• De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»
  • Comme des moules à leur rocher
  • National Division One : L’AS Vacoas/Phoenix en force
  • Championnats nationaux : Port-Louis flambe
  • Coupe de la CAF 2018 : L’ASPL 2000 fait durer le plaisir
  • Jeux de la CJSOI : Le Baby Club M U17 s’active
  • Republic Cup 2018 : Deux matchs pour le coup d’envoi

Récompense du Baby Club M : Sébastien Sirot (ex-DTN) : «Pas une surprise et que le travail continue»

Le football a été à l’honneur lors du National Sports Award. Succès qui rejaillit sur deux hommes de l’ombre. L’ex-DTN et son adjoint partagent leurs émotions.

Fier  de voir ses anciens protégés à l’honneur. Quelques jours après avoir vu la résiliation de son contrat comme Directeur technique national (DTN) du football mauricien, le travail enclenché par Français Sébastien Sirot  a été salué lors de la cérémonie des récompenses du National Sports Awards 2017 (voir texte en pages 70-71) avec la consécration de la sélection nationale des moins-de-17 ans comme Team of the year (sports collectifs). Cette équipe avait atteint la finale de la Cosafa Cup 2017, chose qui n’est jamais arrivée au football mauricien lors de ses multiples participations. De plus, l’entraîneur de l’équipe, Kersley Clark, a aussi été à l’honneur dans la catégorie de Coach of the year.

 

La dernière fois que le sport-roi a été primé dans cette cérémonie, c’est en 2010 avec le Baby Club M U17 qui avait remporté le tournoi de la CJSOI. Sept ans après, une autre génération prometteuse est honorée.

 

Derrière cette récompense, il y a un travail enclenché par Sébastien Sirot depuis son arrivée en septembre 2016, et son adjoint, Jonathan Bru. Pour l’ex- DTN cela n’est pas une surprise car cette finale a marqué l’esprit de tous les Mauriciens. « Donc, il était légitime que cette équipe jeune et prometteuse ait cet award ainsi que Kersley Clark qui a fait un excellent travail avec le staff qui l’accompagne, dont  Roddy, Marc,  Adelia et Cudjoe sans oublier Daniel qui était au début de l’aventure », nous a confié le Français, qui a regagné son pays en début de semaine après avoir passé plus d’un an au contact du football mauricien. C’est Jean Marc Nobilo qui va le remplacer officiellement en juin.

 

Continuité du travail 

 

Sébastien Sirot rappelle qu’un travail de fourmi a été enclenché depuis 2016, pour culminer par la fameuse épopée de la Cosafa Cup, et souhaite que son successeur prône la continuité. « Il y a eu des détections en 2016 pour former cette équipe, et un brassage d’une cinquantaine de joueurs et derrière un travail au quotidien selon une planification jusqu’a la Cosafa 2017. Mon vœu, c’est que cette équipe continue de travailler, c’est une première étape, ces joueurs doivent continuer leurs formations selon une planification bien établie par mon successeur », dit notre interlocuteur.

 

Celui-ci met beaucoup l’emphase sur la continuité du travail déjà enclenché, et ne manque pas d’égratigner ceux qui ont précipité son départ comme DTN. « Après il va falloir avoir de la continuité dans le travail établi depuis fin 2016 et surtout avoir une véritable synergie entre le ministère des Sports, la MFA et les académies. Le ministère ne peut pas faire de l’ingérence dans une fédération et décider d’une politique sportive. Il est là pour apporter une aide financière à la fédération et non pas pour nommer un DTN à la place de cette instance », lance Sébastien Sirot.

 

Un sentiment de grande fierté rejoint aussi Jonathan Bru. C’est devant sa télévision qu’il a assisté à la remise des prix. « Nous ne cherchions pas à briller, mais à construire quelque chose de solide. Les titres ou les récompenses viennent en supplément. L’important étant de former des footballeurs complets sur les terrains et dans la vie. On peut être content d’avoir eu  un résultat positif. Il faut voir les heures, les jours, les semaines, le temps passés à travailler techniquement  les contrôles, les passes  les frappes et tout cela dans une bonne ambiance sans le stress. Tout en  suivant les méthodes et la philosophie que j’ai moi-même  éprouvées à l’INF Clairefaine. Il est important  à cet  âge-là  de s’améliorer techniquement chaque jour un peu plus en le faisant avec rigueur. Il faut aussi améliorer le côté mental », rappelle l’ex -capitaine du Club M.

 

« Je remercie toutes ces personnes qui ont rendu ce projet possible. Je pense particulièrement au président de la fédération pour avoir cru depuis le début dans ce projet et l’avoir soutenu jusqu’au bout  ainsi que son comité pour avoir mis à disposition tous les moyens possibles à notre disposition. J’ai une pensée spéciale pour Kersley Clark et Roddy Brelu Brelu, les coachs de l’équipe de même que pour Daniel Ramsamy qui a contribué avant de devoir partir pour des raisons professionnelles. Je dédie ce titre à tous les Mauriciens surtout ceux qui nous ont soutenus pendant cette Cosafa Cup.  Ils  doivent continuer à croire dans le talent mauricien. Nous sommes capables de pratiquer un beau football. Les résultats donnent de la confiance, la confiance des repères, et à travers des repères on  peut avoir une vraie philosophie de jeu », ajoute Jonathan Bru.