• Pourquoi je pars aux master class de la «Mauritius Cinema Week»
  • Joe Lesjongard, un «Deputy Speaker» surprise
  • Jeux Olympiques de la Jeunesse : Terence Saramandif entre dans l’histoire
  • Accusation d’abus sexuel sur un adolescent : Le Vatican interdit au père Moctee «tout contact avec des mineurs»
  • Poignardée par son époux : Viviane Louise, 53 ans, raconte l’enfer de la violence conjugale
  • Bousculons nos consciences…
  • Urvashi Gooriah : moi, Miss Mauritius…
  • Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés

La jolie lakaz en tôle de Richard Fricot

Avec ses petits commis en cuisine, Richard Fricot propose une cuisine typique et authentique.

Un décor typique, une cuisine authentique pour un plaisir gourmand. Voilà le voyage culinaire que propose Richard Fricot. Avec Lakaz en tôle, son petit resto, ouvert il y a tout juste deux mois, à Belle-Rose, ce cuisinier, qui a eu une longue carrière, transporte, surprend et ravit les papilles grâce à une cuisine très locale, colorée et savoureuse. Ouvrir son petit truc à lui, Richard Fricot, 48 ans, en a toujours rêvé et lorsque l’occasion s’est enfin présentée, il n’a pas hésité à donner vie à l’un de ses plus grands rêves.

 

À l’intérieur de Lakaz en tôle, le décor tantôt rustique tantôt letan lontan est un ravissement pour les yeux. Mais bien plus que le décor, c’est la cuisine que propose Richard Fricot qui plaît. Ainsi, il mise sur des plats typiquement mauriciens comme le «farata et kari poul», un bon petit «kari agneau» ou une daube de poisson accompagnée de grains et de légumes.

 

Outre cette cuisine bien de chez nous, le chef propose aussi toute une variété de cuisines allant du chinois aux plats européens en passant par les fameuses grillades. À la carte de Lakaz en tôle, on retrouve aussi des pizzas, des burgers et des sandwichs, aussi appétissants que délicieux. «Je voulais une cuisine variée pour que tout le monde puisse avoir le choix de manger ce qui lui plaît. Ici, tout est frais et fait maison. C’est rapide mais c’est surtout de la bonne qualité», lance Richard.

 

Entouré de ses petits commis, des jeunes qui veulent apprendre la cuisine, le chef s’évertue à chaque déjeuner à mettre les petits plats dans les grands pour ses clients. Il faut dire que Richard Fricot est un homme d’expérience, lui qui est tombé dans le monde de la cuisine à l’âge de 16 ans. À l’époque, c’est à la Pâtisserie Lindsay qu’il fait ses débuts avant de rejoindre le Chef Nizam au Domaine Les Pailles. Il le suivra au Labourdonnais Hôtel, un peu plus tard pour y travailler pendant plus de 14 ans.

 

Depuis, Richard Fricot a connu de nombreuses aventures professionnelles. «J’ai travaillé dans de nombreux hôtels, enseigné dans une école de cuisine et participé à plusieurs compétitions, ici comme à l’étranger.» Car, oui, Richard Fricot est aussi un spécialiste de la sculpture sur fruits et légumes, discipline pour laquelle il a été plusieurs fois récompensé.

 

Actuellement chef cuisinier au Wave Lounge, il gère en parallèle Lakaz en tôle. Malgré les longues heures de travail, cela reste pour lui un plaisir. «La cuisine pour moi est plus qu’une passion. On ne finit jamais d’apprendre, de développer ses connaissances, de tester, de créer.» Heureux de faire découvrir de nouvelles saveurs aux Mauriciens, Richard Fricot proposera d’ailleurs pour Noël et la période de fin d’année, des menus très festifs comme les gambas ou encore la souris d’agneau à emporter. Une fois le Nouvel An passé, il s’attellera alors à la réalisation de son autre projet, qui est de créer une école de cuisine pour les jeunes.