• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Championnat du Monde Jiu-jitsu brésilien | Tawfiq Jaunbocus : «Je suis déçu»

Malgré les contraintes, les deux Mauriciens ont été jusqu’au bout de leur mission.

Les jiu-jitsukas Tawfiq Jaunbocus et Kailash Pattan ont respectivement ramené une médaille d’argent et une de bronze des Championnats du Monde de jiu-jitsu brésilien disputés du 27 au 29 octobre aux États-Unis.

Malgré les contraintes et le manque de soutien, les jiu-jitsukas Tawfiq Jaunbocus et Kailash Pattan ne sont pas revenus les mains vides de leur participation aux Championnats du monde de jiu-jitsu brésilien. La compétition s’est déroulée du 27 au 29 octobre à Long Beach, en Californie. Les deux athlètes mauriciens médaillés d’or en 2017 ont ramené une médaille d’argent et une de bronze cette année.

 

Champion du monde en -70kg ceinture marron en division Gi (avec kimono), la saison dernière, Tawfiq Jaunbocus, s’est retrouvé face à plus fort que lui chez les ceintures noires. Ayant manqué le podium dans la division Gi, le Mauricien s’est rattrapé dans le groupe no-Gi (sans kimono) en allant chercher la médaille d’argent.

 

Il prend ainsi la deuxième place derrière l’Américain, Kahlil Moreland. «Je suis déçu, car, si nous avions eu une bonne préparation, nous aurions pu aller chercher le titre une deuxième fois. Mais le manque de soutien financier dont fait face notre fédération, la Mauritius Brazilian Jiu-jitsu Federation (MBJJF) a joué contre nous. Vu les difficultés, il nous est impossible de faire des sortie internationales régulièrement et ainsi avoir plus de frottements avec le haut niveau. L’année dernière nous avons pu le faire et c’est ce qui nous a conduits au titre mais cette année nous n’avons effectué qu’une seule sortie. C’est ce qui nous a manqué», regrette Tawfiq Jaunbocus.

 

Le jiu-jitsuka craint pour l’avenir de sa discipline à Maurice. La MBJJF n’est pas reconnue par le Sports Act (la loi sportive) et en l’absence de reconnaissance du ministère de la Jeunesse et des Sports, le jiu-jitsu brésilien se voit privé de soutien, notamment financier, dont dispose d’autres instances sportives. Tawfiq Jaunbocus souhaite que la situation de sa fédération soit réglée au plus vite pour le bien des jeunes adeptes de ce sport de combat.

 

Ce manque de soutien a grandement pesé dans la préparation en vue de cette échéance mondiale. Kailash Pattan, titré en 2017 chez les ceintures mauve de +100kg en division Gi, est revenu avec la médaille de bronze. Un précieux sésame remporté dans la catégorie des ceintures marron -100kg en Gi. Le Mauricien a terminé derrière l’Américain Jorge Garcia, vainqueur de la catégorie et le Polynésien Gilles Lemaire Hiro, deuxième du concours.

 

«Comme j’ai changé de catégorie, je me suis retrouvé face à des compétiteurs encore plus coriaces. Je visais la médaille d’or une nouvelle fois cette année mais ce n’est pas évident. Nos adversaires sont venus mieux préparés que nous alors que, pour notre part, nous n’avons pas pu nous préparer dans les meilleures conditions possibles. De plus nous n’étions pas sûrs de pouvoir faire le déplacement jusqu’au dernier moment. Mais je reste tout de même satisfait du résultat car même si c’était dur, nous avons réussi à faire flotter le drapeau mauricien en terre américaine», exprime Kailash Pattan.

 

A l’issue de ce déplacement, le jiu-jitsuka pense avoir tiré des leçons positives sur sa prestation et entend redoubler d’effort afin de se préparer pour la prochaine sortie, la 3e édition de l’Open Africain prévue le 24 mars 2019 à Johannesburg en Afrique du Sud.