• Royal Kids : quand les enfants sortent du silence
  • Red Faction : Guerrilla Re-Mars-tered | Quand la destruction voit rouge
  • Anoushka Beegoo : rêves en fête !
  • Cité CIM, de nouvelles maisons pour un nouveau départ
  • Décès «suspect» d’un bébé en avril | Tariq Beekareea : «Nous avons perdu notre princesse par la faute de l’hôpital»
  • Dans l’univers très «girly» d’Emilia
  • Fayzal Ally Beegum : «On me taxe d’anti-patriote quand je dénonce les conditions de vie des travailleurs étrangers»
  • Initiative de CARES | Cours sur les droits du travail : l’indispensable savoir
  • Réfugiés de Saint-Malo : s’affamer pour un logement
  • Fermeture de deux shelters : la polémique fait rage

Réunion extraordinaire du CIJ | Jean-Pierre Sauzier : «Un tournant pour l’avenir des Jeux»

Le président du COJI Jean-Pierre Sauzier est heureux de constater que les Réunionnais seront présents en 2019.

La Réunion a confi rmé sa présence aux Jeux des îles de l’océan Indien en 2019, à l’issue de la rencontre extraordinaire du Conseil International des Jeux tenue cette semaine. Une décision qui ravit tous les pays membres dont Maurice.

Pas de «Rexit». La Reunion sera bien présente en 2019 à l’occasion de la 10e édition des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) qui se dérouleront du 19 au 28 juillet à Maurice. La nouvelle est tombée cette semaine à l’issue de la réunion extraordinaire du Conseil International des Jeux (CIJ) tenu sur le sol mauricien.

 

Une rencontre où étaient présents tous les pays membres à savoir les Seychelles, Mayotte, les Maldives, La Réunion, Madagascar, les Comores et Maurice. Réunis sous la présidence du Seychellois Antonio Gopal, les délégués ont débattu sur les propositions soumises par la Réunion notamment les amendements à l’article 7 de la Charte des Jeux (Voir en hors texte).

 

À l’issue des discussions, les représentants des pays sont parvenus à un accord. Dans la même foulée, Thierry Grimaud, vice-président du Comité Régional Olympique Sportif de La Réunion a conrmé la présence de l’île Sœur aux Jeux de 2019. Il en est de même pour les autres pays.

 

Pour rappel, les Réunionnais avaient brandi la menace de se retirer des Jeux en avril dernier suite à un désaccord au sujet de l’article 7 de la Charte des Jeux. Lors de la dernière réunion du CIJ en mars, les délégués de l’île Sœur avaient proposé des amendements à ce texte de loi ainsi que d’autres modications à la structure du CIJ. Cependant, la majorité des délégués avait voté contre.

 

La rencontre de mardi dernier était celle de la dernière chance et les parties concernées se réjouissent de ce dénouement. Ayant assisté aux travaux en tant qu’observateur, Jean-Pierre Sauzier, le Chief Executive Ofcer du Comité d’Organisation des Jeux des îles (COJI) est heureux de voir la situation se décanter.

 

Rénovation des infrastructures

 

«La bonne nouvelle est que La Réunion sera de la partie en 2019. Je suis heureux du dénouement, car cela montre que nous pouvons évoluer. En même temps nous envoyons un signal fort à nos sponsors sur notre capacité à s’adapter au concept. À notre niveau, nous n’avons jamais estimé de voir les Jeux se tenir sans La Réunion. Nous avons toujours été conants et aujourd’hui nous pouvons aborder les différentes étapes de l’organisation avec encore plus de sérénité», commente Jean-Pierre Sauzier.

 

Cette rencontre a, également permis, au CEO du COJI de rencontrer les membres du CIJ et de suivre de près le déroulement des travaux. Une première expérience enrichissante selon Jean-Pierre Sauzier.

 

«J’ai pu rencontrer les différentes personnalités, et en même temps de voir que tout se déroule dans un esprit de conciliation avec des échanges positifs. Cette réunion est un tournant pour l’avenir des Jeux. Les pays sont arrivés à s’entendre à travers le dialogue et ne se sont pas retrouvés dos à dos», souligne le Mauricien.

 

Maintenant que La Réunion a conrmé sa participation aux Jeux, le COJI va pouvoir poursuivre son travail plus sereinement. À moins de deux ans de la plus grande manifestation sportive indiaocéanique il reste beaucoup à faire. Cependant, Jean-Pierre Sauzier avance que tout est en bonne voie.

 

Le comité d’organisation espère naliser les accords avec les hôtels pour l’hébergement des délégations dans pas longtemps. En attendant n juillet 2018, date butoir pour la soumission de l’engagement quantitatif, le COJI a estimé une participation de quelque  2000 athlètes et ofciels aux 10e Jeux.

 

«Il y a certaines commissions à mettre en place comme celle pour la cérémonie d’ouverture et de clôture. Nous devons nir le travail avec les fédérations pour le matériel qui sera utilisé et en même temps naliser les accords avec les sponsors. Ajouter à cela, les travaux de rénovations de nos infrastructures qui débuteront en janvier 2018 et qui devront être terminés avant la compétition», précise le CEO du COJI.

 

Pour ce qui est de la mascotte des JIOI, l’homme fort du COJI espère que celle-ci sera nalisée en mars prochain. Le Comité d’organisation a déjà lancé un concours national cette année mais les maquettes soumises n’ont pas été retenues par cette instance qui a préféré prolonger le concours jusqu’à l’année prochaine.

 

Les amendements à l’Article 7 de la Charte des Jeux

 

III. PARTICIPATION

Article 7

Conditions d’admission des îles

7.1 : Seules les îles membres du CIJ sont invitées à participer aux JIOI. Pour être admis aux Jeux des îles de l’océan Indien, tout concurrent doit :

7.1.1 : Avoir la nationalité de l’île et avoir été licencié dans l’île au moins douze mois ;

7.1.2 : Respecter les conditions des articles de la Charte Olympique relatifs à la participation aux Jeux Olympiques et leurs textes d’application (code d’admission et nationalité) ;

7.1.3 : Satisfaire les conditions des règles des fédérations internationales en relation avec la limite d’âge.

7.2 : Tout concurrent ayant acquis la nationalité de l’île doit avoir été licenciée dans une discipline sportive au moins douze mois avant la date d’ouverture des Jeux.