• Dans la cuisine de Anoushka Aodhorah
  • Salaire de moins de Rs 3 000 : Génération «tras trase»
  • Jeux du Commonwealth : le Queen’s Baton visite Maurice
  • La vie de fashionista de Prathima
  • Samsung Galaxy S8 : en attendant l’accueil mauricien
  • Nalini Parasuraman : L’amour en héritage
  • Tir à l’arc en 3D : La chasse est ouverte
  • Les échos positifs de Summer et Phil M
  • Le come-back de Hans Nayna à Madagascar
  • Redessinez votre intérieur en 3D avec David Odillard

La «FreeDom» du jeune Dom

Le jeune de 24 ans veut rassembler des designers talentueux sous une seule enseigne.

Des idées et des images plein la tête. Mais aussi l’objectif de rassembler les Graphic Designers du pays pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Dominique Paul, 24 ans, a lancé en février sa boîte de graphic design, baptisée FreeDom. Comme son nom l’indique, FreeDom, quise veut être un collectif de designers, veut faire la part belle à la liberté de la créativité, tout en ne mettant pas la pression à tous ceux qui y travaillent. Logos, branding, billboards, tout y passe.  

 

Le concept est simple, selon notre interlocuteur, aussi cofondateur de la marque de T-shirtspour hommes Capritchi, qu’il a créée avec ses amis : «J’ai voulu regrouper tous les designers qui cherchent du boulot. Et leur donner une liberté totale. Car dans ce métier, on a besoin d’ouverture d’esprit pour donner le meilleur de nous-mêmes. Le tout, c’est le résultat. Qu’importe le lieu de travail ou l’uniforme, c’est le talent qui prime.» 

 

Dominique Paul a bossé pendant plusieurs années dans des boîtes plus corporate après ses études au Charles Telfair Institute. Depuis la création de FreeDom, le jeune directeur, fan de jeux vidéo et de deejaying, en est à gérer cinq personnes. Un chiffre que vous pouvez changer si vous vous rendez sur la page Facebook de FreeDom.