• Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur
  • Combat contre la drogue : Irna Sameeraz Jafferbeg veut maintenir la pression
  • Jason Jean Pierre, l’amuseur de «Facebook»
  • Blanchiment d’argent allégué : La commission anticorruption cible les complices du caïd Veeren
  • Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»

Le diabète de type 2 chez l’enfant : La prévention pour venir à bout de ce mal silencieux

Le diabète de type2 connaît un rajeunissement.

Il a longtemps été attribué à l’adulte. Pourtant, depuis ces 20 dernières années, le diabète de type 2 se manifeste dès le plus jeune âge. Pourquoi ? Qu’est-ce qui provoque le rajeunissement de la population atteinte de cette maladie ? Comment la prévenir ? Éléments de réponse avec le Dr Reshma Jumaheer-Ramracheya, directrice des opérations pharmaceutiques et responsable du business pharma au Centre International du Développement Pharmaceutique à Maurice.

Ils ont environ 8 ans. À première vue, ils mènent une enfance comme une autre. À un détail près : ces petits sont atteints du diabète de type 2. Un type de diabète généralement attribué aux adultes mais qui touche de plus en plus de jeunes depuis ces 20 dernières années. Les raisons sont multiples, explique le Dr Reshma Jumaheer-Ramracheya, directrice des opérations pharmaceutiques et responsable du business pharma au Centre International du Développement Pharmaceutique à Maurice. «Le diabète de type 2 connaît un rajeunissement en raison de l’urbanisation rapide. Aussi, l’être humain, notamment le Mauricien, dispose de gènes économes qui collectent les graisses pendant les périodes d’abondance alimentaire et les déposent un peu partout dans le corps s’il ne dépense pas les calories absorbées.»

 

La solution ? La prévention. C’est-à-dire avoir un mode de vie actif et une alimentation saine. «Nous avons tendance à consommer plus de 70 % de carbohydrates quotidiennement et nous n’éliminons pas le surplus de calories. Il faut donc revoir notre alimentation. Dès l’enfance. Par exemple, le repas d’un enfant peut être composé d’un sandwich, un fruit, un yaourt et de l’eau», recommande notre interlocutrice. La prévention passe également par la sensibilisation : «Il faut le faire sur le terrain auprès du public, à travers des méthodes basiques et instructives.»

 

Une des méthodes consiste à contrôler ce que l’on mange en calculant l’indice glycémique des aliments qui composent un repas. Et cela, l’enfant ne peut le faire seul. D’où l’importance que toute la famille revoie ses habitudes alimentaires pour un résultat durable.

 

Autre méthode appliquée par le Dr Reshma Jumaheer-Ramracheya : «Je vais à la rencontre des enfants et de leurs parents dans leur environnement et par la suite, nous proposons aux enfants d’être des scientifiques d’un jour avec leurs parents pour observateurs. Nous disposons des aliments de leur quotidien et leur proposons de deviner le taux de sucre qui s’y trouve.» Résultat : «Ils sous-estiment souvent la dose et sont surpris de découvrir, par exemple, qu’une canette de 33 cl de soda contient 35 grammes de sucre, soit sept morceaux de sucre. Une fois le taux de sucre calculé, nous donnons aussi l’équivalent du nombre d’heures d’exercice à faire pour l’éliminer», explique notre interlocutrice.

 

Si la prévention est importante, savoir reconnaître les symptômes du diabète de type 2 chez l’enfant l’est tout autant. «Par exemple, en raison d’un manque d’insuline, l’enfant va boire et uriner beaucoup plus que d’habitude.» Une fois les symptômes détectés, il est primordial d’agir rapidement car «la précocité et l’évolution de cette maladie augmentent le risque de complications sur le long terme», souligne le Dr Reshma Jumaheer-Ramracheya.

 

Sinon, le dépistage est également conseillé pour prévenir le diabète de type 2 mais aussi d’autres maladies chroniques. «Après le VIH, le diabète se classe à la deuxième place des maladies au niveau mondial. Ce qui traduit clairement la situation alarmante. Surtout, quand elle touche des enfants. C’est pour cela que je ne le répéterai jamais assez : si nous pouvons prédire, nous pouvons également prévenir une maladie.»

 

Et ainsi éviter à un petit de vivre une enfance différente de celle des autres.

 

Bio express

 

 

Le Dr Reshma Jumaheer-Ramracheya est une physiologiste qui a, à son actif, plus de 18 ans d’expérience dans la recherche sur le diabète, dans l’enseignement et dans l’industrie universitaire. Elle est titulaire d’un doctorat du King’s College de Londres où elle a étudié la régulation de la sécrétion d’insuline dans les îlots humains de Langerhans.

 

Elle a été chercheuse principale à l’Université d’Oxford et compte une solide expérience en recherche sur le diabète de type 2, l’obésité et la chirurgie de perte de poids. Le travail du Dr Reshma Jumaheer-Ramracheya a fait l’objet d’articles dans le Daily Express, Royaume-Uni, les organisations spécialisées dans le diabète (Diabetes UK, Diabetes Times) et des revues prestigieuses (Nature Reviews Endocrinology, Cell Reports).

 

Notre interlocutrice a plusieurs cordes à son arc. Elle est également ambassadrice de STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) et mène des activités de sensibilisation à fort impact au sein de la communauté pour sensibiliser à l’importance des sciences dans les programmes et à une vie saine pour une vie prolongée et exempte de maladies. Vous pouvez en apprendre plus sur ses travaux sur le lien suivant : https://www.rdm.ox.ac.uk.