• Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias
  • Helicopter Eela : Maman poule
  • Astrid Nelsia : de la télé-réalité (en France) à Maurice
  • Heytoi… le !

Beachcomber Aventure : un peu de «Koh-Lanta» à Maurice

Denis Brogniart : «Grâce à Koh-Lanta, le public a la possibilité de voyager par procuration»

On s’y croirait presque... Les candidats sont alignés, apprêtés, installés face au totem. Un peu plus loin, les flambeaux illuminent la nuit, alors que l’urne des votes est à l’abri, à quelques mètres de là.

L’ambiance est solennelle. Denis Brogniart, célèbre présentateur de l’émission de télé-réalité et d’aventure Koh-Lanta, s’adresse aux participants. Le même ton, la même gestuelle. On se croirait à une émission de Koh-Lanta. Toutefois, il s’agit de la fin de Beachcomber Aventure 2018, aventure à laquelle ont participé 12 agents de voyage venus de France à la suite d’un concours organisé par le groupe Beachcomber.

 

Nous sommes à l’hôtel Shandrani Beachcomber. Comme lors des émissions télévisées, il y a même le Conseil, durant lequel les candidats doivent désigner le grand gagnant de l’aventure. Mais pour l’heure, Denis Brogniart lance aux candidats : «Bravo pour vos performances !»

 

Quelques heures plus tôt, c’est lors de l’épreuve des poteaux – comme c’est le cas dans l’émission – que les 12 aventuriers ont dû faire montre de courage. Départagés entre deux équipes, les Rouge et les Jaune, ils ont aussi dû s’affronter lors de l’épreuve du tir à l’arc, celle de la dégustation de larves ou encore de yeux de thon, entre autres. Ils ont sué, ont plongé, ont couru, ont dormi à la belle étoile… Bref, ils se sont transformés en de véritables aventuriers. Marine, Juju, Delphine, Eddy ou encore Nicolas, en savent quelque chose, eux qui ont partagé leur expérience avec Denis Brogniart. «Je suis assez fière de moi. J’ai fait des choses que je ne pensais pas pouvoir faire avant, comme manger un œil de thon», s’exclame Marine.

 

À l’issue des trois jours de compétition, et après les votes des candidats, c’est Amélie qui a décroché le fameux totem, faisant d’elle la grande gagnante de Beachcomber Aventure 2018.

 


 

Denis Brogniart : «Grâce à Koh-Lanta, le public a la possibilité de voyager par procuration»

 

Amoureux de notre île, c’est toujours un plaisir pour lui d’y retourner. Il nous parle de Beachcomber Aventure, de la popularité de l’émission Koh-Lanta, et de ses prochains rendez-vous télévisés. Rencontre avec Denis Brogniart.

 

Quel bilan faites-vous de la quatrième édition de Beachcomber Aventure ?

 

Pour moi, c’est un bilan très positif parce que c’est la première fois qu’on a eu des conditions climatiques un peu difficiles sur la dernière journée. Malgré cela, les participants ont joué le jeu à fond, ont fait l’épreuve des poteaux sous la pluie, de même que l’avant-dernière épreuve. Selon moi, tout ce qui est arrivé a peut-être renforcé la cohésion et l’esprit d’équipe qui est très fort entre les gens qui font

le même métier – ils sont agents de voyage – mais qui ne se connaissent pas car ils vivent aux quatre coins de la France. Au travers d’un événement comme Beachcomber Aventure, ils ont vécu quelque chose d’extraordinaire.

 

Parlez-nous de Beachcomber Aventure ?

 

C’est pour des agents de voyage performants. Un jeu-concours a été organisé par Beachcomber. Cette année, c’était sur les ventes de l’hôtel Le Shandrani. Ces agents de voyage sont les meilleurs en France en ce qui concerne la vente de séjours à l’hôtel Le Shandrani. Il faut s’y inscrire, puis vendre au maximum Le Shandrani et en vendre suffisamment pour faire partie des douze meilleurs.

 

Comment expliquez-vous le succès et l’engouement pour les émissions comme Koh-Lanta ?

 

Je ne suis peut-être pas toujours très bien placé pour en parler parce que je suis partie prenante de Koh-Lanta. Cela fait 16 ou 17 ans que l’émission existe. C’est l’un des plus gros succès d’audience en France. Je crois que le concept est formidable. Le public y a adhéré, avec cette possibilité de voyager par procuration dans les plus beaux coins du monde. On a été aux îles Fidji, aux Philippines, au Costa Roca, à Panama... Cela permet aux gens de voyager et de vivre une aventure par procuration avec les aventuriers sélectionnés.

 

Cela vous étonne-t-il de savoir que la popularité de l’émission dépasse les frontières ?

 

Je suis toujours surpris. En allant au Maroc, je me suis rendu compte que les gens regardent l’émission là-bas. Quand je pars faire mon footing sur la plage, je pars tout seul et quand je reviens, on est à 40. À Maurice aussi, il y a un public. Quand je suis arrivé, la douanière m’a lancé : «Ah, j’adore Koh-Lanta !» Elle a à peine regardé mon passeport.

 

Au fil des années, arrivez-vous, rien qu’en côtoyant les participants, à déceler ceux qui peuvent aller jusqu’au bout et gagner l’aventure ?

 

Non et c’est ça qui est incroyable. À Koh-Lanta, je mets au défi les gens, ceux qui connaissent le mieux le programme, d’avoir une idée des quatre finalistes avant la cinquième ou sixième émission. Parce que ce n’est pas une émission où c’est le plus fort physiquement qui gagne. C’est une alchimie difficile à trouver qu’on ne décèle pas dans les premières émissions.

 

Quelles qualités faut-il pour gagner Koh-Lanta ?

 

Il faut être sportif, dur au mal, stratège, un peu mais pas trop. Il faut avoir des compétences dans la survie. Il faut savoir se faire aimer, avoir un réel esprit d’équipe. Si vous avez un zeste de tout cela, que vous faites un savant dosage et un beau cocktail de toutes ces qualités et de toutes ces compétences, vous avez de fortes chances d’aller loin.

 

Quelle est votre histoire avec l’île Maurice ?

 

J’adore votre île, je suis venu pour la première fois il y a plus de 25 ans. C’est un endroit que j’adore. C’est magnifique. C’est peut-être l’un des endroits au monde où j’ai senti plus de chaleur, le plus de savoir-faire dans l’accueil de la population.

 

Que nous préparez-vous pour la prochaine saison de Koh-Lanta ?

 

La prochaine saison de Koh-Lanta a déjà été tournée. Elle sera diffusée dans quelques mois. D’ici quelques jours, une nouvelle émission, qui s’intitule L’Aventure Robinson et que j’ai la chance de présenter, arrive sur TF1. Il s’agit de deux personnalités qui sont, pendant cinq jours, livrées à elles-mêmes mais ensemble pour essayer de gagner de l’argent pour une association. Sur cette première émission, vous aurez Maître Gims et Kendji Girac. Elle sera diffusée le 16 février. Je repars bientôt pour une prochaine saison de Koh-Lanta. J’enregistre bientôt la troisième saison de Ninja Warrior. Dans mon actualité, il y a toujours Auto-Moto chaque semaine, la coupe du monde de foot qui arrive entre le 14 juin et le 15 juillet, et où tous les gros matchs, toutes les grosses affiches, seront sur TF1. J’aurai la chance, comme c’est le cas sur tous les grands événements de TF1, de présenter les émissions avant et après les rencontres majeures.

 


 

 

Amélie Perkins, grande gagnante de Beachcomber Aventure 2018 

 

«Pour moi, c’est une belle surprise. Je ne m’y attendais pas du tout. C’est beaucoup de dépassement de soi et d’émotions. Je m’estime chanceuse d’avoir pu venir découvrir Maurice.»

 

En quelques mots…

 

La Beachcomber Aventure est désormais un des événements annuels les plus attendus du marché français. Cette incentive de vente a pour particularité de proposer aux agents de voyage de découvrir les plus beaux sites de l’île Maurice à travers des activités inédites, afin qu’ils puissent en retour promouvoir les hôtels Beachcomber.