• Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»
  • Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina

Le premier accident de Kooshraj Appudu lui coûte la vie

La famille Appudu a dit adieu à Kooshraj le jour du Raksha Bandhan.

Il était toujours très prudent lorsqu’il prenait le volant. D’ailleurs, il n’avait jamais rencontré de problèmes sur la route auparavant. Mais le premier accident dont il a été victime, le samedi 25 août, lui a coûté la vie. Ce soir-là, Kooshraj Appudu, affectueusement appelé Sunny, rentrait chez lui à moto lorsque le véhicule est entré en collision avec une autre moto sur la route principale de Jouvence, D’Epinay. Grièvement blessé, le motocycliste avait été conduit à l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam mais a fini par succomber à ses blessures, quelques heures plus tard.

 

L’accident s’était produit aux alentours de 21h15, le samedi 25 août. Kooshraj Appudu, qui habite à Jouvence, D’Epinay, avait emprunté le deux-roues de son ami un peu plus tôt pour aller déposer l’un de ses amis à Congomah. C’est sur le chemin du retour que le drame s’est joué. Suite à une collision violente avec une autre moto, le jeune homme a subi de graves blessures. Conduit à l’hôpital du Nord, il y est décédé deux heures plus tard. Une autopsie a attribué son décès à des cranio cerebral injuries.

 

À Jouvence, D’Epinay, les proches de Kooshraj Appudu sont anéantis. Rekha Appudu, sa mère, n’arrête pas de pleurer depuis le drame. «J’étais à un mariage lorsque j’ai appris ce qui lui était arrivé. Je suis immédiatement rentrée chez moi et de là, un proche m’a récupérée pour me conduire à l’hôpital. Mais sur place, on ne m’a pas autorisée à lui parler. Lorsque j’ai finalement pu m’approcher de lui, il était déjà décédé», raconte-t-elle. «C’est vraiment dur de perdre un enfant mais j’ai la chance d’être entourée de mes proches. Ils m’aident à tenir le coup.»

 

La mère de Kooshraj Appudu raconte que ce dernier n’était pas marié et n’avait pas d’enfants. Âgé de 28 ans, il arrondissait ses fins de mois en cumulant des petits boulots et n’avait pas encore songé à ce qu’il comptait faire de son avenir. «Lorsqu’il avait du temps libre, il aimait rencontrer ses amis pour jouer au football, à la pétanque ou regarder la télé. C’était une bonne personne, toujours prête à aider son prochain et qui n’a jamais eu de problèmes avec qui que ce soit.»

 

Kooshraj Appudu a rejoint sa dernière demeure le dimanche 26 août, soit le jour du Raksha Bandhan – une célébration qu’il affectionnait particulièrement vu qu’il n’avait qu’une petite sœur, Davina. Il laisse derrière lui des proches anéantis.