• Quand le «Startup Weekend» fait des gagnants 
  • La vie de fashionisto de Miguel
  • Désiré François lance sa «Matante»
  • Scalpel Victor, rappeur sentimental
  • Mo sir
  • Le journal d’une vieille folle : intense «fam fouka»
  • Tour de Maurice 2018 : Gustav Basson abat la concurrence
  • Culturisme - Rodrigues : Le sacre de Gontrand Emilien Agathe
  • «Non» aux accords de pêche : au nom des baleines, des dauphins, des thons
  • Harry Mootoosamy : L’as des portraits

Darkest Minds : Rebellion | Apocalypse kids

Dans le futur, c’est pouvoirs et jeunesse qui font bon ménage.

C’est le futur ! Et comme d’habitude dans le cinéma de science-fiction, il y a toujours plein de gens qui sont morts dans le futur. En plus, ce sont des ados dans ce film, décimés par un énième virus mortel. Heureusement, il y a des survivants mais ces derniers ont hérité de mystérieux pouvoirs psychiques. Du coup, on les classe par couleur, en fonction de leur dangerosité, et ils sont mis dans des camps. Ruby arrivera à s’en échapper. Et avec plusieurs autres, va commencer la rébellion !

 

Et voici encore un énième film qui est adapté de romans pour ados. En l’occurrence ici, les livres de l’écrivaine Alexandra Bracken, qui a concocté une trilogie pour cet univers. L’approche cinématographique est donc la même que pour Divergente et Maze Runner. Un zeste de romance, de l’action bien lisse mais pas mal d’actions quand même, et un casting constitué de jeunes têtes aux attitudes rebelles, bien sûr.

 

Il faudra donc être bien fan d’adaptations de romans pour ados pour apprécier ce Darkest Minds : Rebellion qui ne prend pas de risques et se contente de remplir sagement son cahier des charges, rien de plus.