• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Gérard Cimiotti : En avant la musique !

Souffrant d’un problème de santé, celui qui a animé bien des scènes jusqu’à tout récemment, organise ses 75 ans. Lors de cet événement, il présentera, avec ses amis, le spectacle Gérard Cimiotti… les 4 saisons. Rencontre.

C’estcomme un rituel. Et c’est réglé comme du papier… à musique. Il lui suffit de se mettre devant son clavier et tout s’enchaîne. Son visage s’éclaire et, à travers ses expressions du visage et autres mimiques, il se laisse emporter par la musique… sa musique. C’est à chaque fois la même chose puisque ça lui fait toujours le même effet quand il se met à caresser les touches de son piano. «Voilà une cinquantaine d’années depuis que je construis ma vie autour de cette forme d’art qui a bercé bien des étapes de ma vie»,nous confie Gérard Cimiotti.

 

En ce mercredi après-midi, celui qui est toujours au diapason, nous reçoit dans son studio, chez lui à Quatre-Bornes : «J’ai emménagé dans cette maison en 1971 et dès que j’ai vu cette pièce, censé être une chambre, je savais que ça allait être mon studio.»Autour de lui : des instruments et autres équipements qui l’ont aidé, ces dernières années, à réaliser bien des projets et à participer à bien des événements… musicaux, il va de soi.

 

Sur les murs, le musicien, qu’on ne présente plus et qui a bâti sa réputation sur sa maîtrise de la technique et son savoir-faire, a raconté sa vie à travers des clichés qui passent en revue sa carrière musicale.  Ce sera d’ailleurs le fil conducteur de sa soirée d’anniversaire, que ses amis – des musiciens – organisent dans le cadre de ses 75 ans qu’il célébrera le 5 novembre au Domaine Izi, à Beaux-Songes. Décliné sous le thème Gérard Cimiotti… les 4 saisons,cette soirée-spectacle se veut être – selon ses proches – un hommage au musicien.  «Comme je suis né un 2 novembre, le jour de la fête des morts, j’ai rarement fêté mon anniversaire. Puis, ce projet est venu sur le tapis de fêter mon anniversaire à travers un show marquant différentes étapes de ma vie»,confie un Gérard Cimiotti motivé à l’idée de se raconter sur scène.

 

«J’ai maintes fois raconté cette histoire, mais je me souviens très bien de mes premiers pas dans ce monde. J’avais peut-être 5 ans et comme ma mère était prof de musique, je me rappelle parfaitement de ses classes que j’écoutais avec attention. Puis, un jour, d’après ce qu’on m’a toujours raconté, je me suis mis au piano et j’ai sorti mon premier air. C’est une chanson de Noël»,raconte-t-il. Depuis, pas question de changer de disque car l’autodidacte n’a jamais fait sans son instrument de prédilection.

 

De ses souvenirs de collège, lorsqu’il a accompagné ses amis, jusqu’à la formation de son premier groupe, Le Magic Quintet dans les années 60, il s’est toujours laissé guider par les notes de son piano : «Je n’ai que de bons souvenirs de mon parcours. J’ai toujours fait en sorte de prendre plaisir à ce que je fais. Étant actif, jusqu’à tout récemment, avant que je ne tombe malade, je travaillais encore à l’hôtel Klondike. Je peux donc dire que je suis connecté à la réalité. Toutefois, je me suis rendu compte, au fil des années, que les jeunes qui ont choisi ce métier le font plus comme un travail. Ils n’ont plus la notion de plaisir et de partage lorsqu’ils sont avec leurs instruments et je trouve cela très dommage.»

 

«Vive la mariée»

 

Remontant le fil du temps, sans tambour ni trompette, il se revoit dans les réceptions – «on nous appelait l’orchestre mariage», dit-il – et dans ces moments magiques qu’il égayait avec l’aide de son groupe : «On était vraiment partie prenante de ces instants festifs. Dans ces années-là, les chansons commeOui devant Dieu et She wears my ring étaient des grands classiques et nous en jouions à chaque fois.»

 

Ces titres étaient tellement appréciés qu’il a même choisi de les enregistrer aux côtés d’autres grands standards sur un CD,  Vive la mariée,signé Gérard Cimiotti & ses amis. Et c’est donc entouré de quelques-uns de ses grands amis – Sylvio Armandine, Jean Auffray, Karl Brasse, Claudio Cassimally, Stéphane Citta, Roland Constantin, Robert Duvergé, Cyril Ramdoo et Martin Zamudio, pour ne citer que ces quelques personnes qui ont marqué leur temps – qu’il s’était lancé dans cette nouvelle aventure. «Les mariages, à l’époque, était très formatés. Il y avait la marche nuptiale Here comesthe Brideet d’autres morceaux cultes comme Vive la mariée, sans oublier, les étapes comme la farandole ou encore l’ouverture du bal qui se faisait généralement avec une valse. Autour de cela, j’ai d’ailleurs une anecdote. Comme je me faisais un devoir de toujours rencontrer les mariés, un couple m’a demandé une fois la première danse sur La veuve joyeuse. J’ai dû lui dire que cela ne correspondait pas du tout à un mariage», raconte le musicien, fier du succès de son fils Pascal Cimiotti qui a marché dans ses pas au sein du groupe Les Firehawks. «Je pense avant tout qu’on naît musicien. C’est quelque chose d’inné.»

 

Durant sa soirée d’anniversaire, le musicien se fera un plaisir de partager tous ses souvenirs musicaux, tout en reprenant tous ces titres qui connaissaient un grand succès à l’époque, comme durant ses soirées au Magic Lanternqui était à l’époque unnight-club. Celui qui a eu l’occasion de côtoyer Richard Clayderman ou Patrick Sébastien, entre autres, espère revivre ses plus belles années.

 

Autour de lui, ses amis musiciens et chanteurs d’hier et d’aujourd’hui – Karl Brasse, Roland Constantin, Sylvio Armandine, Gérard Ravat, Robert Duvergé, Denis Lefade, Cyril Ramdoo, Georges Grenouille, Allan Marimootoo, Patrick Heeraman, Didier Jeewooth, Sandra Mayotte, Gérard Louis, Noellettre Magasin, Sylvianne Allet  et Les Firehawks – feront le show. Les choses se préparent assidûment d’ailleurs.

 

Gérard Cimiotti avait réuni chez lui ses amis musiciens proches le dimanche 14 août… en attendant qu’ils se retrouvent sur scène le 5 novembre et qu’ils balancent «en avant la musique» !