• Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias
  • Île Courts 2018 : l’importance d’un tel événement
  • Et hop pour une nouvelle «Mauritius Cinema Week» !
  • Helicopter Eela : Maman poule

Football : Vers la création d’un nouveau championnat d’élite

Un nouveau championnat verra le jour lors de la saison 2019/20 avec l’aide de la FMSC.

La MFA s’associe avec la FMSC pour sauver le sport-roi. Des discussions ont atteint un stade avancé pour la mise en place d’un nouveau championnat à partir de la saison 2019/20. En attendant, une ligue amateur démarre en octobre prochain.

Retour à la case départ ou presque. La ligue professionnelle version Mauritius Football Association (MFA) après celle de la Mauritius Professional Football League (MPFL) est belle et bien morte. Le championnat de l’élite, pour amateur, va prendre son envol en octobre prochain, avec la participation des équipes existantes, incluant les deux promues de la National Division One avec un simple aller-retour, mais une nouvelle configuration pourrait voir le jour, à partir de la saison 2019/20 avec la participation de la Fédération mauricienne des Sports Corporatifs (FMSC). Ce qui va ouvrir la voie à la participation des entreprises dans la Premier League (qui aura une nouvelle appellation).

 

C’est la nouvelle trouvaille des responsables du football mauricien pour donner un nouveau souffle au sport-roi après l’échec de la régionalisation et la professionnalisation. C’est une idée qui a germé depuis l’année dernière, et qui fait son chemin depuis quelque  temps. Les discussions entre les deux organismes ont atteint un stade avancé et vont déboucher prochainement sur une ébauche d'un cahier des charges. Cela afin d’établir des critères de participation dans ce championnat new-look. Déjà, plusieurs entreprises, bien en vue dans les compétitions de la FMSC, ont montré un grand intérêt pour faire partie de cette nouvelle élite.

 

Critères à respecter

 

L’échéance des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) 2019 vient retarder la mise en place de ce projet, mais ce n’est que partie remise avec la mise en place de cette nouvelle configuration à partir de la saison 2019/20. D’après les discussions qui ont eu lieu entre les deux parties, il en ressort que les entreprises intéressées doivent avoir un certain nombre de footballeurs licenciés, et on parle de 25 joueurs par firme. C’est un  des critères essentiels dans ce projet novateur à Maurice. Le championnat new-look verra la participation aussi de clubs existants qui pourront recruter les footballeurs non professionnels (c’est-à-dire ceux qui travaillent à leur propre compte ou exercent dans des entreprises qui ne participent pas dans les compétitions de la FMSC).

 

«L’idée est de permettre aux footballeurs de continuer de travailler tout en pratiquant le football. Ceux qui travaillent, par exemple comme maçon, pourront évoluer sous les couleurs des clubs existants, à moins d’être recrutés dans une compagnie de construction membre de la FMSC. Il y a aussi des départements publics (gouvernement) qui possèdent un certain nombre de footballeurs et qui évoluent dans des clubs, et qui peuvent participer à cette nouvelle ligue. Les discussions avancent et il y a des détails à finaliser afin d’avoir l’aval du gouvernement pour aller de l’avant avec ce projet», confie une source proche du dossier.

 

«Nous n’avons pas encore arrêté le nombre d’équipes qui va participer à cette nouvelle ligue. Ça peut être 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ou 10, mais tout va dépendre du nombre d’équipes qui respectent ces critères. La grosse difficulté réside dans l’élaboration des critères et des détails administratifs. Une fois cette étape franchie, on devra aller de l’avant. Evidemment, il y aura des aspects à ajuster lorsque cette nouvelle ligue prendra son envol», ajoute notre interlocuteur. Outre les entreprises, les clubs existants seront appelés à respecter certains critères. Le nouveau championnat ne comprendra pas de relégation pendant une période de trois ans. C’est le champion de cette ligue qui représentera l’île à la CAF Ligue des champions. Les firmes membres de la FMSC, qui ne respectent pas les futurs critères, pourront participer dans les autres compétitions de football qu’organise cet organisme.

 

Actuellement, la FMSC organise des compétitions de football à l’intention des entreprises mauriciennes qui sont réparties en plusieurs catégories. Les matchs sont étalés sur 3 à 4 mois et se heurtent, souvent, à l’indisponibilité des terrains, gérés par le Mauritius Sports Council (MSC). Ainsi, on retrouve, bien souvent, des footballeurs évoluant dans des clubs nationaux, qui sont employés dans ces entreprises. De plus, la FMSC a aussi recours aux arbitres qui officient lors des compétitions nationales qu’organise la MFA.

 

Les deux organismes sportifs ont décidé d’unir leur force  pour créer une synergie afin d'aider le football mauricien, et apporter leur aide dans l’épineuse question de l’employabilité des footballeurs. Après la mise sur pied du championnat professionnel, plusieurs des footballeurs avaient été appelés à renoncer à leurs emplois pour se consacrer uniquement au foot avec un statut de footballeur professionnel. Par la suite, les responsables ont revu partiellement ces critères pour permettre aux clubs de l’élite d’avoir un certain nombre de footballeurs semi-pro.

 

Avec le retrait de la MPFL à l’issue de la saison 2016/17, la MFA a tenté de sauver la professionnalisation du football en reprenant les rênes de l’organisation, cela avec le soutien financier du gouvernement. Ce dernier avait injecté la somme de Rs 17 millions dans l’organisation de la ligue professionnelle 2017/18, soit le même montant que la MFA. Rs 8 millions ont été dépensées dans la participation des clubs mauriciens dans la CAF Ligue des champions et la Coupe des Confédérations.

 

Il ne reste plus qu’aux principaux acteurs en discussion d’accorder leurs violons et d’avoir la bénédiction de l’Etat pour sauver ce qui peut être sauvé du football mauricien. L’histoire et les footballeurs les attendent avec impatience.