• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Les affamés : Jeunes «bien amerde»  

Des jeunes bien décidés à changer leur vie…

Ou kapav krwar ! En fait, Zoé, 21 ans, n’en peut plus. Elle en a juste marre que, dans son quotidien, tout le monde justifie ses actions en lui disant «ben ouais, t’es jeune». Trop, c’est trop ! En plus, elle doit étudier, travailler, les deux en même temps, pour un salaire injuste. Elle décide alors d’essayer de changer les choses.

 

On voit bien, dans Les Affamés, réalisé par Léa Frédeval (adapté de son propre livre), une sorte de comédie sociale un peu militante mais bien traversée par de jeunes interprètes plutôt débordants d’énergie. Du coup, avec pas mal d’humour, le récit bien ancré dans notre temps passe plutôt bien, même si ça reste assez propre et gentil. Plaisant donc…