• Angleterre vs Panama (16h aujourd’hui) : Southgate en route vers le glorieux passé
  • [A L'AFFICHE] MILF : Femmes mûres au bord de la crise de séduction
  • [A L'AFFICHE] Action ou vérité : Le jeu ou la mort
  • [A L'AFFICHE] Jurassic World : Fallen Kingdom | Des raisons de se laisser croquer
  • Sanju : Sanjay Dutt à coeur ouvert
  • Hippisme 13e journée | The Great One émerge
  • [EDITO] Éduquons nos enfants, protégeons nos petites filles !
  • Dans la cuisine de Hourushaa Dowlut
  • Rasika Shekar sera finalement à Réduit
  • Dans les mondes d’Anoucheka Gangabissoon

Christopher Collin : artiste métallo

Le jeune homme a créé une collection de sculptures en métal pour l’Indépendance.

De la pièce de métal usée, rouillée, à la sculpture vivante… Découverte de l’univers d’un artiste métallo et de ses œuvres originales et uniques.

Sa main guide son esprit… Pour le reste, Christopher Collin écoute son cœur. Cet artisan du fer dessine, sculpte, soude et donne vie à de vraies créations en fer. Un cœur, une rose, une guitare, un sapin… Bref, dans sa tête, les idées se bousculent. Et de la tôle, du fer ou à partir de «chaînes de motocyclettes», le jeune habitant de Bambous, employé de Medine (sport et maintenance), explore toutes les possibilités.

 

«J’ai toujours aimé dessiner, ce qui me permettait de coucher mes idées sur le papier. Puis, j’ai travaillé pendant quatre ans comme soudeur et j’ai beaucoup appris», confie le jeune homme qui adore aussi s’évader à travers la photographie. Cet ancien athlète a eu le déclic l’année dernière : «Avec mon épouse, on allait fêter nos sept ans de vie commune. Et qui dit anniversaire, dit cadeau spécial. C’est ainsi que j’ai pensé allier la soudure au dessin.» Christopher s’est alors mis à la tâche et, après quelques heures de travail, un cœur, une rose et le chiffre 7, construits à partir de fer et à base de chaînes de moto, sont venus marquer cette étape importante dans sa vie de couple.

 

L’univers de l’artiste est depuis peuplé de réalisations, les unes plus originales que les autres. «J’ai tenu ma première exposition récemment. Mes créations interpellent et c’est encourageant.»

 

Il ne lui en faut pas beaucoup… Juste un peu de temps, du papier et un crayon pour ses croquis et pour dessiner les contours de ses futures sculptures, sa machine à souder, un grinder et une guillotine et le voilà prêt pour ses expérimentations. Pas d’atelier pour lui. Monsieur se transforme en magicien, chez lui, en plein air. Donnez-lui quelques heures pour que la magie opère.

 

Et dans la mouvance des 50 ans de l’Indépendance, l’artiste s’est inspiré de l’histoire de l’île et s’est imprégné de tout ce qui l’entoure. Il ne lui en fallait pas plus pour élaborer toute une collection d’objets sur le thème de l’Indépendance : une représentation de l’île, de la canne à sucre, de notre avion national, du dodo ou encore du paille-en-queue, entre autres. Tout cela fait à partir de la tôle, entre autres métaux qu’il aime travailler. «C’est l’un de mes amis Kendy qui m’a poussé et je me suis laissé tenter», explique Christopher. «Enn saret ar so larou ki ti servi pou sarye kann pou fer disik… Enn dodo kinn disparet nou nepli trouv so tras ni so lezo me so zistwar inn kol ar nou lapo. Nou pa pou bliye montagn Lemorn kinn fer nou larm koule. Avion fer nou viv bann sansasion ek plizir lemosion, payanke blan zoli pou gete kan li pe anvole», dit-il en parlant de ses réalisations qui fleurent bon cette île Maurice qu’il aime tant et qu’il adore immortaliser dans le fer.