• «L’entraide et la solidarité»
  • Jano Couacaud plonge dans le grand bleu
  • Foot en Afrique : Nos arbitres sur le front
  • AfriEDX, la start-up qui monte et gagne
  • VS Home : histoire d’amour et de maison
  • Moka’mwad : À la découverte d’un collectif citoyen
  • Sailendrasing Heeralaul meurt électrocuté lors d’une partie de pêche
  • Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur

Salim Ramthmeah tué en se rendant à une compétition de pétanque

Seuls les mots ne peuvent décrire la souffrance de Zahida. Au matin du dimanche 29 avril, cette habitante de Plaine-Verte a perdu celui dont elle partageait la vie depuis presque 29 ans. Son époux Salim Ramthmeah, plus connu sous le nom de Tet Dom, avait quitté la maison très tôt pour se rendre à une compétition de pétanque. Mais en chemin, le 4x4 à bord duquel il se trouvait, conduit par un ami, a été percuté par un autobus. Il n’a pas survécu à ses blessures.

 

«Tout cela est difficile à digérer. Mon père était en pleine forme», confie son fils Shanweer, bouleversé. Salim Ramthmeah, 53 ans, était très connu dans la localité mais aussi dans d’autres régions de l’île. S’il gagnait sa vie comme chauffeur de taxi, il était aussi un passionné de pétanque. «Il allait jouer à la pétanque tous les jours, après ses heures de travail, ainsi que les dimanches», raconte son épouse.

 

Le dimanche 29 avril, il avait quitté son domicile peu après 8 heures. «Lorsqu’il n’était pas au volant, il s’asseyait toujours côté passager. De cette façon, il pouvait garder un œil sur ce que faisait le conducteur.» Mais à l’angle des rues Volcy Pougnet et Labourdonnais, à Port-Louis, un autobus sortant de Tranquebar et circulant le long de la rue Volcy Pougnet est entré en collision avec le véhicule.

 

Grièvement blessé, Salim Ramthmeah a été conduit à l’hôpital Jeetoo où son décès a été constaté. Une autopsie a conclu qu’il avait succombé au choc de ses multiples blessures. Quant au conducteur du 4x4, il s’en est sorti sans blessure. En ce qui concerne les passagers de l’autobus, quatre d’entre eux ont été admis. Mais leur état de santé est jugé stable. D’après la police, les feux de signalisation ne fonctionnaient pas au moment des faits.

 

Les funérailles de la victime ont eu lieu le même jour. Il laisse derrière lui une épouse anéantie, deux fils âgés de 27 ans et 24 ans, ainsi que son unique petite-fille.