• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Moira van der Westhuizen : Au bonheur des animaux

Elle est fière de ses animaux et de Witchy cat, son chat noir, qui figure dans le film Serenity, actuellement en tournage chez nous.

Elle a une grande famille, dit-elle. Parmi, elle compte : 14 chevaux, 14 cochons, 10 chiens, 20 chats, une chèvre, des poules, des lapins, tous des bêtes qu’elle a récupérées ici et là, et qu’elle considère comme des membres de sa famille. Un de ses petits protégés, Witchy cat, côtoie d’ailleurs des vedettes de Hollywood. Il figure dans le film Serenity qui est actuellement en tournage dans l’île.

Elle a changé sa vie… et celle de dizaines d’autres. Il y a neuf ans, Moira van der Westhuizen a posé ses valises à Maurice avec son époux Cabous. «On a eu un coup de foudre», confie-t-elle. Impossible pour cette Sud-Africaine et son époux – qui a, depuis, ouvert le Beach House à Grand-Baie – de résister à l’appel qui les a poussés à recommencer une nouvelle vie dans notre petite île. 

 

Ici, Moira van der Westhuizen a pris un nouveau départ, a développé une vie à la mauricienne et est surtout tombée en amour pour son climat, ses paysages, ses habitants et ses… animaux. Pour Moira, ancienne présidente de PAWS, ses amies les bêtes ont toujours occupé une place de choix dans sa vie. Elle en est gaga, elle parle d’eux comme s’il s’agissait de ses propres enfants et est prête à tout pour leur bien-être. 

 

D’ailleurs, c’est ce qui l’a motivée à faire de son rêve fou, une réalité : la création d’un sanctuaire pour animaux. C’est à Bois-Rouge, dans un écrin de nature, que celle qui défend les droits des animaux a donné vie à son projet pas comme les autres : son arche de la générosité, un lieu de vie accueillant où des espèces diverses se côtoient. Dans son élément, Moira van der Westhuizen, qui travaillait dans la comptabilité dans son pays, est maintenant comme un poisson dans l’eau. Un poisson heureux parmi 14 chevaux, 14 cochons, 10 chiens, 20 chats, une chèvre, des poules, des lapins, tous des bêtes qu’elle a récupérées ici et là, dans le but de leur donner une seconde chance : «Les chevaux par exemple étaient des chevaux de courses en fin de carrière et les cochons étaient négligés dans une ferme. Je ne peux pas rester insensible à ce genre de détresse…»

 

Elle est comme ça, Moira. Elle ne peut pas fermer les yeux lorsqu’elle voit un chien abandonné qui erre dans la rue ou encore un chat qui vagabonde sans foyer. C’est plus fort qu’elle et à chaque fois, c’est en écoutant son cœur qu’elle ouvre en grand ses bras tout comme les portes de son sanctuaire pour ceux qui, au fil des années, sont devenus ses petits protégés. Dans son paradis pour les animaux, des normes et des paramètres ont été implémentés pour que chacun des pensionnaires ait un traitement adéquat qui lui permet de vivre dans de bonnes conditions. 

 

Avec eux, Moira a développé une grande complicité, les connaît tous, leurs noms, leurs habitudes, leurs petits péchés mignons : «Ils ont tous une histoire.» Elle cite Sunny Boy, son poney, Charlotte, son cochon, et son chat noir, «ramassé dans la rue», qui est en passe de devenir une véritable petite star : «C’est fou le destin. Quand je regarde Witchy cat, je ne peux pas ne pas penser à d’où il vient et ce qui lui arrive actuellement. Il a été choisi pour jouer dans le film Serenity, qui est tournée actuellement à Maurice, avec des vedettes comme Matthew McConaughey et Anne Hathaway.»

 

Moira van der Westhuizen ne peut ainsi pas cacher sa fierté lorsqu’elle parle de cette petite boule de poil qui a tapé dans l’œil du réalisateur du film : «On m’a fait comprendre qu’il avait un bon jeu d’acteur. Il a réussi toutes ses scènes en une seule prise.»

 

Ce sont là les quelques satisfactions que lui procurent ses animaux. C’est pour ces raisons qu’elle n’est pas près, dit-elle, d’arrêter de se battre pour la cause animale : «J’envisage très bientôt de permettre aux Mauriciens de venir visiter le sanctuaire.» Le but est de conscientiser les gens sur la nécessité de respecter nos amis les bêtes : «Il suffit parfois d’éduquer et de montrer qu’il suffit de peu pour rendre un animal heureux.» Elle en a la preuve : son sanctuaire qui fait tout pour le bonheur des animaux et où elle a bien changé des vies.