres de l’ONG Lovebridge ont besoin de l’aide de tous les Mauriciens. Rencontre avec l’une des leurs, Priscille Noël, qui nous présente le projet «A Place to call home»…

Il s’agit d’une mission. Celle de contribuer à faire reculer la pauvreté. D’un engagement. Celui de donner de son temps pour une cause. D’une envie. Celle de vouloir contribuer à la construction d’une meilleure île Maurice. D’un rêve… dans lequel tous les Mauriciens ont une place et les moyens de vivre décemment et heureux. Car plus qu’une simple volonté, c’est la bataille que livrent les membres de Lovebridge, une organisation nationale, dont le moteur principal est de lutter contre l’extrême pauvreté. 

 

C’est à Floréal, au cœur de Floreal Knitwear, que nous rencontrons une petite équipe dynamique qui œuvre pour donner vie à des projets divers. L’ambiance est paisible et le travail se fait dans la bonne humeur. Là-bas, c’est le bien-être des plus démunis qui prime. Et parmi ces personnes engagées, nous retrouvons Priscille Noël, Chief Serving Officer, qui comme tous les membres de l’association, a décidé d’emprunter ce pont de l’amour avec comme ultime objectif de tendre une main vers les autres. Plus précisément vers ceux qui sont dans le besoin.

 

«Créée en 2012, Lovebridge est devenue une organisation nationale en 2015», explique Priscille Noël. Depuis, chaque pas effectué vers une famille vulnérable est un pas de plus en avant. «On travaille en utilisant une méthode d’accompagnement social intégré et solidaire sur le long terme», explique Priscille qui, pour l’occasion, s’est entourée de deux de ses proches collaborateurs : Nicolas Fanny et Sandrine Ah-Choon. 

 

À l’agenda du jour : le projet A place to call home, dont le but est d’aider certaines familles que l’association accompagne à vivre dans des conditions décentes. «La stratégie d’empowerment de Lovebridge se base sur six piliers interconnectés : l’éducation, la nutrition, le logement, la santé, l’emploi et l’attitude. L’accompagnement des familles bénéficiaires est fait par les  professionnels de Lovebridge avec le soutien de citoyens bénévoles», explique Priscille Noël dans un langage où la professionnelle bataille avec la passionnée.

 

Au fil du temps, son rôle au sein de Lovebridge est devenu plus qu’un travail ; il s’est transformé en vocation. Comme pour tous ses collègues qui ont compris que certaines personnes méritent un coup de pouce pour s’en sortir et aspirer à de meilleures conditions de vie. 

 

Sentiment d’exclusion

 

Un des piliers du programme de Lovebridge est le logement puisque, selon le constat de l’organisme,  vivre dans des conditions précaires ne fait que renforcer le sentiment d’exclusion et de solitude. «Tout le monde a droit à un logement décent mais tel n’est pas le cas pour plusieurs familles mauriciennes. Nous ne faisons pas de l’assistanat. Nous voulons empower ces personnes qui n’ont pas eu de chance dans la vie», explique la Chief Serving Officer

 

Les équipes travaillent en se basant sur des plans d’action adaptés aux besoins et aux spécificités de chaque famille : «Lovebridge accompagne en permanence les bénéficiaires à travers des visites hebdomadaires et l’accompagnateur bénévole est appelé à être un ami, un compagnon de route pour la famille vulnérable.  On accompagne ainsi plusieurs familles en assurant une présence hebdomadaire auprès d’elles pour les aider, les accompagner, les conseiller. Nous avons des équipes de terrain qui visitent les familles à hauteur de 10 à 12 heures par mois. Nous travaillons actuellement dans six régions de l’île.» 

 

Avec le projet A place to call home, les bénéficiaires sont aussi appelés à être partie prenante de l’opération : «Les familles sont invitées à participer selon leurs moyens. C’est important pour elles de développer de la résilience pour arriver à surmonter chaque obstacle.»

 

Pour le bon déroulement du projet de logement, Lovebridge fait d’ailleurs appel à la générosité des Mauriciens. Une campagne de levée de fonds est lancée jusqu’au 30 juin 2018 afin de récolter Rs 1 million qui serviront à effectuer des travaux d’amélioration du logement pour un maximum de familles bénéficiaires. Car un petit geste peut amener de grands changements…

 


 

 

Appel aux dons

 

Si vous voulez faire un don pour aider Lovebridge à mener à bien son projet de logement, vous pouvez faire un virement en ligne ou via Juice ou encore un dépôt bancaire sur le compte de l’ONG à la MCB : no 000444512926 

 

Pour Juice, mentionnez : lbhouse

 

Pour tout transfert international, mentionnez : IBAN : MU88MCBL0944000444512926000MUR 

 

Swift Code : MCBLMUMU

 

Pour tout don en ligne de Maurice ou de l’étranger allez sur l’adresse suivante : https://www.leetchi.com/c/charity-nonprofit-lovebridge-beneficiary-housing-project

 

 

Run for Lalita

 

La campagne Run for Lalita, qui a eu lieu en début d’année, a permis de récolter suffisamment de fonds pour permettre à Lalita et ses cinq enfants d’avoir une maison nouvellement construite. Auparavant, toute la famille dormait dans une maison qui tombait en ruines. Ce projet s’est concrétisé grâce au soutien de bénévoles lors de la Beachcomber Tour. Lovebridge veut donner la chance à d’autres familles de vivre dans des conditions décentes et fait donc appel à la générosité de chaque Mauricien.