• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Andy Antoinette : Esprit du… mâle !

Entre shootings et défilés, le mannequin a eu beaucoup d’opportunités.

Alors que le concours Gold Face 2017 est lancée, nous avons retrouvé un des visages de l’année dernière qui est devenu l’égérie d’une marque de verres solaires. Il nous parle de son parcours depuis.

Quand il sort son grand (méchant) look : tenue décontractée, sourire ensorceleur, regard qui tue… Andy Antoinette, 24 ans, fait son petit effet. Rasé de près, coiffure bien fixée et voix posée, pour compléter la panoplie, le jeune homme est l’un des visages de l’édition 2016 du concours Gold Face. Pour cette première saison, il a terminé sur le podium. Élu égérie d’une marque de verres solaires, il n’a eu de cesse, durant l’année écoulée, d’être sollicité pour vendre ce label connu dans le milieu de la mode. Le décor est donc planté. Incursion dans les coulisses d’un concours de mannequin. 

 

L’heure a sonné pour qu’Andy remette son titre en jeu avec l’élection de son successeur, qui aura lieu le 7 juillet au Hennessy Park Hotel. Toute cette effervescence autour de l’édition 2017 du concours rappelle à cet habitant de Coromandel bien des souvenirs : «De très bons.» Car, il y a une année, sa participation au casting n’était qu’un coup d’essai. «J’ai toujours aimé la mode et tout ce qui entoure ce monde mais je n’avais jamais osé tenter quelque chose de sérieux», confie ce fils aîné d’une famille de trois enfants. 

 

Du haut de ses 1m83, cet ex-étudiant du collège du St Esprit n’avait jamais imaginé se voir un jour dans les pages d’un magazine ou encore dans une publicité à la télé. Pourtant, ces derniers mois, toutes ces perpectives se sont présentées à lui : «Je vis comme un rêve.» Et dire que tout a commencé à partir d’une annonce sur les réseaux socieux : «Je me suis inscrit et depuis, c’est l’aventure…» 

 

De ses premiers pas dans les locaux de Gold Models – l’agence organisatrice du concours – aux différentes préparation, en passant par les cours de maintien et autres sessions de coaching, Andy découvre un univers qu’il aime. Encadré par la petite équipe d’organisation composée de professionnels, le jeune homme découvre sa force, vainc sa timidité, acquiert de la maturité et se surpasse. Et quelque temps plus tard, il est prêt, confiant, pour s’afficher et arpenter la planète mode, ses lumières et le flash des photographes : «J’ai fait des photoshoots, des défilés et participé à certaines campagnes.» 

 

Étudiant en ingénierie électromécanique à l’Université des Mascareignes et travaillant depuis deux mois à Air Mauritius comme technicien de maintenance, Andy dit s’épanouir grâce à toutes les opportunités qui sont venues à lui. «J’ai vécu et je continue à vivre de belles expériences grâce aux portes qui se sont ouvertes. Et je peux vous dire que certains contrats paient très bien. La marque de verres solaires vient d’ailleurs de renouveler mon contrat pour une année.»

 

Plateforme internationale

 

Pour cette seconde édition, les gagnants pourront bénéficier d’un rayonnement à l’échelle internationale, Gold Models étant partenaire de l’agence de mannequins Ice Genetics, une filière d’Ice Models, à Cape Town. Les gagnants auront ainsi un contrat d’une année avec cette agence. De ce fait, ils seront exposés sur une plateforme autre que Maurice, et auront la chance d’être sollicités pour faire partie des campagnes photos et des défilés de mode internationaux. 

 

Ce sont autant de raisons qui poussent Andy à inviter des jeunes qui, comme lui, ont le désir d’évoluer dans ce milieu de strass et de paillettes : «Qui ne tente rien, n’a rien. Si quelqu’un aime la mode et est prêt à apprendre, autant se faire plaisir, se lancer et découvrir.» Il y a eu un Andy avant le concours et il y a définitivement un Andy après le concours : «Il y a eu les interviews, les sollicitations, les demandes d’amis sur les réseaux sociaux et, bien évidemment, les projets, tournages et autres contrats. Sans oublier la prise en charge par Gold Models.»

 

Une autre nouveauté cette année est l’utilisation de la technologie pour permettre à tous les candidats de devenir des social media influencers. En plus des coachings planifiés pour les candidats, tels qu’un catwalk coaching orchestré par Anne-Lise Ramooloo, un atelier make-up par Hans Telvave et une session de Look Book Shoot par Body & Soul.

 

Assoiffé de connaissances, le jeune mannequin a, dit-il, «absorbé» tout ce qu’il a reçu depuis qu’il a rejoint la grande famille de Gold Models. Et il en est sorti grandi, avec aujourd’hui un bagage rempli d’atouts : du charisme, de l’élégance, une certaine nonchalance, de l’humour et de l’impertinence... qui lui font se sentir bien dans sa tête, dans son corps et dans ses baskets. Un cocktail de charme qu’il met en avant pour s’imposer sur le catwalk. 

 

Parcours à découvrir.