• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Kelsey Perlman : « J’espère revenir à Maurice pour d’autres projets »

La jeune femme est chez nous pour partager ses connaissances.

C’est une footballeuse passionnée qui découvre le football mauricien à l’invitation de l’ambassade des Etats-Unis. Elle dit noter un grand potentiel et voudrait bien prolonger l’aventure chez nous.

Une première visite qui en appellera d’autres. La footballeuse américaine Kelsey Perlman est à Maurice à l’invitation de l’ambassade des Etats-Unis dans le cadre du programme «Soccer as a form of social integration». Cela l’a menée à rencontrer divers acteurs du monde footballistique mauricien depuis son arrivée dans l’île le dimanche 30 juillet. Elle a aussi eu l’occasion d’assister à la finale de la COSAFA Cup des moins-de-17 ans au stade St-François Xavier.

 

Kelsey Perlman, âgée de 25 ans et originaire de Dallas, a pu partager ses connaissances du football avec ses interlocuteurs, soit  les entraîneurs, les footballeur en herbe en passant par les éléments des Centres techniques régionaux. C’est une semaine très rythmée pour la jeune femme qui a eu l’occasion de prendre le pouls du football mauricien et espère bien revenir chez nous très bientôt. Elle ne dira pas non à une proposition   pour partager ses connaissances. Surtout que pas mal de projets sont dans le pipeline pour le football masculin et féminin, et certains souhaitent que l’Américaine soit des nôtres pour un programme ponctuel pour le football féminin.

 

«Je ne veux pas arrêter mes interventions après une semaine de stage, donc je suis ouverte à l’invitation si je peux poursuivre le stage ou participer à la mise en place d’un autre programme. J’espère revenir à Maurice pour d’autres projets»,lance-t-elle avec un large sourire. En tout cas, celle qui a évolué il y a quelques années en tant qu’attaquante sous les couleurs de l’université North Texas, a dû, certainement, ressentir que le football mauricien est en reconstruction au fil de ses multiples rencontres.

 

Détentrice d’un master de Sciences Po Strasbourg, Kelsey Perlman travaille, actuellement, à Bruxelles, en Belgique en tant que chercheuse politique pour une organisation européenne pour l’environnement. Elle nous explique le but de sa visite chez nous. «J’essaie d’enseigner le football aux  jeunes de tous âges et de tous les niveaux. J’avais commencé cela en France et puis en Mauritanie. Je réponds présent là où il y a des besoins et c’est ainsi que je me suis retrouvée dans votre île que je découvre pour la première fois afin de toucher le plus grand nombre de joueurs possibles. Ça fait très plaisir de découvrir votre île et de voir le développement du football masculin et féminin ».

 

L’essor du football féminin tient très à cœur notre invitée. Que propose-t-elle pour essayer de diminuer le fossé existant  entre le football masculin et celui pratiqué par les filles ? «Tout est une question de ressources. Aux Etats-Unis par exemple, on a le même nombre de bourses pour le football masculin et féminin, cela en vue de faire disparaître les inégalités. C’est bien d’avoir des compétitions telles que la COSAFA des moins-17-ans. Il faut mettre des obstacles à franchir dans toutes les catégories et cela va créer des motivations chez les garçons et les filles tout en assurant l’encadrement nécessaire».

 

Elle dresse un constat positif du football mauricien, mais glisse quelques pistes sur lesquelles nos décideurs doivent continuer de travailler pour l’avancement de cette discipline. «Pas de doute qu’il y a beaucoup de talents dans votre pays avec des compétitions bien en place. Mais le plus important dans tout ça c’est d’avoir l’encadrement nécessaire. Vous avez eu un très bon exemple avec la sélection des moins-de-17 ans qu’avec un bon entraînement vous pouvez atteindre une finale. Mais c’est un travail qui a besoin de suivi et c’est important d’accorder le soutien nécessaire aux footballeurs tout en garantissant une bonne formation pour pouvoir atteindre d’autres finales et les remporter», commente-t-elle.

 

Le football ça s’apprend à la base, souligne-elle. «Je dresse le même constat partout où je passe. On veut toujours se mettre sur le terrain pour dribbler tous les joueurs pour aller inscrire un but. Il faut vraiment inculquer les éléments de base, c’est-à-dire les passes, les contrôles bien effectués, l’amorti du ballon et la précision. C’est ce sont les petits trucs comme ça qui sont les plus importants et on doit mettre bien l’emphase là-dessus. C’est cela qui va faire la différence». Kelsey Perlman quitte le pays demain avec peut-être un billet d’avion retour pour Maurice bientôt…

 


 

Petit tournoi et heureux vainqueur

 

Un tournoi triangulaire. Après avoir eu des séances de travail avec des jeunes footballeurs (garçons et filles) entre 15 et 17 ans, le jeudi 3 août au stade St-François, Kelsey Perlman a pu assister à une compétition de foot le lendemain entre les Centres technique régionaux (CTR) de Port-Louis, Pamplemousses et Rivière-du- Rempart. C’est ainsi que, chez les filles, c’est Pamplemousses SC qui a décroché la première place devant Port-Louis alors que les honneurs ont été inversés chez les garçons avec le sacre de Port-Louis.  Ryan Duval (16 ans) et Tracy Doro (15 ans) ont été élus footballeur et footballeuse du tournoi par Kelsey Perlman.