• Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés
  • Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias

Décalage horaire et glamour

«Réveil, il est l’heure ! Je me réveille en sursaut et je saute du lit… Mais quelle heure est-il au juste, me demandais-je ? Quoi, seulement 1h30 du matin ? Je n’ai presque pas dormi alors…» Et le marchand de sable mettra un temps avant de revenir avant l’aube…

Vous avez déjà vécu ce genre de chose ? Si oui, vous aurez compris qu’il est question de décalage horaire. Entre Maurice et le Brésil, il y a 7 heures de différence, soit une reprogrammation complète de votre horloge biologique à prévoir, ce qui perturbe non seulement votre sommeil, mais aussi votre appétit et forcément votre état de forme.

Une semaine après être parti à la découverte de Sao Paulo et du Brésil, l’impression de vivre en décalé, entre le train de vie mauricien et la réalité brésilienne n’est pas estompée. Surtout qu’ici, cette gigantesque ville de 12 millions d’habitants, ne s’arrête jamais de tourner. Pour les Paulistas, le concept du 24/7 n’est pas qu’une vue de l’esprit vaguement piquée à Singapour, cette ville tourne vraiment sans arrêt. Comme une horloge. A en perdre la notion du temps !

Et pendant ce… temps, le glamour, lui, défile sous nos yeux tous les jours dans cette Coupe du monde. La preuve ci-contre en images. Des présentatrices sud-américaines aux supportrices venues du quatre coin du monde, chacun est sur son 31 et fait tout pour se démarquer. Au grand bonheur des photographes. Quitte à parfois tomber dans le mauvais goût et le vulgaire… Qu’on vous a évité ici !

Aux abords des stades, les journalistes connus sont parfois débordés par leurs fans alors que dans les FIFA Fan Fest ça tourne parfois carrément au pugilat en direct. Comme ce Brésilien un peu éméché à Sao Paulo, qui s’est jeté sur les caméras de Sky Sports avec un billet de 5 Reais (la monnaie brésilienne) pour se moquer de l’Espagne, fracassée 5-1 par les Pays-Bas vendredi soir, interrompant l’intervention d’un fan d’Iniesta and co qui avait déjà largement de quoi être dégoûté à ce moment-là…

Ainsi s’achève ce premier ‘round up’ du Mondial 2014. Obrigado (merci) pour votre attention comme on dit ici. A la semaine prochaine pour de nouvelles aventures !