• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Bruno Jr : Ma vie de cirque

Il est le plus jeune artiste du Cirque de Samoa qui a planté son chapiteau au cœur du centre commercial de Bagatelle. Fils de Bruno Loyal qui orchestre la troupe, il raconte sa vie de saltimbanque d’un pays à l’autre tout en ayant, dit-il, une adolescence «normale».

Attention mesdames et messieurs, le spectable va commencer. Lumière et… rideaux !  De la magie, du spectaculaire, des acrobaties,  des représentations à couper le souffle, des «oh», des «ah»... Le tout dans un véritable décor féerique avec des lumières de fête et des prouesses spectaculaires : des pyramides humaines et, bien sûr, des numéros de jonglage, les uns plus élaborés que les autres. Nous sommes dans le petit monde de Bruno Jr, au cœur du Cirque de Samoa qui, le temps des vacances scolaires, a planté son chapiteau dans l’enceinte du centre commercial Bagatelle. Des surprises, de l’action, de l’émotion et du lourd. Bref, de quoi allumer des étoiles dans les yeux des petits mais aussi des grands… enfants.

 

Quand le rideau n’est pas levé, une autre forme de cirque se joue. Dans un environnement bouillonant de créativité, là où magiciens, contorsionnistes, jongleurs, funambules, entre autres, s’adaptent aux conditions de vie du pays hôte. Leur principal objectif : surprendre, détendre, amuser et faire rire. Et quand il s’agit de vendre du rêve, Bruno Jr s’y connaît. Fils de Bruno Loyal – qui orchestre la troupe depuis une trentaine d’années –, l’adolescent vit au rythme du cirque depuis sa naissance. Le père et le fils, plus jeune artiste en action dans le cirque, sont liés par une belle complicité. 

 

«J’ai toujours connu cet univers et j’ai toujours su au fond de moi que ma place était là, avec ma famille : mon père, mes frères et ma petite sœur mais aussi ma famille dans son ensemble, comprenant tous les autres membres qui vivent avec nous cette belle aventure», confie le jeune homme, entre deux répétitions. Pas étonnant qu’il soit décidé à marcher dans les pas de son père, celui qui donne le la et de la voix lors de chaque réprésentation de ce cirque qui a pris naissance au cœur de l’archipel des Samoas, un État indépendant de Polynésie occidentale, dans le Pacifique Sud. 

 

Si Bruno Jr avoue qu’Alesa, sa ville natale «dans les montagnes» lui manque, il s’estime tout de même chanceux : «Je sais que ce n’est pas une vie que tout le monde a mais moi, j’aime ma vie et avec ma famille, j’ai tout ce qu’il me faut pour mon équilibre. Même si j’ai un chez moi dans mon archipel, je considère le cirque comme ma maison», lâche le jeune danseur et acrobate. Il a commencé très jeune. «À 5 ans, je participais déjà à notre numéro phare “Le globe de la mort”. Mon père me demandais toujours si c’était ce que je voulais faire et si j’étais sûr de moi vu la complexité du numéro mais moi je m’accrochais.» Après une pause, il n’a pas manqué de revenir dans le show une fois adolescent : «C’est plus fort que moi. C’est ce que je veux faire.»

 

Bruno Jr passe plusieurs heures par semaine à s’entraîner, à mettre en place des chorégraphies et des acrobaties à l’aide d’une corde : son outil de travail. La souplesse, la flexibilité du corps, l’endurance au travail physique sont pour lui les facteurs essentiels à la réussite de son numéro. 

 

Pour l’heure, il nous fait découvrir les coulisses. Là, où il y a toute une vie. Celle-ci est organisée dans une effervescence totale où passion, partage, générosité et bonne humeur sont omniprésents. Dans cet espace de liberté propice à la création, des petites tentes et autres conteneurs abritent le quotidien de ces saltimbanques qui, d’un pays à l’autre, éblouissent petits et grands. «C’est comme dans une maison. On a nos chambres et des endroits communs à partager.»

 

Une belle famille

 

Avec des acrobates qui s’échauffent et des artisans au travail, le rythme ne faiblit jamais entre les «murs» du Cirque de Samoa. Quand ils ne sont pas en représentation, les membres de cette belle famille passent leur temps à créer leur costume, leur maquillage, leur décor et à monter le spectacle dont ils seront les acteurs principaux. Chaque destination est, pour eux, l’occasion de vivre une nouvelle expérience, de s’enrichir tout en apprenant à chaque fois des cultures qu’ils découvrent.

 

«J’ai la chance de beaucoup voyager. J’ai connu les États-Unis, les îles Tonga, Hawaii, La Réunion, les Seychelles.
À chaque fois, je sors grandi. C’est à Maurice, par exemple, que j’ai appris à parler le français»,
poursuit l’adolescent qui n’en est pas à sa première visite ici. «J’y suis venu il y a deux ans et comme c’est le cas à chaque destination, j’ai eu l’occasion de poursuivre ma scolarité dans une institution privée. J’en garde de très bons souvenirs et cela m’a aussi permis de me faire des amis.» 

 

Pour Maurice, Bruno Jr n’a que des mots doux : «C’est un pays où il fait bon vivre. Les gens sont très accueillants. D’ailleurs, les acclamations et autres sollicitations après chaque représentation le démontrent. J’aime bien la chaleur et la sérénité que dégagent votre belle île.» Son lieu préféré : Port-Louis avec ses beaux paysages, ce qu’on y trouve, son rythme de vie. Autre chose qu’il affectionne particulièrement : la musique locale, surtout le son du djembé. 

 

Mais s’il y a une chose qui le comble vraiment, c’est sa vie d’artiste. Sur scène, il se sent dans son élément. Ce moment où il s’avance sur la piste une fois le rideau levé et commence son numéro très rythmé qui tient en haleine les spectateurs, surtout quand les figures s’enchaînent. Un moment où il vit à 100 % sa vie de cirque !

 

 

Demandez le programme !

 

Vous n’avez pas encore été au cirque ? Vous n’avez pas encore vu les artistes de Samoa à l’œuvre ? Pas de panique, vous avez jusqu’au 7 janvier pour le faire. Les shows ont lieu du mardi au vendredi, à 19 heures, le samedi à 14 heures et 19 heures et le dimanches à 13 heures et 18 heures. Les prix des billets sont comme suit : enfant - Rs 175, adulte - Rs 375, 1st class - Rs 400 et VIP - Rs 500. En vente à l’entrée du cirque à Bagatelle, près du Food Lovers’s Market, et Grand-Baie La Croisette.