• Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»
  • Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina

Miss & Mr Able : Pour voir éclore des perles rares

Anishta Seesurrun s’est entourée d’une équipe solide et motivée pour porter sa mission à bon port.

C’est une première à Maurice. Pour promouvoir le talent et les droits des handicapés, l’association Flame of Phoenix organise le concours Miss & Mr Able, destiné aux personnes vivant avec un handicap. Cela, pour que, face à la différence, les Mauriciens puissent changer de regard et de mentalité.

Monter sur un podium. Se tenir face à un public. Défiler, chanter, danser. Donner le meilleur de soi-même pour démontrer son talent et se sentir fier. Fier d’être reconnu, de faire partie de quelque chose et d’être soi, tout simplement. Ce sont ces sentiments et bien plus encore que l’équipe de Flame of Phoenix, une ONG qui œuvre auprès des personnes handicapées et les plus vulnérables, veut faire naître chez ceux qui, parfois, à cause de leur handicap, se sentent différents et mis à l’écart.

 

L’annonce a été faite officiellement par Anishta Seesurrun, fondatrice et présidente de l’ONG, et son équipe lors d’une conférence de presse. Il s’agit, assure la jeune femme, du premier concours de ce genre à Maurice, destiné uniquement aux personnes vivant avec un handicap physique ou mental. Ouvert aux personnes âgées entre 7 et 36 ans, il se déroulera en plusieurs étapes. Il y aura d’abord les auditions à la fin de septembre. 50 candidats seront sélectionnés et répartis en deux catégories (7 à 17 ans et 18 à 36 ans) pour la finale qui aura lieu le 1er décembre. «Bien évidemment, une Miss et un Mr Able seront nommés mais tous les candidats ressortiront gagnants de ce concours.»

 

L’idée est née après l'organisation, l’année dernière, du Para Talent Show. «C’était un vrai succès. Nous avons eu la participation de 250 enfants issus de différentes ONG. Les voir danser, chanter, exposer leurs créations artistiques, c’était extraordinaire», lance Shahnaz Peerbaye, membre de l’équipe.

 

Ainsi, c’est fort de cette première expérience qu’Anishta Seesurrun a imaginé Miss & Mr Able, un concours qui, comme son nom l’indique, a pour objectif de reconnaître, de mettre à l’honneur et de valoriser le talent et le savoir-faire des handicapés. «Miss & Mr Able va bien au-delà d’un simple concours. Il s’agit d’une plateforme innovante et unique dont le but principal est de mettre en lumière des personnes qui, malheureusement, sont mises de côté à cause de leur handicap. Regardez Jane Constance. Si elle n’avait pas eu le courage de participer à cette émission, elle n’aurait pas connu ce qu’elle connaît aujourd’hui. Comme elle, Maurice regorge de Jane Constance. Il faut juste mettre ces personnes en lumière», souligne la responsable.

 

Beauté intérieure

 

Cette dernière s’est inspirée du concours Miss Wheelchair. L’année dernière, cette compétition inédite a eu lieu à Varsovie, en Pologne, où 24 jeunes femmes de 19 pays ont concouru pour décrocher le titre de Miss Monde en fauteuil roulant. «Nous avons voulu aller plus loin, ne pas se focaliser uniquement sur le beau, sur le glamour. Nous avons voulu favoriser la beauté intérieure, le talent. Bien sûr qu’une personne en fauteuil roulant peut faire un catwalk, bien sûr qu’un trisomique peut danser sur une scène, qu’un aveugle peut jouer un instrument de musique devant un public. Nous voulons leur donner les outils pour qu’ils démontrent aux Mauriciens qu’eux, les autrement capables, sont tout à fait capables et qu’ils ont leur place dans notre société.»

 

Depuis l’annonce de ce concours, les commentaires, souligne Anishta Seesurrun, ont été nombreux. Certains positifs, d’autres pas. «Les gens nous demandent pourquoi organiser un tel concours. Tout ce que nous voulons, c’est mettre en valeur le talent de ces personnes et permettre aux Mauriciens de changer de regard et de mentalité.» Si Anishta Seesurrun est aussi motivée, c’est qu’elle porte en elle un amour incommensurable pour celle qui est, depuis plus de 20 ans, son inspiration et son moteur. «Ma sœur Kerina est trisomique. Elle est la raison principale derrière cet engagement.»

 

Lorsqu’elle a créé Flame of Phoenix, dont le principal cheval de bataille est l’inclusion des handicapés et des personnes vulnérables, la jeune femme s’est entourée de personnes tout aussi dévouées et dédiées à la cause qu’elle. Aujourd’hui, ils sont ainsi une vingtaine à œuvrer au quotidien au sein de Flame of Phoenix, pour tendre une main bienveillante aux personnes qui ont besoin d’aide et œuvrer pour le bien-être des personnes handicapées. Parmi, Shahnaz Peerbaye, l’une des chevilles ouvrières de l’association. «On veut mettre ces enfants en valeur. Pour moi, il n’y a pas de personnes autrement capables. Elles sont toutes capables. Ce sont des perles rares. Il faut leur donner les mêmes droits, les mêmes opportunités. Nous sommes là pour leur donner ce petit coup de pouce.» Ce n’est que comme ça qu’ils pourront éclore et émerger.

 

Lorsqu’il a entendu parler de Miss & Mr Able, Vicky Mootoosamy, qui a lui-même connu des soucis de santé, a été immédiatement interpellé. «J’ai trouvé l’annonce sur Facebook et j’ai trouvé que c’était une initiative extraordinaire. C’est pour cela que j’ai voulu donner un coup de main.» Comme lui, plusieurs autres personnes ont voulu se joindre à la cause. Dont Sheila Khemraz et son fils Ashutosh, qui ne pouvaient pas rester insensibles à cet appel d’amour et d’inclusion. Varuni Hanoomansingh et Umar Malik ont, eux aussi, tout de suite voulu apporter leur aide au nom d’un être cher qu’ils ont tous les deux perdu. «Mon frère, Yugal Kishor, était trisomique. Son handicap n’était pas une barrière. C’était quelqu’un de dynamique et d’aimant. C’est pour lui que je m’engage aujourd’hui.»

 

Ce sont les mêmes sentiments qui animent Umar Malik qui a récemment perdu son frère, atteint de surdité. Comme ces derniers, ils sont plusieurs à suivre Anishta Seesurrun dans son combat. D’ailleurs, lance cette dernière, la solidarité et la générosité des Mauriciens sont les bienvenus pour les aider dans leur mission. Ce n’est que la main dans la main qu’ils pourront, disent-ils, amener un changement.