• Vinay Jugroop battu à mort à cause d’une cigarette : sa mère, dévastée, dénonce un acte de violence gratuite
  • Post-Jeux du Commonwealth : Roilya Ranaivosoa revendique un meilleur accompagnement
  • MMM : le temps des frustrations
  • Milaine Louis suspectée d’avoir tenté d’immoler sa fille | Le père de la fillette : « Je ferai tout pour lui donner une vie meilleure»
  • Deux belles-sœurs périssent dans un accident : l’impossible deuil des frères Peerthy
  • Fortes averses : pluie de détresse sur le pays
  • Game Night : Dans la folie de la nuit
  • Le jour de mon retour : Colin Firth prend le large
  • Omerta : Attention, danger !
  • Beyond the Clouds : Le lien fraternel mis en lumière

Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»

La Mauricienne, photos à l’appui, a eu l'occasion de côtoyer la méga star aux nombreux tubes.

La méga star, auteur de plusieurs succès, a tiré sa référence en laissant derrière lui des tubes, des souvenirs et des regrets dans les cœurs de ceux qui l’ont côtoyé. La Mauricienne Ajegee Vythiligum, qui a eu l’occasion de le connaître, nous parle de sa belle rencontre avec la légende française.

Elle n’a qu’à fermer les yeux pour revoir son sourire envoûtant et ses yeux bleus captivants.  Il y a aussi sa présence charismatique, son rire communicatif et sa voix tellement impressionnante qui, à chaque fois, ne la laissaient pas insensible. Impossible pour Ajegee Vythilingum de rester de marbre quand Johnny Halliday était dans la même pièce qu’elle. Elle se souvient parfaitement de cette rencontre. Cette première fois. C’était il y a 12 ans et ce jour-là, la Mauricienne faisait la connaissance du célèbre rockeur français qui, cette semaine, a tiré sa référence après un long combat contre la maladie.

 

Au moment où les hommages pleuvent de partout, en France, en Europe et de plus loin, pour saluer le départ d’un grand artiste, difficile pour Ajegee Vythilingum, styliste de profession,  de ne pas se souvenir «des moments privilégiés» passés aux côtés de celui qui l’a tant marquée. «Je l’ai rencontré au St-Géran où il venait souvent. Il était avec son épouse Laetitia et j’ai pu les rencontrer grâce à ma belle-sœur Nesha qui travaillait avec eux», nous confie la styliste, attristée par la mort de celui qui l’avait tellement impressionnée lors de leurs échanges : «C’était une vedette et pourtant, il était très simple et accessible.»

 

La Mauricienne se rappelle surtout de son côté amical : «Il nous connaissait tous. Il avait appris à nous connaître à travers les photos que ma belle-sœur lui montrait souvent. Ce qui était très touchant, c’est qu’il aimait beaucoup les enfants.» Entre les mains de la jeune femme, que nous rencontrons dans sa boutique Aiguille magique à Curepipe, des photos du chanteur tenant une de ses filles dans ses bras : «Il était très à l’aise. D’ailleurs, sur les clichés, il est pieds nus.»

 

De cette première rencontre qui s’est déroulée dans la bonne humeur, Ajegee Vythilingum se souvient «d’un homme pas du tout hautain, qui avait la conversation facile et qui était très gentil avec tout le monde et très tendre avec son épouse». Entre les échanges de bisous, les prises de photos pour immortaliser cet «instant magique» et les autographes que le chanteur avait accepté de signer, Ajegee a aussi été marquée par l’amour du chanteur pour Maurice : «Il ne cachait pas son amour pour notre île. D’ailleurs, ces photos avec nous dans le cadre magique du St-Géran ont illustré un article de Paris Match dans lequel Johnny Halliday parlait de ses vacances.» La styliste se souvient aussi de la douceur de Laetitia Halliday : «Elle voulait tellement porter un sari et je lui en ai offert un de couleur rouge.»

 

Depuis cette rencontre, l’admiration que la maman de deux filles – Dinisha, 18 ans, et Ivana, 15 ans – n’a fait que grandir. Chaque actualité du chanteur, chaque passage sur un plateau télé et chaque visionnage d’un de ses concerts avaient de l’intérêt pour elle : «Il avait vraiment beaucoup de talent.» Son titre préféré de Johnny : Marie avec ses belles paroles «Oh, Marie, si tu savais. Tout le mal que l'on me fait…» Une chanson qui l’apaise et la ramène aux merveilleux souvenirs qu’elle a avec le chanteur. Car, outre leur rencontre à Maurice, elle a eu l’occasion de côtoyer le chanteur à nouveau : «C’était il y a quelques années, chez lui, dans sa belle villa en France, où j’étais en vacances. Ce jour-là, on avait beaucoup ri et on avait passé un bon moment autour de la même table, à manger des crêpes. Il avait aussi joué avec les enfants.»

 

Depuis que la terrible nouvelle de la mort du chanteur est tombée, Ajegee pense énormément à son épouse Laetitia Halliday et à ses enfants Joy, Jade, Laura Smet et David Halliday : «Mon époux Kessaven, mes filles et moi-même partageons leur tristesse et leur douleur.» Et en ce moment de tristes adieux au chanteur, la petite famille se dit privilégiée d’avoir eu une belle histoire d’amitié avec le grand Johnny Halliday.

 


 

L’éternel Johnny Halliday

 

La chanson française fait ses adieux à une légende. Johnny Hallyday est décédé dans la nuit du mardi 5 décembre au mercredi 6 décembre à 2h44. Il s’est éteint à 74 ans suite à un cancer du poumon. «Johnny Hallyday est parti. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant, c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité», a déclaré Laetitia Halliday peu après son décès.

 

Johnny Hallyday, c’est surtout 57 ans de carrière, 110 millions de disques vendus et 3 257 concerts. En sus d’être une voix, Johnny Halliday était aussi une méga star. Il a rempli les plus grandes salles et fait neuf fois le stade de France rassemblant ainsi à neuf reprises, 80 000 personnes. Pour ses fans, il a prouvé que rien ne pouvait l’arrêter quand il avait décidé d’allumer le feu. Sa carrière a été rythmée par de nombreux tubes : Viens danser le twist, Retiens la nuit, Elle est terrible, Que je t’aime, Je te promets, Allumer le feu ou encore Marie, entre autres. Des ennuis de santé sont venus mettre un frein à sa passion pour la musique.

 


 

Réactions de Mauriciens

 

«J’ai eu l’occasion de le voir sur scène en 88 à La Citadelle et c’est un show qui m’a marqué», nous confie Robert Duvergé. «Johnny Halliday, à mon sens, est la seule star français qui a existé en France. Ce qui explique pour moi tout cet intérêt autour de son décès. Sa gestuelle, son talent et sa voix font de lui un artiste hors-pair», ajoute celui qui a eu l’occasion de reprendre quelques titres du chanteur dont L’idole des jeunes et Souvenirs souvenirs, dans le passé. La chanteuse Laura Beg est aussi attristée par ce décès.

 

«Johnny Hallyday, un monument historique. Vrai et unique. On ne vous oubliera jamais», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.