• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Luxshinee Mudhoo : «Je veux être de ceux qui font des changements positifs dans la vie des Mauriciens»

Elle est la présidente-fondatrice de Weave A Dream Association, une organisation humanitaire qui fournit un soutien financier, éducatif et psychologique aux enfants défavorisés de Maurice. La jeune femme, qui était partie prenante du Forum des jeunes au Botswana durant la semaine écoulée, nous parle de sa participation à cette conférence, de son engagement à plusieurs niveaux pour, dit-elle, une meilleure île Maurice, et de son intérêt pour la politique.

Pourriez-vous nous raconter un peu votre parcours ?

 

Je suis l’un des membres fondateurs de l’ONG primée, Grand River South East Youth Circle. J’ai conduit plusieurs projets novateurs tels que des programmes éducatifs pour enfants et des tournois de Scrabble. Je suis également présidente-fondatrice de l’armure Weave A Dream Association, une organisation humanitaire qui fournit un soutien financier, éducatif et psychologique aux enfants défavorisés de Maurice. Je travaille également sur un projet d’écosystème durable avec de la mangrove et pour lequel j’ai obtenu le prix de Young Ocean Champion 2016.

 

J’ai aussi participé à plusieurs programmes d’échanges internationaux pour les jeunes. À 16 ans, j’ai été l’un des participants, choisis par l’ambassade américaine, pour représenter le pays aux États-Unis. J’y ai passé trois semaines, plus précisément à Washington DC, Chicago et dans l’Oregon. Deux ans plus tard, j’ai été choisie pour représenter Maurice en Afrique du Sud, pour le Regional Leadership Southern Africa Programme, cohorte 7, sous l’égide de la Young African Leaders Initiative. J’ai été la première participante ayant 18 ans à participer à ce programme.

 

Cette même année, après une série de formulaires, de demandes et d’entretiens, j’ai été choisie par l’Assemblée nationale de Maurice pour représenter notre système parlementaire au Luxembourg dans le cadre de la 8e édition du Parlement francophone des Jeunes. L’ensemble de la session s’est tenu en français, et nous avions travaillé sur des propositions qui allaient être présentées à la 43e Assemblée plénière de l’Assemblée parlementaire de la francophonie. Cette année-là, j’ai été une fois de plus choisie par l’Assemblée nationale de Maurice pour représenter mon pays au 4th Youth Parliament CPA Africa Region à Kampala, en Ouganda.

 

Qu’est-ce qui vous motive à participer à tous ces forums ? 

 

Je crois que ces forums utilisent une approche holistique pour encourager les participants à partager leurs expériences et leur histoire. Ces séances nous fournissent une plateforme internationale où les participants de divers milieux professionnels, géographiques et culturels partagent leurs connaissances et leur implication sociale, tout en discutant des stratégies-clés vers le renforcement des services existants. Ces forums m’aident à développer une meilleure compréhension du volontariat et des programmes d’échanges entre jeunes. Ils élargissent mon esprit pour m’aider à avoir une connaissance plus approfondie des compétences requises dans le domaine du bénévolat chez les jeunes mais ils m’offrent aussi des occasions de rencontrer d’autres jeunes dynamiques qui ont la volonté de faire de grands changements dans leurs communautés et pays respectifs. Ces forums fournissent également un plateau pour discuter de questions sociales alarmantes afin d’y répondre efficacement.

 

Et sur le plan personnel, que vous apportent ces participations ?

 

Maurice est une très petite île en voie de développement, et ces conférences et forums m’ont aidée à avoir une plus large compréhension et connaissance sur la façon dont les choses fonctionnent à l’extérieur. Sur chaque plateforme internationale où j’ai été, j’ai travaillé et appris aux côtés de personnalités très différentes, cela m’a permis de voir des réalités qui affectent le monde.

 

Ce que vous retenez de l’expérience National Youth Parliament ?

 

Le National Youth Parliament (NYP) a été une expérience formidable pour moi. J’avais le rôle de la ministre de l’Égalité du genre. Cela a été un privilège d’être partie prenante de cette première édition. Le NYP m’a aidée à avoir une meilleure compréhension des travaux parlementaires à l’intérieur de l’Assemblée nationale. Je suis honorée d’avoir eu un rôle si important.

 

Êtes-vous tentée par la politique ?

 

Je voudrais sûrement avoir une carrière politique plus tard. Que cela nous plaise ou non, le gouvernement joue un rôle prépondérant dans notre vie de tous les jours, allant du montant d’impôt que vous payez pour votre café du matin aux types d’ampoules que vous pouvez acheter. Puisque nous savons que les décisions du gouvernement influencent les choses que nous faisons, pourquoi ne pas prendre le temps de comprendre comment fonctionne la machinerie ? Qui fait ces lois et comment ? Cette connaissance peut aider à déterminer un meilleur plan d’action sur un large éventail de questions. Un jour, je veux être de ceux qui font des changements positifs dans la vie des Mauriciens et aider à faire de Maurice, un paradis.

Pouvez-vous nous parler davantage du Forum sur les jeunes au Botswana ?

 

La Consultation régionale de 2018 est convoquée sous les auspices de l’AGA-Youth Engagement Strategy et fait partie de l’activité de l’Union africaine (UA) pour le thème de 2018 : Winning the Fight Against Corruption: A Sustainable Path to Africa’s Transformation. Le thème a été lancé lors de la 30e Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine en janvier, à Addis-Abeba, en Éthiopie, confirmant l’engagement de l’UA pour lutter contre la corruption sur le continent. À cet égard, l’East and Southern Regional Youth Consultation vise à fournir un espace collaboratif, ouvert et inclusif aux jeunes pour qu’ils réfléchissent à leur rôle dans la lutte contre la corruption en Afrique, dans un cadre inter-régional. La consultation a eu lieu du 15 au 17 août à Gaborone, au Botswana Travelage Hotel. La réunion a aussi été l’occasion de renforcer les capacités des organisations et des réseaux ciblés et axés sur les jeunes vers une participation accrue des jeunes dans la lutte contre la corruption en Afrique.