• Linzy & friends pour un méga-concert
  • Pascal Herry : «L’accès à un logement décent demeure difficile malgré les récentes initiatives»
  • Shotokan - Formation : Passage remarqué du sensi Koichiro Okuma
  • Approvisionnement en eau : La grogne de certains citoyens
  • Importation de drogue dangereuse : Le monde du foot sous le choc après l’arrestation de L’Enflé
  • Collision fatale : Lorenzo Riche n’ira pas en croisière
  • Été : soyez au top pour vos sorties à la plage
  • Libéré après six jours en détention : Hans Nayna : «Ça m’a cassé mais…»
  • Bientôt un film sur les Chagossiens…
  • «Leve si to enn bon mari» : Quand les hommes de P&P Link se mobilisent pour… les femmes

Moto en Europe : du Superstock 600 pour Luc Mamet

«La moto est super puissante, un p’tit peu plus que la catégorie 2, mais avec un style de pilotage moins technique.»

La baroudeur des circuits se trouve en Espagne où il est en compétition dans le championnat européen de Moto 2 au guidon de bolides de 600cc.

L’apprentissage se poursuit pour le Mauricien Luc Mamet.  Parti en Espagne pour concourir dans le championnat européen de Moto 2, le pilote de l’équipe Stratos devra d’abord faire ses preuves en Superstock 600 European Championship avant de se lancer dans la cour des grands. L’objectif reste le même pour le Mauritian Missile, celui de faire ses débuts dans la catégorie-reine du motocyclisme international à savoir le Moto GP. Mais pour en arriver jusque-là, il devra passer par des étapes. Un peu plus d’apprentissage ne sera pas de trop pour notre baroudeur des circuits. 

 

«J’ai dû prendre une décision après avoir discuté avec plusieurs personnes. Le Championnat de Moto 2 fait partie des compétitions les plus exigeantes au monde. Même si vous avez 8 années d’expérience vous êtes toujours un novice. Pour être performant vous devez avoir une bonne notion de ce sport et une bonne maîtrise du pilotage. Avec peu de temps pour la préparation, j’ai revu mes plans en me lançant dans une catégorie un peu similaire afin de pouvoir y revenir plus fort en 2018», avance Luc Mamet. 

 

Ce choix, le Mauricien l’a fait après un test de deux jours sur une Moto 2 en mars. Néanmoins, c’est en essayant un Superstock 600 et en tournant une seconde plus vite que sa précédente monture que Luc Mamet a revu ses plans. Ainsi, cette catégorie lui permettra d’apprendre un peu plus sur son prochain objectif et ses adversaires puisque les deux groupes roulent ensemble en compétition.  

 

«La moto est super puissante, un p’tit peu plus que la catégorie 2, mais avec un style de pilotage moins technique. C’est une division où je vais pouvoir être performant très vite. Il faut savoir que cette année nous visons un top trois au championnat avec l’équipe. C’est ambitieux, mais je sais qu’avec Stratos nous allons pouvoir faire du bon travail.  Je suis d’ailleurs très fier de rouler avec eux et avec Yamaha notre fournisseur», commente le Mauritian Missile. 

 

Une bonne ambiance dans l’équipe

 

L’association entre Luc Mamet et sa nouvelle équipe semble bien entamée. D’ailleurs l’écurie espagnole a, officiellement, présenté le pilote mauricien sur son site dernièrement. Il est habitué à se déplacer sur les circuits dans son petit van lorsqu’il évoluait dans le championnat Thundersport en Angleterre. La nouvelle recrue de Stratos découvre en Espagne un autre univers et se dit même impressionnée par cette équipe. 

 

«Je réalise que ce sont des professionnels. Il y a tout ce dont un pilote a besoin comme des mécaniciens, des ingénieurs et de l’expertise aussi. C’est impressionnant et j’ai hâte d’apprendre l’espagnol afin de mieux communiquer avec eux. Je dois aussi un grand merci à DSTV pour son soutien dans cette aventure et j’espère que d’autres compagnies mauriciennes se joindront à nous. Ce sport va me permettre de faire connaître Maurice encore plus»,souligne le pilot qui roulera cette année une Yamaha R6.

 

Depuis son recrutement par l’écurie espagnole, Luc Mamet a établi ses quartiers dans la petite ville espagnole de Pinoso. Entouré de montagnes, l’endroit y est propice pour la préparation physique et mentale en attendant le début de la saison le 30 avril pour 11 courses en sept manches. 

 

Le programme de la saison

 

30 avril - Circuit d’Albacete (Espagne)

20 mai – Le Mans (France)

18 juin – Circuit de Catalunya-Barcelone (Espagne)

9 juillet – Circuit de Valence (Espagne)

3 septembre – Circuit d’Estoril (Portugal)

17 septembre – Circuit de Jerez (Espagne)

8 octobre – Motorland Aragon (Espagne)

19 novembre - Circuit de Valence (Espagne)